Le Bel Âge ne supporte plus votre navigateur. En savoir plus

J’ai brisé un record!

J’ai brisé un record!

Par Jessica Dostie

Crédit photo: Miguel A. Amutio via Unsplash

À 75 ans, Simonne Poulin est plus en forme que jamais. De son propre aveu, cette infirmière à la retraite et mère de quatre enfants n’a pourtant jamais été une grande sportive. «Je n’étais pas du tout une athlète. J’étais d’ailleurs si peu adroite qu’à l’école, j’étais toujours celle qu’on choisissait en dernier!» Pourtant, elle a couru le marathon... et pas seulement qu'un!

À l’aube de ses 70 ans, elle décide néanmoins de se remettre en forme. «Pour moi, c’était une question de santé.» L’élément déclencheur? Les escaliers! «Je me suis rendu compte que j’étais de plus en plus essoufflée quand j’allais faire mon lavage au sous-sol. À un moment donné, je me suis dit qu’il fallait que je sois plus active.»   

Après avoir tenté la course à pied – trop ardu –, Simonne se découvre une véritable passion pour la marche rapide. «Plus ça allait, plus j’augmentais les distances et plus j’aimais ça. Ça fait un bien fou, autant pour le physique que pour le moral. C’est devenu mon moment privilégié avec moi-même, que ce soit pour écouter de la musique, méditer ou admirer des paysages que je ne remarquais pas en voiture.»

Près de chez elle, la Lévisienne ne manque pas de choix! «J’aime longer le fleuve en allant vers les ponts ou marcher vers le vieux Lévis. Ça me permet de joindre l’utile à l’agréable.»

Simonne Poulin

D’un défi à l’autre

Rapidement, Simonne Poulin se met à rêver de marathons. Et pourquoi pas en compléter un avant ses 75 ans ? En 2018, on la retrouve ainsi sur la ligne de départ du Marathon de Toronto. Quelques mois plus tard, en avril 2019, elle termine le Marathon de Paris en 5 heures, 53 minutes et 23 secondes. Deux exploits qui s’ajoutent aux sept demi-marathons auxquels elle a également pris part ces dernières années. «C’est ce qui me rend le plus fière: m’être fixé des objectifs qui apparaissaient inaccessibles au début, mais que j’ai fini par atteindre grâce à un entraînement assidu.» 

L’athlète, aujourd’hui membre du Club Vainqueurs Plus, n’a pas l’intention de se reposer sur ses lauriers. Encadrée par ses entraîneurs Marlène Bouillon et Jocelyn Ruest, elle marche toujours cinq fois par semaine. Rien ne l’arrête: ni le froid (il suffit de bien s’habiller, dit-elle) ni la glace (elle s’est équipée de crampons). «Même si je me suis entraînée en autodidacte au début, j’ai progressé rapidement en évitant les blessures parce que je me suis entourée de professionnels.»

Ses entraîneurs lui ont proposé de passer de la marche rapide à la marche athlétique, un sport beaucoup plus technique qu’elle espère encore pratiquer longtemps. «En 2020, même si presque toutes les compétitions ont été annulées les unes après les autres, j’ai toujours gardé ma motivation.» Résultats des courses: en septembre, elle a participé au Demi-marathon Marcel Jobin, à Saint-Boniface, où elle a établi un record provincial de marche athlétique sur 5000 mètres dans la catégorie des femmes de plus de 70 ans. 

Et ce n’est pas tout! Simonne Poulin vise à présent les Championnats mondiaux de marche athlétique 2022, qui se tiendront à Edmonton. «La marche m’a personnellement réconciliée avec le fait de vieillir.» 

Vous ou une personne de votre entourage avez aussi connu une grande première après 50 ans? N’hésitez pas à nous en faire part à redaction@lebelage.ca.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, rédactrice en chef

Fil de soi

Vidéos