Le Bel Âge ne supporte plus votre navigateur. En savoir plus

Les conseils de Christiane Laberge pour arrêter de fumer

Les conseils de Christiane Laberge pour arrêter de fumer

Par Jessica Dostie

Crédit photo: Qihao Wang via Unsplash

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer. «À tout âge, on a avantage à abandonner la cigarette, confirme la Dre Christiane Laberge. Même si on a 90 ans!» La médecin de famille nous explique pourquoi. 

On connaît les effets néfastes de la cigarette sur la santé, en particulier les risques accrus de souffrir de problèmes cardiaques ou de certains cancers. Abandonner le tabagisme a pourtant des effets immédiats qu’on peut ressentir de manière plus concrète dans notre vie quotidienne. «Après 8 heures sans fumer, la quantité de nicotine et de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié», rappelle Dre Laberge. De fait, des bienfaits sont observables dès les 20 premières minutes, s’entendent les experts: la tension artérielle baisse, la fréquence cardiaque ralentit et la température des mains et des pieds augmente.

Les avantages s’additionnent à mesure que les jours passent. En trois jours, la respiration se sera déjà considérablement améliorée, et la marche nous paraîtra plus facile en quelques semaines à peine. «C’est très rapide comme renforcement positif», souligne Christiane Laberge, ajoutant le bonheur qu’éprouvent certains ex-fumeurs à retrouver le goût et l’odorat.

 

Des conseils pour cesser de fumer

Si l’abandon du tabagisme améliore grandement la qualité de vie, cette perspective ne suffit toutefois pas toujours à nous motiver à écraser. «Il faut planifier la chose», recommande Dre Laberge. 

Étape numéro un: apprendre à se connaître et savoir quel genre de fumeur on est afin d’établir une stratégie qui fonctionnera pour nous. «Par exemple, quelqu’un qui fume cinq cigarettes par jour ne devrait pas opter pour les timbres, qui envoient la quantité de nicotine qu’on retrouve dans sept ou huit cigarettes. Ce serait illogique!» estime la porte-parole du Défi J’arrête, j’y gagne! 

Christiane Laberge croit aussi beaucoup à la méditation pleine conscience et à la cohérence cardiaque, des méthodes éprouvées pour calmer les nerfs, parfois même en à peine 2 minutes. «C’est extraordinaire!, s’exclame-t-elle. Souvent, les fumeurs sont de grands anxieux et simplement apprendre à respirer avec le ventre peut beaucoup les aider.»

Voilà autant d’astuces à garder dans notre coffre à outils en vue du moment où on se sentira prêt à mettre une croix sur le tabac.

 

Quelques chiffres

1 235 000  (17 %): C’est le nombre de fumeurs au Québec. Les 65 ans et plus comptent pour 10,3 % de ce total (164 300). 

Après 1 an sans tabac, le risque de maladies cardiovasculaires chute de 50 %.

Depuis le début de la pandémie, un fumeur sur quatre (27 %) a augmenté sa consommation de cigarettes. En outre, plus de la moitié d’entre eux (57 %) n’ont pas changé leurs habitudes.

Sources: Statistique Canada; defitabac.qc.ca.


Des outils pour écraser

Chaque année, le Défi J’arrête, j’y gagne! propose des outils gratuits pour aider les participants à écraser pour de bon. La campagne 2021 se déroule jusqu’au 21 mars, mais rien ne nous empêche de nous y mettre au moment qu’on juge le plus opportun! Voici trois ressources d’aide à l’abandon du tabagisme: 

quebecsanstabac.ca; defitabac.qc.ca; 1 866 JARRETE (527-7383).

 

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, rédactrice en chef

Fil de soi

Vidéos