Comment contrôler ses pensées négatives

Comment contrôler ses pensées négatives

Par Jacqueline Simoneau

Crédit photo: iStockphoto.com

Développez votre vigilance. 

Pour freiner vos pensées négatives, vous devez prendre conscience du moment précis où elles se mettent en marche. Pour y arriver, on observe ses pensées afin de repérer les scénarios et les discours intérieurs improductifs, négatifs ou essentiellement centrés sur l’ego. Soyez attentif: vos pensées négatives vous accompagnent partout.

Par exemple: vous êtes dans la file d’attente au supermarché. Vous êtes presque rendu à la caisse quand la gérante vient y cueillir l’argent accumulé ou que le client devant vous sort sa pile de bons de réduction. À cet instant même, vos pensées négatives pourraient bien se réveiller: «Pourquoi est-ce toujours à moi que ça arrive?... Il n’aurait pas pu venir un autre jour avec ses coupons!... J’ai autre chose à faire que d’attendre.»

Les pensées négatives peuvent aussi se pointer au boulot, quand le petit nouveau avec son ambition démesurée ou votre collègue avec sa nouvelle robe griffée vous vous fait suer. Bref, essayez de vous rendre compte chaque fois de leur entrée en scène, d’en faire un réflexe, en quelque sorte. 

Faites diversion

Dès les premières phrases qui se bousculent dans votre tête, dites stop! Branchez immédiatement le fil de vos pensées sur une activité concrète ou sur le moment présent. Car, ce qu’il ne faut jamais oublier, c’est que l’attention ne peut pas se porter sur deux choses en même temps. Si l’esprit est déjà occupé, il ne peut plus ruminer.

Donc, si vous êtes en train de discuter avec quelqu’un et que vous vous rendez compte que vous ne l’écoutez plus parce que votre hamster tourne en rond dans votre tête, ramenez illico votre attention sur ce que la personne raconte. Si vous mangez, concentrez-vous sur les saveurs des aliments. Ou, encore, adonnez-vous à une activité qui occupe votre esprit. Privé d’attention, votre hamster ne pourra plus accaparer vos pensées. Au fond, c’est comme l’entraînement physique: plus vous le pratiquez, plus vous obtenez des résultats. Mais ne baissez jamais la garde. Car votre hamster recommencera sa course dès qu’il en aura l’occasion. 

Concentrez-vous sur votre respiration. 

Prenez conscience du parcours de l’air qui traverse vos narines, qui gonfle votre abdomen, qui remonte, puis qui quitte vos narines. Pendant que vous portez votre attention sur votre respiration, vous muselez votre hamster. Cet exercice peut être exécuté n’importe où, n’importe quand et aussi souvent que vous en ressentez le besoin. Initiez-vous également à des activités de relaxation et de méditation. Imaginez que vos pensées nuisibles filent comme les nuages dans le ciel. 

Recadrez vos pensées.

Des pensées négatives qui s’emballent signifient, pour la plupart des gens, une tendance à dramatiser les choses ou à prévoir le pire. Prenez une certaine distance par rapport à ce type de pensées. Analysez ce qui vous trouble et ce que vous ressentez. Transformez vos pensées catastrophiques en pensées rationnelles. Reconnaissez que la situation n’est, au fond, pas si terrible.

Supposons que, au resto, vous répandez du vin rouge sur votre vêtement juste avant l’arrivée d’un client important. Vous paniquez: «Qu’est-ce qu’il va penser?... C’est sûr que je vais perdre le contrat!» Une autre attitude est de vous dire plutôt: «Ce n’est qu’un vêtement. Je vais lui expliquer ma maladresse. Il va comprendre. Heureusement, mon dossier est béton.» Ainsi, vous dédramatisez instantanément la situation, si désagréable soit-elle. Vos pensées ne pourront plus se faire menaçantes. 

Libérez votre esprit. 

Si notre esprit est accaparé par nos pensées négatives, c’est souvent parce que nous gardons tout à l’intérieur de nous. Pour vous aider à libérer vos émotions, Josée Jacques vous propose l’exercice des «trois pages du matin», qui consiste à écrire spontanément tout ce qui vous passe par la tête. Une fois vos émotions sur papier, vous pourrez donner congé à vos pensées négatives.

Vous aimerez aussi:


On est en retard à cause d’un bouchon de circulation, on brise un vase par accident, et on se sent terriblement coupable. D’où vient donc cette manie? Comment cesser de se culpabiliser? Explications.

Vous êtes un éternel insatisfait parce que vous vous comparez constamment aux autres? Si vous renversiez la vapeur pour vous centrer sur vos besoins et vos désirs propres plutôt que sur ceux des autres?

Avez-vous souvent l’impression de parler dans le vide avec votre conjoint, vos collègues, vos amis?  Voici comment vous y prendre pour attirer leur attention et vous faire écouter.

Peu importe l’âge, on sent tous et toutes le besoin d'oublier le quotidien, les responsabilités ou le boulot. Existe-t-il de bons trucs pour décrocher? Voici des recettes éprouvées par nos invités.
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos