Quand l’amour touche le cœur

Quand l’amour touche le cœur

Par Denis Monette

Crédit photo: iStockphoto.com

Il a 12 ans, elle aussi, ils sont chaque jour dans la même cour d’école; ils s’échangent des regards, elle est timide, lui davantage... Ils sont amoureux l’un de l’autre. Sans se le dire. Déjà! Mais voyant la fête des cœurs s’amener, il demande à sa grand-mère, gêné de s’ouvrir à sa mère, ce qu’il pourrait offrir à une petite amie. Cette dernière, sourire aux lèvres, lui chuchote à l’oreille: «Des chocolats dans une jolie boîte de satin rouge. Comme grand-papa quand j’étais jeune. Les demoiselles aiment toutes le chocolat, tu verras...»


50 ans à s’aimer


Et grand-maman se souvient de son Gilbert et des chocolats au lait qu’il lui avait offerts, à peu près à cet âge, il y a bien longtemps... Elle se revoit, elle en soupire encore. Cinquante ans plus tard, après avoir traversé ensemble les hauts et les bas de la vie, après avoir lutté contre vents et marées, après avoir souri devant les joies, pleuré pour humecter les peines, ils sont encore ensemble, unis, main dans la main. L’amour d’hier a fait place à la tendresse. D’un regard, elle le réconforte. Lui la regarde, hélas sans comprendre. Parce que Gilbert souffre d’une dégénérescence, sa mémoire s’affaiblit de jour en jour. Elle, encore en forme, quelques courbatures, rien de plus, veille sur lui avec ce même soin amoureux qu’aux premiers jours.

Sans gâteries apparentes, sans cadeau enrubanné, avec juste la chaleur de sa main dans la sienne pour qu’il discerne qu’elle l’aime encore autant. Différemment. En le soignant, en le choyant de petits plaisirs instantanés qui, hélas!, s'égouttent dans l’entonnoir de l’oubli. Sans penser qu’elle est exténuée, qu’elle est parfois au bout de sa corde. Parce que les aidants, les soignants, ne se rendent pas compte de leur dévouement. Pas quand on aime encore après toutes ces années. Parfois lasse, soupirant quelque peu quand le couvercle cherche à sauter devant les questions trop souvent répétées, elle le regarde avec émoi et murmure: «Ça aurait pu être moi...» Pour que la vapeur redescende, pour que l’amour encore présent l’emporte sur l’impatience.

Des histoires d'amour

Quelques nuages, sans plus


Quand l'amour touche le cœur, c’est aussi Stéphane qui, après 20 ans de vie à deux, rentre en ce soir de la Saint-Valentin avec un bouquet de roses rouges pour Lucie, en lui murmurant: «Viens, on nous attend au restaurant, ils ont une succulente carte des vins!» Elle se maquille, enfile sa plus jolie robe et lui dit en déposant une goutte de parfum au creux de ses poignets: «Regarde sur la commode, mon chéri, c’est pour toi.»

Quelle joie! Le livre qu’il désirait sur le bricolage! Avec une carte ornée de chérubins et remplie de je t’aime. Les enfants sont assez grands pour se garder seuls. Ce soir, c’est à deux qu’ils iront renouer avec les aveux que l’on camoufle trop souvent sous l’oreiller au fil des années. Avec ces regards de couple accompli qui en est aux étincelles de ses incendies d’antan. Parce qu’ils ont compris que les différends n’étaient que passagers dans un amour constant. Et qu’à tourner ainsi la page, on se remet en question avec moins de chamaille, plus de compréhension. Comme si de rien n’était... ou presque!

Un amour tout neuf


Quand l’amour touche le cœur, c’est qu’il se glisse aussi dans les sentiments de celle qui, séparée de son conjoint, seule mais en plein prologue d’une nouvelle histoire, espère que le désir de l’autre viendra combler le sien. Et vice versa quand c’est lui qui, délaissé, rêve d’une seconde chance où enfin... Lui qui cherche à offrir, par le biais d’une carte, les mots tendres que son cœur n’ose encore avouer. Lui ou elle qui, d'un arrangement floral ou d'une bouteille de vin, suggère l’essai d’un doux partage. Et pourquoi pas! Puisque les bourgeons de l’amour en suggèrent l’éclosion...

Il y a aussi ces veufs, ces veuves, qu’importe l’âge, qui souhaitent discrètement aimer et être aimés. Au gré de leurs plus nobles intentions. Rendre quelqu’un d’autre heureux en se délectant de sa part de bonheur. Ah !, ce que l’amour peut accomplir! Que de gestes, que de pas, quand le cœur s’en fait le balancier!


Une pensée d’amour…


Puis enfin, la plus belle image de l’amour, celle d’un proche pour un autre. Le camée que l’on offre à une grand-mère pour orner son col de dentelle, les gants de laine pour un grand-père en ce mois encore frisquet. Une eau de toilette, un roman, un rang de perles pour une mère, une canne à pêche, un guide de l’auto ou un film de la dernière cuvée pour un père. N’importe quoi! Parfois un tout petit rien selon les moyens, pourvu que le présent soit noué des ficelles d’un cœur aimant. Une visite à un être cher hospitalisé, un baiser sur le front d’un enfant malade avec un: «Je t’aime, mon petit ange...»

Quand l’amour touche le cœur, la main ne doit pas avoir de retenue pour que les gestes soient au diapason des plus vives émotions. Et c’est ainsi, avec un simple je t’aime murmuré à l’unisson, que les plus belles chansons d’amour viendront se répandre dans les cœurs...

Mise à jour: mars 2009

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos