Quels modes de paiement pour mieux consommer?

Quels modes de paiement pour mieux consommer?

Par Sophie Stival

Crédit photo: iStockphoto.com

Quel mode de paiement fait le moins... mal? En comprenant mieux ce qu’on appelle la «douleur de payer», on peut changer nos comportements et mieux consommer, affirment les chercheurs. Dan Ariely s’intéresse à la psychologie de l’argent depuis longtemps. Le professeur d’économie comportementale à l’Université Duke en Caroline du Nord est particulièrement fasciné par le concept de la «douleur de payer». 

Au restaurant 

Sur son blogue, le chercheur donne l’exemple d’un couple qui s’offre un bon repas au restaurant. Imaginez un moment que vous êtes le conjoint qui invite. Au moment de régler l’addition, vous hésitez: comptant ou par carte de crédit? Quel mode de paiement réduira le plus le plaisir que vous avez eu à savourer ce repas? La grande majorité répondra le paiement en espèces, dit le chercheur. 

C’est ce que M. Ariely appelle «la douleur de payer». 

Sortir une liasse de billets de son portefeuille signifie qu’on paie tout de suite ce qu’on consomme (ou juste après). Le moment où notre argent se volatilise a donc une importance certaine. Il est vrai qu’on a de bonnes chances de réfléchir plus longuement avant de payer comptant un sac à main étiqueté 200$ que si on n’a qu’à tendre sa carte de crédit. 

Cet inconfort, ou cette «douleur», est plus intense lorsqu’on s’offre des biens et des services superflus. C’est comme une taxe morale sur nos achats, dit M. Ariely. Ou comme un sentiment de culpabilité qu’on ressent après coup. 

Plein d’essence et électricité

Afin de limiter nos dépenses et de mieux consommer, rien de mieux, donc, que de voir à augmenter la douleur qui accompagne l’achat de biens ou de services non essentiels! M. Ariely présente l’analogie suivante. Une personne fait le plein à la station-service alors que l’essence est à 1,40$ le litre. La facture grimpe rapidement à mesure que le réservoir du véhicule se remplit. Pour éviter ce désagrément, certains ont pris l’habitude de mettre 20$ de carburant à la fois. Ils ont l’impression que c’est le procédé le moins coûteux ou le moins douloureux… 

Si, de la même manière, ce qu’on doit payer pour l’électricité ou pour l’air conditionné, par exemple, s’affichait de la même manière, certains feraient plus attention à leurs dépenses en ces domaines, croit Dan Ariely. C’est un peu le même principe au casino: jouer au black-jack ou aux machines à sous avec des jetons, c’est pas mal moins intimidant qu’avec de l’argent liquide. 

Conclusion? On devrait payer comptant toutes nos dépenses superflues ou non essentielles. 

Voyage tout inclus

Supposons que vous vous offrez un voyage où tout est inclus. Cette formule populaire vous permet notamment de bien voir à vos dépenses. Vous aurez l’agréable sensation, une fois sur place, de n’avoir rien à débourser. Vous ne vous sentirez pas coupable de boire un verre de plus ni de manger sans retenue, à l’exclusion, bien sûr, des effets sur votre tour de taille! 

À vous de décider si vous réglerez votre facture quelques mois (ou semaines) avant de partir ou au retour de vos vacances. Financièrement, il est plus avantageux de garder vos sous afin de les faire fructifier, puis de payer plus tard. Mais le plaisir que vous retirerez pendant votre séjour ne sera sans doute pas le même que si vous payez à l’avance. En effet, avec cette dernière formule, vous profiterez plus du moment présent, sans angoisser à l’idée de la note qui suivra. 

Cartes prépayées

Qu’en est-il des cartes prépayées ou cartes-cadeaux? Elles sont intéressantes puisqu’elles vous aident à respecter votre budget, l’argent ayant disparu avant que des achats ne soient faits grâce à elles.

Si vos enfants jeunes adultes s’installent en appartement, vous pourriez leur donner un coup de pouce financier en leur offrant des cartes d’épicerie prépayées. Vous aurez alors l’assurance que l’argent ne sera pas dépensé futilement.

Décider à quoi servira notre argent lorsqu’on le donne, c’est aussi ce qu’on fait quand on offre à l’être aimé un cadeau qu’il ne se paiera pas parce qu’il est trop cher, ou encore parce que lui-même se sentirait coupable de se l’acheter. Le plaisir qu’il en retirera en sera d’autant plus grand.

Consommez tout de suite, payez plus tard

Remettre à plus tard le remboursement de nos factures engourdit en quelque sorte la douleur de payer. Aujourd’hui, nous effectuons beaucoup de paiements électroniques. Nous signons des ententes de prélèvements automatiques ou de débits préautorisés. Toutes ces méthodes font qu’il est facile de perdre le fil de nos dépenses. Même chose lorsque nous payons avec notre carte de crédit ou, encore, grâce à une marge de crédit. En déconnectant nos achats du moment de leur remboursement, nous risquons d’être entraînés dans la surconsommation et l’endettement

En fait, le crédit peut être bon ou mauvais. Les achats de biens de consommation, faits en 36 versements égaux ou avec notre carte de crédit lorsqu’on ne peut la rembourser entièrement à la fin du mois, font partie de la dernière catégorie. De tels emprunts peuvent nous coûter beaucoup plus cher que le prix affiché sur le téléviseur HD ou les meubles de jardin convoités. Une fois le bien entièrement payé, combien aurons-nous versé en frais d’intérêt? Mieux vaut faire le calcul. 

Bien sûr, emprunter pour acheter une maison à la mesure de nos moyens peut se révéler un bon investissement. Mais qu’en est-il de la voiture neuve qui aura perdu près de la moitié de sa valeur trois ans après sa sortie de chez le concessionnaire? Les gadgets électroniques à la mode de type iPad, iPod, cinéma maison et autres nous procurent de l’agrément. Mais n’oublions pas que l‘étiquette «nouveauté» ainsi que l’obsolescence planifiée ne sont pas gratuites. 

Le bonheur à crédit peut nous jouer de mauvais tours. Il faut en être conscient pour être en mesure de s’en tenir éloigné.

Vous aimerez aussi

 10 conseils pour booster votre budget

Quels trucs marchent le plus pour donner un petit boost à votre budget? Les experts que nous avons consultés ont suggéré 10 conseils pratiques.

Comment calculer votre ratio d’endettement? Comment calculer votre ratio d’endettement?

Si votre ratio d'endettement est près de la limite critique ou la dépasse, il est grand temps que vous preniez les choses en main. Voici comment le calculer.

Les causes de l'endettement à la retraite  Les causes de l'endettement à la retraite

On estime qu'entre 37 et 59% des 55 ans et plus ont des dettes. De nombreux facteurs contribuent à cet endettement. Voici les principaux types de dettes et les conséquences sur votre portefeuille. 

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos