Comment se préparer à la retraite?

Comment se préparer à la retraite?

Par Marie-Josée Roy

Crédit photo: Sergiu Vălenaș via Unsplash

En plus de s’occuper des détails pratiques, procéder à une introspection s’avère une bonne idée si on veut vivre une retraite épanouie. Voici quelques pistes de réflexion pour bien démarrer le processus et prendre sa retraite le sourire aux lèvres. 

Heureuse, la retraite? Tout dépend de notre façon de l’aborder. Outre notre santé et notre situation financière, plusieurs facteurs auront une incidence sur notre épanouissement personnel. «Être satisfait et ne pas avoir de regrets par rapport à nos accomplissements est important, tout comme le fait d’avoir une famille et des amis», rappelle Christine Grou, présidente de l’Ordre des psychologues du Québec. Développer des intérêts et des passions est aussi un incontournable pour ne pas sombrer dans l’ennui. «Il faut parvenir à se définir autrement que par la fonction professionnelle qu’on a occupée.»

 

La retraite à bras ouverts

Cheminer vers une retraite épanouie, c’est d’abord accueillir positivement ce nouveau stade de notre vie. Le hic, c’est qu’elle fait aussitôt penser au mot «vieillir», dit Guilhème Pérodeau, docteure en psychologie sociale, spécialiste de la psychologie du vieillissement et auteure du livre La pleine conscience – Guide pour une retraite heureuse. «Bien que les retraités soient de plus en plus jeunes, dit-elle, il y a cette connotation qui évoque toutes sortes de qualificatifs véhiculés par la société.»

La retraite demeure pourtant une ère de liberté qui peut s’étaler sur des dizaines d’années. Alexandre Kalache, épidémiologiste et ex-directeur du programme sur le vieillissement de l’Organisation mondiale de la santé, a même avancé le terme «gérontolescence» en rapport avec cette étape de vie. «C’est la période entre la retraite et le vieillissement, explique Mme Pérodeau. La plupart des gens sont encore très fonctionnels pendant des décennies.» Comme on a peu de contrôle sur la longueur de la route, aussi bien en tirer le meilleur!

 

L’heure de l’introspection

Au cours de notre existence, nos réflexions et nos réactions sont conditionnées par la société dans laquelle on vit, mais aussi par les responsabilités liées à la famille et au travail. Dans le tourbillon du quotidien, on n’a pas souvent l’occasion de prendre du recul et de réfléchir. Or, la retraite permet justement de ralentir la cadence et de s’accorder du temps pour se remettre en question, s’interroger sur nos valeurs et nos croyances, précise Guilhème Pérodeau. La spécialiste conseille une approche basée sur la pleine conscience afin de faire taire les influences extérieures et d’apprendre à mieux se connaître: «La pleine conscience signifie être conscient de ce qui est au moment présent. Comme sortir un miroir et se regarder. Ce n’est pas quelque chose de positif ni de négatif, c’est simplement reconnaître ce qui est.» On laisse ainsi tomber le masque et on se révèle à soi-même. «On devient plus conscient de ce qui se passe en nous et, avec le temps, on est davantage en mesure de choisir d’autres options que si on reste dans nos automatismes.»

 

À chacun son bonheur

Une fois à la retraite, est-il préférable de se renouveler complètement ou de miser sur un quotidien similaire à celui qu’on a toujours connu? Pour Guilhème Pérodeau, il n’existe pas de bonne ni de mauvaise réponse. «Nous avons tous notre propre style dans la manière d’aborder cette étape de notre vie. Certains continuent de faire ce qu’ils ont toujours fait et sont très heureux là-dedans. D’autres changent complètement, comme ce gestionnaire de haut niveau qui décide de cultiver des fleurs. L’important, c’est que nos choix reflètent nos valeurs.»

Même son de cloche du côté de la psychologue Christine Grou: «Il y a plusieurs façons de percevoir la retraite. On peut la considérer comme la fin de quelque chose d’important, qui a mobilisé une grosse partie de notre vie. On peut aussi se dire qu’il en reste encore un grand bout et que c’est un espace de liberté pour aller vers ce qu’on a envie de faire.»

Pour vivre une retraite épanouie, on gagne à miser sur soi. Après tout, l’investissement personnel compte pour 40 %, nous apprend l’ouvrage Comment être heureux… et le rester de Sonja Lyubomirsky, professeure et chercheuse qui s’est penchée sur les divers éléments ayant une incidence sur le bonheur. Selon elle, les personnes qui se disent heureuses sont bien entourées, ont une vision positive de l’avenir, apprécient les petits plaisirs et profitent du moment présent. Elles s’impliquent dans des projets qui leur tiennent à cœur et elles ont la force intérieure requise pour affronter les épreuves de la vie.

 

Nos démarches

Le moment approprié pour planifier la retraite est personnel à chacun. Selon Guilhème Pérodeau, l’idéal est de s’y prendre au moins deux ans à l’avance. «C’est au moment précis où on commence à y penser qu’on peut commencer à s’y préparer. Ça veut dire se demander ce qui est important pour nous, ce qui nous anime, ce qui a du sens à nos yeux.» Afin d’y voir clair, on peut...

Ralentir Si nos moyens financiers et notre situation professionnelle nous le permettent, on réduit nos heures de travail ou on s’offre quelques mois de congé sabbatique dans le but d’apprivoiser notre future vie. Ce temps libre nous permet de prendre du recul et de réfléchir à ce qu’on désire vraiment pour la suite.

Garder le cap Dans son livre, Mme Pérodeau conseille de noter le fruit de nos réflexions dans un carnet de bord. Ce cahier devient le témoin privilégié de notre cheminement, de nos doutes, de nos espoirs et de nos découvertes. 

Chercher conseil Le doute et la panique nous assaillent? On ne sait plus où donner de la tête? «Il faut parler à des personnes qui ont vécu les mêmes inquiétudes et voir comment elles ont traversé ça, conseille Christine Grou. On doit se rappeler que l’anticipation est toujours pire que la chose en soi.» On peut aussi s’inscrire à un atelier de pleine conscience, se joindre à un groupe de discussion regroupant de futurs retraités ou consulter un psychologue qui nous aidera à clarifier nos pensées.

Repartir à neuf L’approche de la retraite est le prétexte idéal pour faire table rase. En apprivoisant la pleine conscience, on parvient mieux à reconnaître et à accepter les émotions provoquées par les échecs ou les épreuves qui ont jalonné notre existence. En prévision de notre future nouvelle vie, on règle les conflits qui nous tourmentent et on fait la paix avec notre passé.

Se découvrir Nos valeurs et nos croyances jouent un rôle prépondérant dans notre façon d’aborder la retraite. «Bien se connaître, c’est être capable de s’intérioriser et d’aller voir quels sont nos besoins, nos intentions et nos valeurs, décrit Mme Pérodeau. À l’extérieur, il peut y avoir toutes sortes de messages, toutes sortes d’influences. C’est une sorte de gouvernail et une manière de filtrer les différents messages qui nous sont envoyés.» En déterminant nos valeurs phares, on est davantage en mesure de vivre une retraite épanouissante. Ainsi, un ancien travailleur pour qui le sentiment d’accomplissement est primordial pourrait se mettre en quête d’activités lui permettant de perpétuer ce sentiment. L’important, c’est de se poser les bonnes questions… et d’y répondre sans tenir compte des influences extérieures. 

Explorer Après avoir fait carrière et élevé une famille, il est normal d’avoir perdu de vue nos propres passions. Une fois à la retraite, le temps est venu de les redécouvrir. «Il peut y avoir une période d’exploration, remarque Christine Grou. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose de se demander ce qu’on aime dans la vie.» Pour faciliter notre quête, on s’interroge sur les activités qui nous allument, les réalisations qu’on aimerait accomplir et les connaissances qu’on souhaiterait approfondir. 

Méditer Malgré les préjugés dont elle fait parfois l’objet, la méditation est une pratique accessible qui gagne en popularité. «Elle permet de s’arrêter et de prendre conscience de notre corps, de nos émotions, de nos sensations et de nos pensées dans le non-jugement, l’ouverture et l’accueil», assure Guilhème Pérodeau. En libérant notre trop-plein, on apaise notre esprit survolté et on laisse place à un calme où notre voix intérieure peut finalement se faire entendre. 

 

Lectures utiles

La pleine conscience – Guide pour une retraite heureuse, de Guilhème Pérodeau, Presses de l’Université Laval (2019, 214 p., 19,95 $).

Comment être heureux et le rester, de Sonja Lyubomirsky, Flammarion (2008, 29,95 $). 

Méditer, jour après jour – 25 leçons pour vivre en pleine conscience, de Christophe André, Iconoclaste (2014, 304 p., 34,95 $ incluant le CD).

Être l’acteur de sa retraite, d’Hélène Martineau et Nathalie Masson, Gereso (2019, 119 p., 34,95 $).

 

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos