Objectif: poids santé!

Objectif: poids santé!

Par Françoise Genest

Crédit photo: istockphoto.com

«La perte de poids doit reposer sur une démarche individualisée et globale, incluant les volets alimentation et activité physique de même que les aspects psychosociaux»: voilà l’une des conclusions que tire Lyne Mongeau d’une importante recherche, menée par l’Association de santé publique du Québec, sur les méthodes et les produits amaigrissants au Québec. Dans son rapport intitulé Maigrir, pour le meilleur et non le pire, elle en arrive, tout comme de nombreux experts, à la conclusion qu’au lieu de favoriser uniquement la perte de poids, la démarche doit viser la santé et les changements de comportements à long terme. Les experts sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à préférer le concept de gestion de poids à celui de maigrir. Gérer son poids, c’est:

  • comprendre son rapport à la nourriture et à l’image corporelle;
  • se fixer des objectifs de santé;
  • viser le changement d’habitudes à long terme, incluant une alimentation saine et de l’activité physique régulière; à fixer un objectif de perte de poids réaliste tenant compte de ses besoins énergétiques, de son âge, de son sexe et de son état de santé;
  • ne pas reprendre le poids perdu en maintenant les nouvelles habitudes.

Si l’on fait une synthèse des différentes entrevues et lectures effectuées pour ce reportage, une conclusion s’impose: il faut d’abord tenir compte des aspects psychologiques et sociaux qui se cachent derrière l’embonpoint. Inutile d’entreprendre un régime ou un programme d’entraînement si vous ne prenez pas le temps de comprendre ce qui se cache derrière vos kilos superflus et vos habitudes alimentaires. Pourquoi ai-je pris du poids? Quelle perception ai-je de la nourriture? À quoi servent mes compulsions? Suis-je capable de reconnaître les signes de la faim ou de la satiété? Quelle importance est-ce que j’accorde à l’image corporelle? Pourquoi est-ce que je veux maigrir? Quels sont mes objectifs? Quelles habitudes puis-je améliorer? Voilà en gros les thèmes abordés au cours des rencontres hebdomadaires du programme Choisir de maigrir du groupe ÉquiLibre.

Nécessaires, toutes ces questions? «En y répondant, on est plus à même de faire des choix éclairés face à la perte de poids», explique Fannie Dagenais, directrice du groupe. Cet organisme à but non lucratif œuvre depuis 20 ans dans certains CLSC, centres communautaires et cliniques privées. L’objectif du programme: freiner le phénomène du yoyo, modifier les comportements à long terme et favoriser une saine gestion du poids. ÉquiLibre jouit d’une grande crédibilité auprès des experts québécois et a été le seul programme recommandé par le magazine Protégez-Vous qui a passé différentes méthodes amaigrissantes en revue dans son édition de mai 2005. Actuellement, plus d’une centaine de diététistes, psychologues et travailleurs sociaux animent les rencontres, et ce, à travers tout le Québec.

Pour rejoindre le groupe ÉquiLibre et savoir où est offert le programme dans votre région ou pour en savoir plus sur la démarche: www.equilibre.ca

Cinq règles pour gérer son poids

Cinq règles pour gérer son poids


Deuxième aspect de la perte de poids: l’alimentation. Voici les cinq règles de base pour bien gérer son poids.

  • Éviter les régimes incluant des privations, des aliments interdits et des restrictions calorifiques trop sévères. D’une part, on risque les carences nutritives, d’autre part, des études démontrent que les privations excessives ou continuelles débouchent sur des compulsions qui mènent à la reprise de poids.
  • Un bon programme amaigrissant doit être basé sur une étude personnalisée de votre cas. On doit d’abord établir vos habitudes alimentaires, la quantité moyenne de calories que vous consommez, avant d’établir un programme. Celui-ci devra tenir compte de votre âge, votre sexe, votre dépense énergétique et votre état de santé.
  • Pour perdre du poids, il faut réduire sa consommation de calories. Pour une perte graduelle de poids de 1 à 2 lb (500 g à 1 kg) par semaine, il faut réduire son apport énergétique de 500 à 1 000 calories par jour. Cependant, il faut consommer au moins 1 200 calories par jour pour les femmes et 1 500 pour les hommes. (On peut aussi augmenter sa dépense énergétique par l’exercice ou combiner les deux.)
  • La modification des comportements alimentaires ne doit pas être drastique; il faut y aller par étapes. Chaque changement acquis sera un encouragement à persévérer. Et il est prouvé que des changements graduels persistent plus longtemps.
  • Souvenez-vous qu’un bon programme alimentaire devrait être basé sur les recommandations du Guide alimentaire canadien pour manger sainement et inclure une grande variété d’aliments des quatre groupes.

Choisir sa méthode

Choisir sa méthode

Pourquoi s’inscrire à un programme d’amaigrissement? Les raisons sont variables et multiples, mais, pour bon nombre de participants, le soutien d’un groupe et l’échange qu’ils ont avec les autres membres constituent une source de motivation.

Weight Watchers. Fondé à New York en 1963, le groupe est présent dans plus de 30 pays et aurait touché plus de 46 millions de personnes. Au Québec, on compte plus de 150 points de rencontre. «Le programme offre un encadrement, une structure et une foule d’informations sur la nutrition, l’activité physique, le stress et tout ce qui peut influencer la gestion de poids, explique Johanne Dupuis, directrice du groupe pour le Québec. Au menu de Weight Watchers: deux programmes amaigrissants. L’Option Alibase consiste en une liste d’aliments sains et non transformés dans laquelle on puise pour établir son menu. Pour sa part, l’Option Flex est un système de points accordés aux aliments en fonction de leur valeur calorique; un maximum de points est permis selon les objectifs visés; à l’intérieur de cette balise, il faut consommer un minimum d’aliments de chaque groupe alimentaire. Pour en savoir plus: www.weightwatchers.ca

Minçavi. On mise aussi sur le soutien du groupe, les informations et les échanges pendant les animations. Fondé il y a 20 ans, le groupe compte 250 points de rencontre à travers le Québec, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick. Le programme alimentaire est basé sur une répartition équilibrée de portions parmi les quatre groupes alimentaires. «Curieusement, les gens savent ce que sont les Omega 3, mais ils ont peine à définir ce que représente une portion de fruits, de viande ou de produits laitiers, explique Véronique Therrien, diététiste chez Minçavi. Quatre programmes sont offerts selon la situation de départ, les besoins énergétiques et les objectifs personnels fixés au début du programme. Minçavi n’est pas un régime, c’est un mode de vie pour gérer son poids», soutient Mme Therrien. Pour en savoir plus: www.mincavi.com

Harmonie Santé. On favorise plutôt l’approche individuelle que l’approche de groupe. «Cela permet de mieux cerner la condition de base et de déterminer des objectifs personnalisés, explique Marise Charron, présidente de l’organisme. Les échanges avec la diététiste permettent de détecter les problèmes psychologiques plus graves et d’orienter les patientes vers une ressource adéquate.» Harmonie Santé regroupe une centaine de diététistes qui exercent dans différentes régions du Québec et qui suivent une formation complémentaire offerte par leur employeur. On peut choisir entre un forfait de 5, 10, 15 ou 30 rencontres. Pour en savoir plus: www.harmoniesante.com

Et bouger

Bougez!

L’activité physique, c’est le nerf de la guerre… «Bouger a changé mon rapport à mon corps, à mon poids et à la nourriture, raconte Jeanne, 46 ans, qui s’est débarrassé de 100 lb (45 kg) en 18 mois. J’ai commencé par marcher avec une copine, trois fois une heure par semaine. Nous avons commencé lentement, augmentant le rythme sans même nous en rendre compte. Au bout de quelques semaines, spontanément, je mettais de côté les aliments trop gras ou trop sucrés pour ne pas ruiner les bienfaits de ma marche. En quelques semaines, j’avais perdu 7 lb (3,2 kg). Je n’ai pas fait de régime, j’ai tout simplement décidé de vivre mieux.»

La constance, voilà la carte maîtresse. L’objectif à atteindre: 30 minutes par jour, en augmentant graduellement. Choisissez une activité que vous aimez et qui est accessible, sinon vous ne tiendrez pas le coup. L’idée, c’est de prendre plaisir à bouger. Idéalement, l’activité physique doit faire partie de votre vie quotidienne.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos