Faire confiance à la vie malgré les coups durs

Faire confiance à la vie malgré les coups durs

Par Ève Martel

Crédit photo: Laurence Labat

Quand on vit un bouleversement, il nous faut un plan pour passer à autre chose et ressentir qu’un nouveau départ est possible.

Les chocs de la vie prennent diverses formes: perte d’emploi, urgence médicale, rupture amoureuse, décès d’un être cher… Comme tout le monde, j’en ai vécu plusieurs, certains plus bouleversants que d’autres. Mais peu importe la gravité de la situation, on peut facilement se laisser abattre. Qui en souffre le plus? Nous. C’est donc important de se faire confiance et de réaliser que nous sommes capables de voir plus loin que la douleur.

Souvent, devant l’épreuve, notre moral en prend un coup. Le découragement et l’apitoiement sur soi s’installent. Si on a le droit de prendre un moment pour encaisser le tout, notre état d’esprit doit éventuellement s’ajuster afin d’envisager notre nouvelle réalité de façon positive. Il ne s’agit pas d’ignorer la douleur, la confusion ou la peine, mais de réaliser qu’on a le courage et la résilience pour confronter les détours imprévus. Faire confiance à la vie ne changera pas ce qui est arrivé, mais cela nous donnera plus d’outils pour avancer. Voici quelques gestes de réconfort pour retrouver un quotidien sous le signe de la paix et de l’optimisme.

Contempler ce qu’on a appris

L’essentiel est de se concentrer sur les leçons à tirer de ce qui nous est arrivé. En discutant de la situation avec des proches prêts à offrir écoute et soutien, on peut voir ce que nous en retirons de positif. De ce fait, en regardant aussi comment nous avons vécu les épreuves du passé, nous pouvons comprendre et accepter que la vie n’est pas sans soubresauts. Peut-être allons-nous alors enfin réaliser que nous sommes plus forts et plus flexibles que nous le croyons.

Repérer les nouvelles possibilités

Sortir d’un coup dur peut se transformer en tremplin vers un nouveau départ. Arrêtons-nous à regarder ce que les changements nous apportent comme bénéfices. On doit déménager parce que la maison est trop grande après la perte d’un conjoint? Une fois le choc passé et une nouvelle routine établie, on réalise qu’on a plus de temps pour nous. On prend plaisir à décorer notre nouvel intérieur. Et on rencontre peut-être de nouveaux amis!

Faire des plans simples

Pour retrouver un début de normalité, on inscrit à l’horaire des activités simples, faciles à contrôler et qui nous secouent du marasme: un pique-nique en famille, des promenades matinales dans un nouveau quartier qu’on veut apprivoiser… En créant ces petits moments, on se rappelle qu’il est possible de contrôler la direction de nos journées. Que nous ne sommes pas victimes du destin. Et que de belles choses sont encore à portée de la main.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos