Séminaires de préparation à la retraite

Séminaires de préparation à la retraite

Par Ronald McKenzie

Crédit photo: iStockphoto.com

La retraite des baby-boomers fait couler beaucoup d’encre ces temps-ci. Il faut dire que le phénomène, déjà amorcé, prendra des proportions sans précédent lorsque les cohortes nées à la fin des années 1950 et au début des années 1960 quitteront le marché du travail.

Avec toute la publicité faite autour de la retraite, il n’est pas surprenant d’apprendre que les cours de préparation à la retraite ont la cote auprès de la population. «Nous enregistrons actuellement un boom de la demande. Tellement que nous sommes à la recherche de formateurs afin de combler les besoins», dit Vincent Ardouin, conseiller pédagogique, service aux entreprises, au collège Marie-Victorin, à Montréal.

Le contenu a évolué

Le collège Marie-Victorin fait figure de pionnier en matière de formation en vue de la retraite. En effet, elle offre de tels cours depuis plus de 15 ans. Même chose pour le Centre de ressources éducatives et pédagogiques de Montréal (CREP), qui propose depuis 20 ans un programme de préparation à la retraite. «Le contenu a beaucoup évolué. Au début, nous mettions l’accent sur le volet financier. Mais on s’est rendu compte que les aspects psychosociaux occupent une place importante», explique Carole Vincent, conseillère, service aux entreprises, au CREP.

Par aspects psychosociaux, on entend tout ce qui touche la transition vers un nouveau mode de vie: comment organiser son quotidien, vivre à temps plein avec son conjoint, s’intégrer dans des réseaux, apprivoiser les changements physiques qui apparaissent avec le vieillissement, etc.

Évidemment, les volets financiers et juridiques sont abordés de long en large. Normalement, ce sont des planificateurs financiers et des notaires qui s’en chargent. À titre informatif, voici le contenu du programme de préparation à la retraite du CREP.

  • La transition: réflexion sur l’importance du passage d’une vie centrée sur le travail vers une nouvelle réalité.
  • Les finances: régimes publics (RRQ, PSV, etc.), régimes privés (caisse de retraite de l’employeur) et épargne personnelle (REER, FERR, rentes, etc.).
  • Les questions juridiques: testament, mandat en cas d’inaptitude, planification successorale, etc. 
  • La santé: prendre conscience de son capital-santé pour en profiter au maximum.
  • Le changement: comment s’adapter aux changements personnels, familiaux et sociaux à la retraite.
  • L’emploi du temps: comment pratiquer ce nouvel «art du temps» à la retraite.
  • Les bilans: les décisions à prendre et les actions à accomplir pour un projet de vie personnalisé.

Comme on peut le constater, le programme est chargé. La matière est donnée sur 18 heures, soit en 3 journées consécutives, soit en 6 soirées. 

Aussi en solo!

D’autres organismes choisissent de concentrer la matière sur les finances. C’est le cas de l’ACEF Rive-Sud de Québec. En 12 heures, vous apprendrez combien vous devez épargner pour vivre la retraite que vous désirez, comment gérer vos épargnes personnelles et comment fonctionnent les régimes publics et la fiscalité. À la fin, le formateur vous fournira une projection de vos revenus de retraite et vous rencontrera personnellement afin d’en discuter. Échelonné sur 4 soirées, ce cours coûte 75$ pour une personne, ou 110$ pour un couple. Les taxes sont comprises.

Pas seulement pour les groupes

Comme vous pouvez le constater, Vincent Ardouin et Carole Vincent sont spécialisés dans le service aux entreprises. C’est que les cours de préparation à la retraite s’adressent particulièrement aux employeurs et aux organisations syndicales qui les offrent à leur personnel ou à leurs membres. Ceux-ci n’ont rien à débourser, car leur employeur ou leur syndicat règle la note. Mais, avec l’augmentation du nombre de travailleurs autonomes, les institutions se rendent compte que leurs services jouissent d’une popularité grandissante auprès des individus. «Une personne seule peut se joindre à un groupe. Elle doit appeler au cégep afin de réserver une place», dit Vincent Ardouin. Dans ce cas, cette personne devra acquitter la facture. Pour ce qui est de la formation du collège Marie-Victorin, le montant est de 334$, taxes et matériel inclus.

Au tiers de ce prix, les particuliers peuvent s’inscrire au séminaire Actiretraite. Organisé en collaboration avec SFL Services financiers, partenaire de Desjardins Sécurité Financière, Actiretraite met résolument le cap sur les aspects financiers de la retraite. «Nous proposons notamment des stratégies qui servent à maintenir le niveau de vie à la retraite. Nous traitons également du risque financier le plus grand, c’est-à-dire la maladie et les soins de longue durée», explique Danielle Giroux, planificatrice financière et formatrice à Actiretraite. Ces ateliers sont organisés dans presque toutes les régions du Québec. Le séminaire Actiretraite dure 10 heures échelonnées sur 4 séances de 2 1/2 heures chacune.

Du bon matériel

Nous avons examiné le matériel pédagogique fourni durant ces programmes de formation. En général, nous avons été agréablement surpris. L’information est rédigée dans un français de qualité et n’est pas trop technique. Les documents d’Actiretraite, par exemple, font plus de 150 pages regroupées dans un pratique cartable qui facilite la consultation. On y trouve de nombreux tableaux utiles et des graphiques évocateurs. 

Attention aux charlatans!

Soyez aux aguets!

L’Autorité des marchés financiers (AMF), l’organisme gouvernemental qui encadre le secteur financier au Québec, encourage les épargnants à s’informer relativement à la gestion de leurs finances personnelles. La participation à des cours de préparation à la retraite est une activité qui peut être très instructive. Pour peu qu’il s’agisse de véritables programmes de formation et non pas de séances de vente sous pression de produits financiers douteux!

Le séminaire auquel vous êtes inscrit a-t-il réellement une vocation pédagogique ou est-ce une escroquerie? Voici quelques indices qui devraient éveiller vos soupçons.
La ou le conférencier :

  • tente de vous vendre une autre série de séminaires ou une carte de membre pour vous présenter des stratégies «révolutionnaires que les riches utilisent»;
  • clame haut et fort que les placements traditionnels, tels que les certificats de dépôt, les obligations, les actions et les fonds communs de placement, ne produisent pas un rendement suffisant pour répondre aux besoins de l’investisseur moyen;
  • affirme, au début, ne pas recommander de placements spécifiques, mais, peu à peu, il ou elle vante certaines sociétés qui offriraient de très bons rendements;
  • parle de placements à haut taux de rendement et sans risque, de bons placements seulement disponibles pour les membres et de la possibilité d’éviter de payer des impôts;
  • dénigre les conseillers financiers, les courtiers, les banques, les caisses et autres institutions financières et décourage les participants qui désirent les consulter;
  • met l’accent sur le témoignage d’investisseurs qui ont reçu des versements d’argent substantiels, sans toutefois fournir de prospectus ou d’états financiers vérifiés. Dans les faits, cet argent peut provenir de la mise de fonds d’autres investisseurs.

Afin de déjouer les fraudeurs

  • assurez-vous que les représentants qui vous recommandent des investissements ont un permis pour exercer au Québec; pour ce faire, communiquez avec le centre de renseignements de l’AMF, au (514) 395-0337 et 1-877-525-0337;
  • demandez une confirmation écrite des renseignements qui vous ont été fournis verbalement et faites des recherches sur les sociétés dans lesquelles vous désirez investir;
  • n’investissez pas lorsque le prospectus ou les états financiers ne sont pas disponibles, et ce, même si l’on vous promet qu’ils le seront «bientôt»;
  • n’agissez pas sur la base d’une information dite privilégiée: c’est illégal et généralement faux;
  • obtenez une seconde opinion, faites des recherches même si le supposé tuyau vient d’une personne que vous connaissez; cette personne bien intentionnée est peut-être elle-même victime d’un stratagème! 

Où se renseigner?

Où se renseigner?

Il n’existe malheureusement pas de bottin ou de répertoire qui regroupent les coordonnées des organismes qui offrent des séminaires de préparation à la retraite au Québec. Il faut les dénicher un par un. Commencez par vérifier auprès de votre employeur. Le service des ressources humaines organise peut-être de telles séances. Votre syndicat pourra aussi vous renseigner à ce sujet. Sinon, communiquez avec la commission scolaire ou le cégep de votre région. Les activités mises sur pied par votre bibliothèque municipale peuvent être également une source d’information.

Pour ce qui est des intervenants dans notre article, voici leurs coordonnées.

Mise à jour: mai 2008

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Éditrice et rédactrice en chef

Briser la glace

Vidéos