Concerto d’automne

Concerto d’automne

Par Jean-Louis Gauthier, Rédacteur en chef Bel Âge magazine

Il paraît que, pour un chien de taille moyenne – c’est le cas d’Edmond –, cela équivaut à 96 ans chez les humains! Oui, 96 ans! Il ne les fait pas, je vous assure. Pourtant, le poids de l’âge se fait de plus en plus sentir. Lui, hier encore si vif, alerte et enjoué, a de plus en plus de difficulté à garder la cadence. Il va à petits pas, boitille même un peu. C’est à cause de l’arthrose, m’a dit la vétérinaire. «Dysplasie à la hanche gauche avec ostéo-arthrose extrêmement sévère.» 

Il a aussi depuis quelque temps une toux qui m’inquiète... Rauque, profonde, comme s’il avait quelque chose de coincé dans la gorge.

                                                                               ... 

Le soir, après le repas, histoire de tenir la forme, nous allons faire une petite promenade dans le parc. Mais je dois m’arrêter souvent afin de le laisser reprendre son souffle. 

L’autre jour, une dame s’est penchée pour le caresser... «Vous êtes un homme chanceux, monsieur», a-t-elle dit. J’ai souri, un peu triste. Il n’y a que ceux qui se sont attachés à un animal pour comprendre la joie et le bonheur que ces petites bêtes-là nous apportent. 

Mais revenons à notre promenade. 

Nous avançons dans l’allée… Quelques mètres… Puis nous faisons habituellement une halte afin de regarder des jeunes jouer au soccer. 

Toute une jeunesse, avec de l’énergie à revendre. Garçons et filles, souples et vifs comme des panthères, se frayant un chemin avec le ballon ou l’attrapant en plein vol pour mieux le relancer d’un coup de pied. La vie dans toute sa force, sa rapidité et sa souplesse. Impressionnant! N’est-ce pas, Edmond, que c’est beau la jeunesse? 

Il serait tentant, devant tant de force et de puissance, de succomber à la nostalgie et se mettre à regretter tout ce qu’on n’a plus. 

Allons, Edmond, on continue! Notre promenade n’est pas finie. 

Un peu plus loin, d’autres personnes jouent à la pétanque... Voilà une activité qui conviendrait mieux à nos capacités! ... 

Ainsi va la vie!

Un temps pour le soccer, un autre pour la pétanque! Que dire de plus? 

Tout est une question de rythme, finalement. Ces jeunes joueurs de soccer sont encore à l’âge du staccato et l’allegro, tandis qu’Edmond et moi – Edmond encore plus que moi –, donnons plutôt dans le moderato… piano piano. Léger, léger. Chacun son pas… et son rythme! Et, histoire de filer la métaphore musicale jusqu’au bout, chacun son tempo et sa partition, l’important, en effet, étant de jouer dans la bonne tonalité. Autrement dit, d’accepter d’être ce que l’on est et d’aimer ce que l’on a. Je ne connais pas d’autres façons d’être heureux. Jean de La Fontaine a écrit une très belle fable là-dessus… La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf. Elle s’enfla si bien, cette pauvre grenouille, qu’elle en creva… «Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages.» 

Edmond et moi sommes devenus des grenouilles… Petites grenouilles qui, contrairement à celle de La Fontaine, connaissent le prix de la vie et la chance qu’elles ont de pouvoir encore batifoler dans leur étang. 

Bon automne à vous tous! 

Jean-Louis Gauthier Rédacteur en chef

jean-louis.gauthier@bayardcanada.com

Vous aimez les billets de Jean-Louis Gauthier? Vous pouvez les consulter ici!

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos