Petit à petit

Petit à petit

Par Aline Pinxteren, Éditrice et rédactrice en chef

Crédit photo: Laurence Labat

La semaine passée, j’ai parcouru les sites marquants d’Euromaïdan en compagnie de Valeriia, puis Sasha m’a montré, ses endroits préférés à l’appui, pourquoi Odessa valait le détour. J’ai visité le centre de Kjiv avec Eugene, les catacombes d’Odessa avec Yuri et les villas Sécession de Lviv avec Anna avant une découverte des vins ukrainiens en compagnie de Lena. Ne vous inquiétez pas, je ne suis bien sûr pas partie faire du tourisme dans un pays atrocement meurtri par la guerre, mais ces escapades ne sont pas complètement imaginaires pour autant: Valeriia et les autres existent vraiment.

Tous gagnaient leur vie en offrant des excursions aux voyageurs via la plateforme communautaire Airbnb. On peut toujours réserver des «expériences» (leur nom officiel sur ce site) même si elles n’ont évidemment plus réellement lieu, et l’argent est directement versé sur le compte des guides ukrainiens concernés. C’est ce qui m’a aidée personnellement en me donnant l’impression d’agir face aux images terribles qui déferlaient devant nos yeux depuis l’invasion de l’Ukraine.

Tout nous dépasse ces derniers temps, vous ne trouvez pas? On se sent si petits face aux événements mondiaux qui s’enchaînent sans qu’on ait prise sur leur dénouement.

Face à l’immensité de ce qu’on traverse collectivement depuis un moment, comment se sentir moins impuissants, justement? Peut-être par des petits gestes à notre niveau… Contre la Covid, on a mis nos masques et respecté les consignes. Face à une guerre qui nous émeut, on donne comme on peut, du temps, de l’argent, des pensées. Et en réaction au récent rapport alarmant du GIEC sur l’état de la planète, on recycle, on pédale, on change pour l’électrique et on consomme local.

Dérisoire? Certes, mais on reprend ainsi un peu la maîtrise, moins écrasé par plus grand que soi, moins anxieux aussi. Et l’avenir immédiat devrait nous aider à recharger nos batteries puisqu’avril est là. Le nom de ce mois ne vient pas pour rien d’aperire, «s’ouvrir» ou «éclore» en latin: c’est la porte d’entrée vers la belle saison. On ne sait pas ce que l’univers nous réserve, mais chose certaine, tous les tunnels ont une fin! Enfin, le masque tombe et la neige fond. La porte sur l’été, on l’ouvrira bien grand cette année pour une bonne bouffée d’air: baignades, balades, barbecues, partys…

Ça, on peut heureusement le contrôler, cela ne dépend que de nous!

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley, Rédactrice en chef

Le bel âge, c’est nous!

Vidéos