Prendre les bonnes résolutions

Prendre les bonnes résolutions

Par Jacqueline Simoneau

Crédit photo: iStockphoto.com

Les résolutions partent toujours d’une bonne intention. Elles indiquent qu’on veut reprendre sa vie en main, s’améliorer, maximiser son bien-être, vivre plus sainement, se débarrasser d’habitudes agaçantes... De prime abord, c’est une bonne chose. Le Nouvel An est souvent vu comme le moment propice pour entreprendre ces changements, parce que c’est le début d’un nouveau cycle. Et, avouons-le, c’est aussi la période où l’on se sent coupable d’avoir fait des excès de bonne chère et d’alcool. Or, la culpabilité est un excellent motivateur... 

Le problème, c’est qu’on a souvent tendance à prendre des résolutions de façon impulsive. On décide de maigrir parce qu’on a pris cinq kilos durant la période des Fêtes, ou de cesser de fumer pour répondre aux demandes incessantes de notre conjoint. Hors, les résolutions prises sur un coup de tête ou pour plaire aux autres fondent habituellement comme neige au soleil. On s’accuse de manquer de volonté, on se décourage et… on déprime. Finalement, on se retrouve à la case départ avec, en plus, l’estime de soi au plancher. La belle affaire! 

Au fond, les résolutions du Nouvel An sont bénéfiques dans la mesure où elles sont claires, réfléchies et, surtout, qu’elles correspondent à un réel désir de changement. Sinon, mieux vaut prendre la résolution de… ne pas en prendre! Donc, rien ne vous oblige à prendre une résolution – souvent la même d’une année à l’autre – que vous savez vouée à l’échec, ou à vous imposer quelque chose sous prétexte que c’est le 1er janvier et que tout le monde le fait. N’importe quelle période de l’année fera aussi bien l’affaire pour mettre en branle les objectifs qui vous tiennent vraiment à coeur. 

Prendre les bonnes résolutions: règles de 1 à 5

1- Sélectionner une seule résolution.

Pas question de mener deux ou trois combats de front. Vous finiriez par vous décourager et renoncer. Mettez votre énergie à atteindre un seul objectif.

2- S’attaquer à la cause plutôt qu’au symptôme.

L’erreur la plus commune est de ne pas cibler le bon objectif. Par exemple, on peut décider de suivre une diète parce qu’on se trouve gros et laid. Mais ce n’est pas nécessairement en perdant des kilos qu’on se sentira plus beau et mieux dans sa peau. Combien de personnes minces se trouvent laides? Les comportements ou habitudes dont on n’arrive pas à se défaire cachent parfois d’autres enjeux.

3- Prendre une résolution pour soi, parce qu’on la juge importante pour soi.

Vous augmenterez grandement vos chances de réussite si vous faites un choix pour vous plutôt que pour faire plaisir à quelqu’un d’autre, ou encore pour répondre à des pressions sociales. Vous serez plus motivé.

4- Éviter les résolutions hors de sa portée.

La meilleure façon de ne pas tenir une résolution, c’est de mettre la barre trop haut ou d’avoir des objectifs irréalistes et inatteignables. Ainsi, ne vous lancez pas le défi de courir le prochain marathon de Montréal si vous n’avez jamais couru auparavant, ou bien de bannir complètement le chocolat si c’est votre friandise préférée. Échec assuré.

5- Penser différemment.

Les résolutions tournent souvent autour de comportements du type «Je vais perdre 10 kilos», «Je vais me remettre en forme», «Je vais cesser de fumer», toutes choses, vous dites-vous, qui demandent une bonne dose de courage. En pensant ainsi, vous partez perdant. Transformez plutôt le négatif en positif. Abordez votre résolution comme un cadeau de vous à vous. Au lieu de mettre l’accent sur les kilos à perdre, recherchez l’option la plus agréable pour y arriver: dénicher de nouveaux fruits et légumes puis apprendre à les cuisiner, essayer de nouvelles techniques de cuisson sans gras, partir à la découverte des meilleures collations faibles en calories, etc. Au fil de vos découvertes, et sans même vous en rendre compte, vous mangerez autrement et délaisserez peu à peu les aliments hypercaloriques. Rappelez-vous également que c’est la privation et la rigidité qui transforment une résolution en corvée. Mieux vaut agir dans le plaisir et avec une certaine souplesse. C’est plus long, mais plus durable. 

Prendre les bonnes résolutions: règles de 6 à 10

6- Prendre une résolution «mesurable». 

C’est la seule façon de savoir si vous êtes sur la bonne route. Par exemple, au lieu de déclarer simplement que vous allez vous remettre en forme – un but louable, mais vague –, engagez-vous plutôt à «aller au centre sportif deux fois par semaine». Puis notez sur un calendrier les jours où vous vous y rendez. Ainsi, vous pourrez facilement vérifier votre parcours. 

7- Définir clairement ses intentions et les étapes à franchir. 

Voulez-vous pouvoir monter un escalier sans être essoufflé ou travailler votre souplesse ou votre musculature? En précisant vos besoins, vous pourrez adapter les exercices en fonction du but à atteindre. Le résultat sera plus convaincant et plus rapide. 

8- Viser le court terme. 

Ce sera plus facile de réussir si la date butoir de votre résolution est dans un mois plutôt que dans un an. Plus la récompense de vos efforts sera éloignée, plus vous aurez du mal à maintenir votre motivation. Vous voulez maigrir de 10 kilos? Au lieu de vous focaliser sur ces 10 kilos, fixez-vous comme objectif de perdre 2 kilos par mois. Et mettez tous les efforts nécessaires pour atteindre ce but. À la fin du mois, faites le point, corrigez le tir au besoin et prolongez votre objectif d’un autre mois, et ainsi de suite. Appréciez chaque petite victoire. Vous manquez de ténacité? Donnez-vous un objectif hebdomadaire. L’important, c’est d’avancer.

9- Choisir des résolutions plaisir. 

Les résolutions n’ont pas à être toutes axées sur l’effort et la privation. Certaines visent le plaisir et le mieux-être. Des suggestions: s’offrir un massage par mois, ne plus répondre au téléphone durant les repas et les moments en tête-à-tête, suivre un cours de cuisine thaïlandaise ou recourir à de l’aide ménagère. 

10- Mettre à jour ses objectifs. 

Si vous avez l’habitude de vous fixer les mêmes objectifs d’une année à l’autre, c’est peut-être qu’ils ne correspondent plus à vos besoins. Vos expériences (promotion, séparation, retraite, etc.) ont probablement modifié votre vision et, par ricochet, vos buts. L’heure est au bilan. Vous changez, vos résolutions également. 

Merci aux psychologues Brigitte Hénault et Camillo Zacchia pour leur précieuse collaboration. 


Vous aimerez aussi:
Vous prenez de grandes résolutions… que vous abandonnez après quelques semaines ou, pire, quelques jours. Voici cinq astuces pour tenir bon.
Vous avez pris déjà pris une résolution en début d'année qui a changé votre vie? Racontez-nous votre histoire et partagez vos trucs pour réussir à améliorer un aspect de notre vie qui ne nous plaît pas.
Ah, les résolutions du Nouvel An! On commence l’année avec les meilleures intentions, puis on oublie, on laisse tomber. Mais cette année, ce sera différent puisqu’on prendra des résolutions pour un seul mois à la fois.
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos