Les principes de base d’un aménagement réussi

Les principes de base d’un aménagement réussi

Par Albert Mondor

Crédit photo: iStockphoto.com

À l’instar d’une pièce qu’on meuble et décore, il faut aménager le jardin de manière qu’il soit fonctionnel et harmonieux. Une des principales fonctions d’un aménagement paysager est de mettre la maison en valeur tout en l’intégrant à son environnement.

Planifier

Pour nous assurer que notre jardin soit attrayant en toute saison et, surtout, qu’il respecte nos besoins et nos goûts, il est essentiel de planifier rigoureusement la réalisation des travaux. D’abord, on définit l’emplacement des aires de circulation, comme le stationnement et les sentiers. Deux trottoirs – un principal et un secondaire – sont généralement nécessaires pour assurer les déplacements autour d’une maison unifamiliale. Le trottoir qui mène à la porte principale doit avoir une largeur minimale de 1,20 m, tandis que le sentier secondaire, qui passe du stationnement à la porte arrière, doit faire au moins 90 cm de largeur. Si désiré, on prévoit également la création d’une aire de repos, comme une terrasse, à l’arrière de la maison.

Puisque notre regard embrasse d’un seul coup l’ensemble de la propriété, on privilégie des matériaux dont la couleur et la texture ressemblent à celles des matières utilisées pour la maison. On favorise les coloris sobres, comme ceux de la pierre ou des pavés et dalles de béton préfabriqué.

Lors de la planification, on détermine aussi l’emplacement et la forme de nos plates-bandes, ainsi que les dimensions de chaque aire de plantation. Il est très important de tenir compte des dimensions à maturité des plantes qu’on choisit afin qu’elles n’excèdent pas l’espace disponible. La forme des plates-bandes influence grandement l’ambiance qui se dégage d’un jardin. Lorsqu’on désire un aménagement d’aspect naturel, empreint de poésie et de romantisme, il est préférable d’employer des lignes sinueuses. Les lignes droites conviennent davantage aux plantations géométriques qui accompagnent les maisons modernes.

Conserver les arbres existants

Lorsqu’on se fait construire une maison, on tente de conserver les arbres qui se trouvent déjà sur le terrain. On économise ainsi temps et argent, et on contribue du même coup à améliorer l’environnement et le paysage du quartier. Plusieurs entrepreneurs préfèrent les couper sous prétexte qu’un terrain dégagé facilite et accélère les travaux. Cependant, si on prend la peine de chercher, on pourra trouver un entrepreneur consciencieux qui saura composer avec les arbres en place.

Choisir les plantes et les végétaux

Tirer profit de la couleur

La couleur est fort utile pour réussir la création d’un aménagement. Chaque couleur possède des caractéristiques et a une influence précise sur les occupants d’un jardin. Ainsi, les couleurs chaudes et dynamiques, comme le rouge, l’orange et le jaune, ont un effet excitant. Au contraire, les couleurs froides, comme le vert, le bleu et le violet, favorisent le calme et la détente. Parce qu’elles sont généralement moins bien perçues par l’oeil que les couleurs chaudes, il est préférable de placer les couleurs froides à l’avant des plates-bandes et d’en utiliser une plus grande quantité.

L’utilisation d’un large éventail de couleurs dans une même plate-bande représente un immense défi. Il est plus simple d’associer deux ou trois couleurs seulement. Par exemple, pour un effet harmonieux, on associe des couleurs proches les unes des autres, comme le jaune, l’orange et le rouge. On peut aussi créer des mariages de couleurs contrastantes, comme le jaune et le violet, qui donnent un effet pimpant et vibrant.

Opter pour des végétaux adéquats

Lorsqu’on place une plante dans un environnement auquel elle n’est pas adaptée, sa croissance et son développement risquent fort d’être déficients, ce qui la rend plus vulnérable aux maladies et aux attaques des insectes. Il est toujours possible de modifier certaines caractéristiques d’un site, en drainant ou en changeant la texture du sol, par exemple, mais le temps, l’énergie et l’argent consacrés à ces modifications sont souvent démesurés par rapport aux résultats. Il est donc beaucoup plus simple de créer un aménagement constitué de végétaux parfaitement adaptés au type de sol, à l’ensoleillement et au climat du site.

Disposer les plantes selon leur hauteur

En règle générale, on plante dans une même plate-bande des végétaux de hauteurs différentes. On les dispose habituellement en rangées: les petits à l’avant, les moyens au centre et les plus hauts à l’arrière. En plus de donner un certain dynamisme à la plantation, cela permet de voir simultanément les attraits des divers végétaux qui la composent.

Échelonner les floraisons

Il est très agréable de vivre dans un jardin qui se modifie au gré des saisons. Pour créer un jardin qui restera attrayant toute l’année, il est nécessaire de planter divers types de végétaux – arbustes, vivaces, annuelles, bulbes – dont les floraisons surviennent à des moments différents.

Comme le feuillage des plantes printanières, tels les tulipes, les coeurs-saignants (Dicentra spectabilis) et les cultivars de pavots d’Orient (Papaver orientale), jaunit une fois la floraison terminée, il est judicieux de planter ces végétaux à l’arrière des plantations. À l’avant, on privilégie des vivaces à floraison estivale et automnale:
elles ne dissimuleront pas les fleurs printanières, puisqu’elles commenceront à peine à sortir de terre à ce moment et cacheront ensuite leur feuillage jauni.

Puisque la plupart des vivaces ont une floraison relativement courte, il est parfois indispensable de leur associer des annuelles ou des vivaces à floraison prolongée. Si on ajoute des annuelles à ses plantations, on s’assure de sélectionner des espèces de grande taille, comme les sauges (Salvia) et la verveine de Buenos Aires (Verbena bonariensis), qui se marient parfaitement aux vivaces.

Créer des points d'intérêt

Donner une charpente à l’aménagement

Lors du choix des végétaux, on détermine d’abord les arbres, les arbustes et les conifères qu’on intégrera aux plantations. En plus des arbres existants, ces végétaux constituent une des composantes les plus importantes d’un jardin. Elles servent également de toile de fond aux plantations: placées devant leur feuillage, les fleurs des annuelles et des vivaces sont mises en valeur et produisent un effet plus intense.

En façade, les arbres et les gros arbustes doivent être placés stratégiquement. Plutôt que de cacher la résidence en les plantant au centre de la façade, on fait en sorte qu’ils l’encadrent pour la mettre en valeur et pour en adoucir les angles. Cela ne signifie pas qu’on doive disposer les arbres et les arbustes de façon symétrique. On peut créer un équilibre asymétrique en plaçant, par exemple, un arbre d’un côté de la maison et, de l’autre côté, mais un peu plus près de la rue, deux gros arbustes feuillus ou des conifères. Enfin, on laisse entre la plantation et la résidence un espace correspondant à la largeur de l’avancée du toit ou de la corniche.

Planter les végétaux en massifs

À l’état sauvage, les plantes forment des massifs qui grossissent chaque année grâce à leurs racines. Elles se propagent aussi par leurs semences, ce qui provoque l’apparition de nouvelles touffes à une certaine distance de la plante mère. En plantant les végétaux d’une même essence en quelques massifs de diverses dimensions – un nombre impair de végétaux permet d’éviter la formation de lignes droites –, on donne l’impression qu’il n’y a pas de démarcation nette entre les massifs voisins et on facilite ainsi la pénétration des espèces les unes dans les autres.

Harmoniser les plates-bandes par répétition

Pour donner du rythme et du dynamisme à un jardin, on peut disposer à intervalles réguliers une plante aux caractéristiques simples mais frappantes. Cette répétition a pour effet de lier les différentes parties du jardin. Les plantes couvre-sol assurent également une certaine unité à l’aménagement puisqu’elles en relient les différentes parties.

Créer des points d’intérêt

Certains végétaux d’aspect singulier, comme les arbres greffés sur tige et les vivaces à grandes feuilles, forment des points d’intérêt dans les aménagements paysagers, captant rapidement l’attention des observateurs. Tout comme les arbres et certains arbustes, ces plantes-vedettes servent de pivots autour desquels tous les autres végétaux sont ensuite disposés. Des plantes basses placées à leur pied les mettront bien en valeur. En façade, on évite de créer plus d’un point d’intérêt: la confusion s’installerait et l’effet serait automatiquement éliminé. Par contre, dans la cour arrière, on peut en créer quelques-uns, à condition qu’ils soient distancés les uns des autres et ne soient pas tous visibles d’un seul coup d’oeil.

Mise à jour: août 2008

Vous avez aimé cet article? Prenez plaisir à découvrir le magazine en cliquant ici!
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Éditrice et rédactrice en chef

Briser la glace

Vidéos