Jouer au golf au pied des Rocheuses

Jouer au golf au pied des Rocheuses

Par Claudine Hébert

Crédit photo: iStockphoto.com

Jasper Park Lodge
C’est un fait. La route qui mène vers le Parc national de Jasper est longue et ennuyante. Plus de quatre heures à franchir des champs de pétrole et des forêts d’épinettes avant que ne surgissent, enfin, la cime des montagnes ! Mais dès que l’on aperçoit les premiers mouflons d’Amérique en bordure de la route, ce contretemps se transforme en état de grâce. Une excitation qui, pour le golfeur, atteint son paroxysme en foulant les allées du parcours Jasper Park Lodge.

Impossible de rester insensible devant toutes les merveilles que cette nature des profondes Rocheuses recèle! Montagnes vertigineuses, lac émeraude et champs dorés enluminent ce chef-d’œuvre golfique de 18 trous signé Stanley Thompson. Le célèbre architecte, à qui l’on doit notamment le parcours du château Montebello, a su tirer profit des panoramas spectaculaires de l’endroit sans que les allées ressemblent à des montagnes russes. Au contraire, les golfeurs se complaisent sur une enfilade de tapis verts où la balle roule allègrement vers la cible… pourvu que cette dernière soit frappée dans la bonne direction.

Puisque ce parcours de montagne se trouve au cœur du Parc national de Jasper, une faune sauvage composée, notamment, de wapitis, de chevreuils et de coyotes, côtoie régulièrement les allées, malgré la présence de clôtures. Des centaines de bernaches canadiennes ont même élu domicile au 16e trou qui longe le lac Beauvert: cette allée n’a plus besoin d’engrais!

Outre le golf, le complexe Jasper Park Lodge comprend 446 chambres réparties dans le bâtiment de l’hôtel et de multiples chalets en bois où les wapitis viennent manger sous vos fenêtres. Un lieu idyllique, qui a déjà séduit la reine Élisabeth II, Bill Gates ainsi que plusieurs sommités du golf qui hissent ce centre de villégiature au premier rang des plus belles destinations golf du Canada.

www.fairmont.com

Banff Springs

Banff Springs
Subjugué par les beautés de Banff, Cornelius Van Horne, du Canadien Pacifique, s’est un jour exclamé: «À défaut de pouvoir exporter les paysages, nous allons importer les touristes !» Ces propos ont donné naissance, en 1888, au majestueux hôtel Banff Springs qui compte aujourd’hui 770 chambres.

Quarante ans plus tard, ce luxueux bastion de pierre, inspiré des grands châteaux écossais, se dotait de l’un des plus prestigieux parcours de golf du monde. Niché dans une splendide vallée du Parc national de Banff, à 90 minutes de Calgary, ce parcours, aussi signé Stanley Thompson, regorge de tableaux saisissants dignes de cartes postales. Les allées verdoyantes sont dominées par de colossales montagnes (monts Sulphur, Ruddle et Tunnel) dont la proximité crée d’ailleurs quelques illusions optiques qui jouent des tours à de nombreux golfeurs! Ainsi, le fameux trou no 4, surnommé le Chaudron du diable, normale trois de 165 verges (79 pour les dames) avec étang, reconnue comme les plus beaux trous de la planète, a la réputation de gober des milliers de balles chaque saison…

Évidemment, ces allées spectaculaires, visitées à l’occasion par les wapitis et autres mammifères du parc, attirent beaucoup de touristes réputés. L’été dernier, les Jack Nicklaus, Greg Norman, John Daly, Sergio Garcia et Stephen Ames étaient les invités du 14e Skins Games canadien. L’acteur et réalisateur Clint Eastwood, grand amateur de golf, figure aussi parmi les fans du parcours. Enfin, une fois la partie complétée, on prolongera la contemplation de ce parcours mémorable en réservant une chambre avec vue sur les allées ou simplement en cassant la croûte au Waldhaus Pub. Cet ancien pavillon de golf, qui fait partie des nombreux restaurants de l’hôtel, surplombe le départ du 15e trou. Un autre point de vue exceptionnel !

www.fairmont.com

Kananaskis Country Golf et Colonial Golf

Kananaskis Country Golf Course

Bien qu’il soit situé hors des limites du Parc national de Banff, Kananaskis demeure une destination envoûtante pour les golfeurs qui visitent les Rocheuses. Côtoyant une nature dont les paysages ont été immortalisés dans le succès hollywoodien Brokeback Mountain, cette région compte deux superbes parcours : Mount Kidd et Mount Lorette.

Malgré ses allures de club privé (un chauffeur s’occupe de stationner la voiture), ce chic complexe de 36 trous se veut trois fois plus abordable que les parcours de Banff et Jasper en plein été. Dessinées par l’architecte Robert Trent Jones Sr au début des années 1980, les allées de ces deux parcours se faufilent sur un territoire truffé de fosses de sable et bordé par l’omniprésente rivière Kananaskis alimentée par les eaux des glaciers. Aménagé au pied des montagnes, chaque tertre de départ offre une vue scénique sur la pittoresque vallée.

Outre ses parcours, Kananaskis, situé à moins d’une heure de Calgary, est réputé pour la tranquillité de ses lieux. Les premiers ministres canadiens ont d’ailleurs fait de cette destination un lieu privilégié pour discuter avec l’élite politique du monde entier. Après le sommet du G8 de 2002, Kananaskis se prépare vraisemblablement à réunir, en juin prochain, le premier ministre du Canada et les présidents américain et mexicain. Parions que le golf figure déjà à l’agenda…

www.kananaskisgolf.com
www.deltahotels.com

Colonial Golf and Country Club

Edmonton est loin d’être la plus enivrante des capitales du pays. N’empêche que les golfeurs qui veulent se reposer avant de prendre le chemin des montagnes y trouvent désormais leur compte. Depuis le début des années 1990, une vingtaine de parcours de golf se sont ajoutés à la cinquantaine de terrains qui gravitaient déjà à moins de 30 minutes du centre-ville. Une suggestion? Le Colonial Golf and Country Club, situé à moins de 15 minutes de l’aéroport. Certes, ses 18 trous sont dénués de panoramas renversants, mais la qualité des verts et des allées bordés d’eau, de sable et d’arbres lui vaut une note très appréciable de 4,5 étoiles de la part du magazine Golf Digest.

www.coloniale.ca

Mise à jour: juin 2007

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos