Les grandes villes d’art italiennes

Les grandes villes d’art italiennes

Par Nathalie De Grandmont

Rome: éternelle, mais bien vivante

«En Italie, l’art est tellement partout que même les lampadaires sont élégants!» J’ai entendu un jour un touriste faire cette réflexion dans une rue de Rome qui n’avait pourtant rien d’exceptionnel. Mais à sa façon, ce visiteur exprimait avec justesse un trait commun à plusieurs villes italiennes, dont Rome, Florence et Venise. En effet, dans ces trois villes aux nombreux musées et aux églises riches de trésors inestimables, l’art nous attend à tous les coins de rue, sur les façades des palais, sur les ponts, dans les alcôves cachées au fond de petites rues paisibles, sans oublier les places publiques, toujours d’une grande beauté. 

À Rome, par exemple, on peut admirer de nombreux chefs-d’oeuvre architecturaux d’à peu près toutes les époques: des obélisques rapportés d’Égypte jusqu’aux splendeurs du baroque, en passant par les vestiges du Forum et du Colisée de la Rome antique qui nous rappellent l’extraordinaire survivance de cette «ville éternelle». Mais l’art et l’art de vivre s’y conjuguent aussi au présent, notamment sur les magnifiques piazzas. Dès que le soleil réchauffe les sept collines de Rome, ses places majestueuses deviennent en effet de véritables théâtres offrant un joyeux mélange de commerçants affairés et de touristes bien déterminés à profiter de la dolce vita tout en dégustant d’onctueuses gelati. Plusieurs optent pour la place d’Espagne, histoire de lézarder dans ses fameuses «marches espagnoles» ou encore à ses pieds, autour de la fontaine de la Barcaccia. D’autres vont directement à la fontaine de Trévi, immortalisée par Fellini. Cette belle baroque du XVIIe siècle est devenue si populaire qu’il faut parfois jouer du coude pour y apercevoir le char de Neptune et ses deux chevaux symbolisant les humeurs de l’Océan. Et comment ne pas se rendre à l’immense piazza Navona, l’une des splendeurs de la Rome baroque grâce aux trois majestueuses fontaines du sculpteur Bernin? Au centre trône sa fontaine des Quatre- Fleuves, dont les statues allégoriques représentent le Nil, le Rio de la Plata, le Gange et le Danube. Aux extrémités on remarquera la fontaine de Neptune et celle des Maures, dont les personnages se découpent sur les murs colorés des maisons avoisinantes. Le soir venu, sans ses peintres et ses vendeurs de tableaux, la piazza Navona devient encore plus magique, alors que s’entremêlent les conversations animées sur les terrasses tout autour, nimbées par l’éclairage nocturne des fontaines. 

Après avoir profité des plaisirs romains sur les piazzas et fait quelques emplettes au sympathique marché du Campo dei Fiori, on peut difficilement quitter cette ville sans aller voir les trésors du Vatican. Enclavé au centre de Rome, le plus petit État souverain du monde est dominé par l’imposante basilique Saint-Pierre, elle aussi marquée par le génie de Bernin, qui signa notamment l’immense baldaquin surplombant l’autel. Le tombeau de saint Pierre y est bien gardé, Michel-Ange lui-même ayant travaillé à la coupole de la basilique peu avant sa mort. L’église renferme aussi une Pietà de Michel-Ange, alors que les palais juste derrière cachent son chef-d’oeuvre: les fresques du Jugement dernier et de la Genèse qui ornent la chapelle Sixtine. Pas étonnant que les cardinaux y tiennent encore leur conclave quand ils doivent élire un pape... Quel privilège ils ont de pouvoir apprécier ces fresques pendant des heures, alors que le commun des mortels n’y passera qu’une quinzaine de minutes tout au plus, nombre de visiteurs oblige. Heureusement, il y a moins de contraintes (et de monde !) dans les autres parties des musées du Vatican, ce qui laisse le temps d’admirer les collections de cartes anciennes et de sculptures classiques, les chambres peintes par Raphaël ou les anciens appartements du pape Alexandre VI, père de César Borgia...

Florence: la Renaissance dans toute son essence

On verra aussi des traces de Michel-Ange à Florence, berceau de la Renaissance, dominée alors par plusieurs familles riches (dont les Médicis), qui devinrent les mécènes de nombreux peintres et sculpteurs. La table était mise, il ne restait plus qu’à la décorer! Ce qui donna lieu à une véritable éclosion artistique à travers toute la ville. La Renaissance s’est épanouie grâce à Florence et vice-versa, si bien que l’ancienne cité des Médicis est devenue la principale vitrine de l’art du XVe siècle, de part et d’autre du fleuve Arno. Dès lors, les Médicis commencèrent à exposer leurs riches collections dans la Galerie des Offices (ou Uffizi), qui figure aujourd’hui parmi les plus beaux musées d’art du monde. L’Académie de Florence renferme elle aussi plusieurs tableaux célèbres de la Renaissance italienne, tels que La Naissance de Vénus et Le Printemps de Botticelli. 

Au centre de la vieille ville, dès qu’on lève la tête, un campanile paré de marbres vert, blanc et rose capte notre attention. Et heureusement, puisqu’il nous conduit vers le célèbre Duomo, soit la basilique de Santa Maria del Fiori. En fait, il s’agit là d’une trilogie de trésors florentins: la basilique ellemême avec son ornementation de marbres en façade et sa coupole des plus impressionnantes, le campanile et, enfin, le baptistère, orné de 10 panneaux d’or en relief sculptés par le jeune Lorenzo Ghiberti. L’artiste consacra plus de 28 ans à la seule réalisation de deux portes du baptistère dont l’une fut surnommée par Michel-Ange «porte du Paradis»... 

Pour sa part, Michel-Ange devint célèbre grâce à son fameux David, dont on peut admirer l’original à l’Académie et une copie, excellente au demeurant, sur la piazza della Signoria. Rares sont les villes où l’on peut prendre un verre devant une telle splendeur ! Et même s’il s’agit d’une copie, le beau David fait bonne figure devant le Palazzo Vecchio, d’autant qu’il s’agit de l’emplacement original qu’on avait prévu pour lui. Et comme il fallait s’y attendre de Florence, il est bien entouré ! Aujourd’hui, toute cette place est devenue une galerie de fontaines et de sculptures qui commémorent les grands événements de la ville. Un cadeau à l’image de Florence qui prône la renaissance sous toutes ses formes...

Venise: Sérénissime et unique

On l’appelait «la Sérénissime»... Encore aujourd’hui, ce nom lui va comme un gant... ou comme un de ces fameux masques que les Vénitiens arborent lors de leur carnaval. Construite sur une mosaïque de plus de 100 îles, au milieu d’une lagune marécageuse, la ville tout entière repose sur des pieux de bois. Grâce à la proximité de l’Adriatique, elle est devenue une grande puissance maritime et commerciale dès le XIIIe siècle. Et elle domina Byzance ainsi que tout l’est de la Méditerranée pendant plus de deux siècles. Grâce à ce commerce fructueux avec l’Orient, le Doge et les riches marchands de Venise purent s’offrir de somptueux palais qu’ils ornèrent de leurs collections d’oeuvres d’art et de nombreux trésors ramenés d’expéditions. D’ailleurs, à l’époque, tous les navires revenant de l’étranger devaient rapporter au moins un ornement précieux pour décorer la basilique Saint-Marc. Résultat: on trouve de l’or un peu partout dans l’église, à commencer par les 250 panneaux dorés du retable commandés à des orfèvres byzantins. Coiffée de cinq dômes, la basilique Saint-Marc offre un bel amalgame d’influences orientales et occidentales, des marbres et des sculptures y cohabitant avec les superbes mosaïques de la façade et plusieurs autres trésors provenant de Constantinople. 

Dès les débuts de la République, les activités politiques, juridiques et sociales de la vie vénitienne se déroulaient surtout dans le quartier de San Marco, soit celui de la basilique. Toute proche de la lagune, la place Saint-Marc était le pôle d’attraction principal et la première à voir défiler les cortèges de toutes sortes. (Aujourd’hui encore, c’est de loin l’endroit le plus fréquenté par les touristes; il vaut donc mieux s’y rendre en début ou en fin de journée.) À l’origine, la place Saint- Marc devait mettre en valeur la basilique et le palais des Doges, le plus beau palais gothique de toute la ville, avec sa loggia très aérée, qui supporte le reste du bâtiment. Comme le palais des Doges était le siège du pouvoir politique et la résidence des maîtres de Venise, on y découvre la salle du conseil, celles des réceptions, de même qu’une foule d’oeuvres d’art, cartes anciennes et armures acquises par ces riches collectionneurs. 

Tout comme à Rome et à Florence, l’art et la beauté ne s’arrêtent pas aux portes des musées, d’autant que l’aspect de Venise n’a guère changé au fil des siècles. Il suffit de circuler dans un vaporetto sur le Grand Canal pour avoir l’impression de défiler dans un musée d’architecture. Les plus vieux palais byzantins remontent au XIIIe siècle, d’autres sont de style baroque ou Renaissance, mais on observera surtout une majorité de palais gothiques, remarquables avec leurs arcs en ogive et leurs fenêtres ouvragées. Plusieurs de ces palais abritent aujourd’hui des hôtels ou des musées tels que l’Académie et la Fondation Peggy Guggenheim. À ce magnifique spectacle s’ajoute celui du bal des gondoles et des vaporetti qui se croisent sur les canaux dans une sorte de désordre que seuls les Vénitiens semblent comprendre.

Heureusement, il est toujours possible de s’échapper de la foule et de la frénésie du centre pour aller, par exemple, se perdre dans les rues étroites du quartier Cannaregio, ou encore pour mettre le cap sur les îles de la lagune. C’est ainsi que, au terme d’une courte promenade en bateau, on pourra trouver refuge sur les îles de Murano ou de Burano. La première est réputée pour ses nombreux ateliers de verre, tandis que la seconde séduit grâce à ses couleurs. En effet, les rues de Burano ressemblent à des arcs-en-ciel en trois dimensions, alors que s’y alignent des façades jaunes, bleues, roses, mauves, etc. Même ici, au fond de la lagune, beauté et poésie arrivent encore à trouver leur place.

Informations pratiques

S’y rendre

Toute l’année, Air France propose plusieurs vols quotidiens vers Rome et Venise via Paris. En saison estivale, Air Transat et Air Canada Rouge proposent pour leur part des vols directs hebdomadaires entre Montréal et Rome.  

www.airfrance.ca

Pour circuler en Italie 

Les passes de train de Rail Europe peuvent s’avérer très utiles, surtout si l’on fait plusieurs trajets entre les villes principales.  

www.raileurope.ca

Suggestions d'hébergement à Rome 

Membre de la chaîne italienne Bettoja, l’Hôtel Mediterraneo est bien situé (près de la gare), élégant et typiquement italien dans sa décoration et son style.

www.romehotelmediterraneo.it

À Venise, Florence ou Rome 

Si l’on compte y passer plusieurs jours, il peut être avantageux de louer un appartement. La compagnie Loc’ Appart (bien représentée à Montréal) possède une vaste réserve de maisons et d’appartements à louer dans la campagne italienne, mais aussi à Venise, Rome et Florence, souvent dans des quartiers résidentiels où l’ambiance ne manque pas.  

1 866 975-2299; www.locappart.com

Informations supplémentaires

www.italiantourism.com


Vous aimerez aussi:


Le nord de l’Italie dans la lumière dorée de l’automne... Une splendeur!


Longtemps laissée dans l’ombre, l’ancienne Allemagne de l’Est renaît en beauté et en musique, portée par des orgues et des chœurs qui louangent les talents des plus grands musiciens.

Saviez-vous que la Belgique est un pays de châteaux? Ces châteaux possèdent tous une histoire. Voilà l’occasion rêvée de faire une incursion dans le passé!
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos