J’écoute mon corps

J’écoute mon corps

Par Carolyne Ann Boileau

Crédit photo: Photo by Manik Roy on Unsplash

Qui est la personne la mieux placée pour détecter un pépin de santé sur une zone observable de notre corps? Souvent nous-même, en se fiant à notre instinct. Voici des pistes pour le renforcer… ou le réveiller!

Au terme de sa saison de golf, Lise a remarqué qu’une lésion apparue sous son genou droit en septembre n’était toujours pas guérie. À cause d’un cancer sur son cuir chevelu survenu il y a cinq ans, elle a aussitôt réagi. «À l’époque, j’avais laissé traîner les choses, mais ma coiffeuse a fini par me convaincre de prendre rendez-vous avec mon médecin. Cette fois-ci, je n’ai pas attendu pour consulter.» Bien lui en prit, puisqu’il s’agissait d’un nouveau cancer de la peau. Aujourd’hui, Lise est en rémission. L’histoire de cette sexagénaire rappelle toutefois qu’il est bon d’écouter sa petite voix intérieure.

 

Aiguiser notre flair

Avant un rendez-vous avec notre médecin de famille ou une consultation avec un spécialiste, on gagne à prendre des notes sur notre état de santé et des photos d’une lésion suspecte afin de résumer la situation au professionnel de la santé. Nul besoin, toutefois, de lui présenter un journal de bord consacré à ladite lésion! «Certains patients nous fournissent des notes et ça aide à l’occasion, mais notre questionnaire médical est précis, affirme le Dr Luc Monette, président de l’Association d’otorhinolaryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec et spécialiste en ORL à l’Hôpital de Gatineau. On sait quelles informations aller chercher. De plus, les nouveaux systèmes informatisés nous permettent d’accéder rapidement à la liste de médicaments des patients et des maladies dont ils souffrent, ce qui facilite la consultation.» En attendant, voici les signes qu’on peut surveiller et noter avant de consulter.

 

LA BOUCHE

Ulcère Une lésion à l’intérieur d’une joue ou sur la gencive est visible et peut facilement faire l’objet d’une surveillance de notre part. L’otorhinolaryngologiste Luc Monette prévient cependant qu’un ulcère secondaire à un virus disparaît normalement dans un délai de 7 à 10 jours. S’il saigne occasionnellement, s’il grossit ou s’il persiste au-delà de trois semaines, on consulte.

Douleur «Les patients âgés de plus de 50 ans qui font ou ont fait usage de tabac, d’alcool ou de cannabis doivent porter une attention particulière au siège et à l’installation de la douleur dans la bouche. Si, après trois semaines, celle-ci est constante, progressive ou qu’elle s’étend jusqu’aux oreilles et que le patient a une lésion, il faut voir un médecin. Il pourrait s’agir d’un cancer de la bouche», révèle le Dr Monette. À noter que les douleurs intermittentes sont rarement suspectes.

Langue Une difficulté à avaler ou à manger pendant deux ou trois semaines est une indication qu’il faut consulter, surtout si on a craché du sang. Dans ce cas, il pourrait y avoir une lésion – ou pas –, bien que ce soit le symptôme le plus courant de ce type de cancer.

 

LE COU

Si on a plus de 50 ans et qu’on voit apparaître une bosse cervicale entre le haut des clavicules et la mâchoire, on doit consulter au plus 14 jours après avoir découvert la masse, selon le Dr Monette. Dans un tel cas, la prise en charge du patient est rapide et des tests seront effectués pour poser un diagnostic.

 

LE NEZ

Congestion nasale Quand la cause est un rhume, il n’y a pas grand-chose à faire d’autre que d’irriguer son nez avec une solution d’eau saline durant une dizaine de jours. Au-delà de deux à trois semaines, on peut penser à consulter un médecin si la pression nasale et les sécrétions colorées persistent. Si l’écoulement est clair, blanchâtre ou verdâtre, il faut garder en tête qu’il peut également s’agir d’une rhinite due aux allergies saisonnières ou à l’environnement (présence d’un animal de compagnie, acariens, etc.).

Douleurs faciales On croit souvent – à tort – qu’une névralgie au visage est synonyme de sinusite. Or, pour cela, les douleurs faciales doivent être associées à des sécrétions nasales purulentes. Sans la présence de celles-ci, il s’agit probablement de céphalées.

Perte d’odorat La COVID-19, mais aussi d’autres virus sont responsables d’une perte d’odorat. L’atteinte virale n’en est pas la seule cause: des polypes peuvent se développer dans les sinus des personnes souffrant d’allergies. Ces excroissances entraînent la congestion nasale et la perte d’odorat. En général, les polypes ne sont pas palpables; l’otorhinolaryngologiste les détecte grâce à son scope, un outil muni d’une caméra.

 

LES ONGLES

Selon la Dre Virginie Kelly, dermatologue et investigatrice principale à la clinique et au centre de recherche Saint- Louis, à Québec, des stries brunâtres ou noirâtres traversant longitudinalement un de nos ongles doivent attirer notre attention. Diverses raisons bégnines peuvent expliquer leur présence, mais il pourrait aussi s’agir d’un mélanome unguéal, une forme de cancer. Une consultation médicale s’avère alors recommandée.

 

LES OREILLES

Perte d’audition Vers l’âge de 50 ans, une baisse d’audition dans les hautes fréquences surgit fréquemment. Augmenter le volume de la télévision, faire répéter nos interlocuteurs et avoir de la difficulté à suivre une conversation dans le bruit sont des signes évidents d’une perte d’audition. Il importe alors de faire tester notre ouïe.

Acouphènes On entend des bourdonnements ou un son aigu sans stimulus extérieur? Il s’agit d’acouphènes. «Si les silements sont entendus dans les deux oreilles, c’est peu inquiétant. Il y a moins de risques d’avoir une atteinte importante que si le silement est perçu dans une seule oreille. Si ce dernier est continu ou pulsatile, il faut consulter un ORL dans un délai d’environ trois mois», note le Dr Monette. À noter que les bouchons de cérumen sont rarement la cause d’acouphènes.

Vertiges Les étourdissements, fréquents à partir d’un certain âge, proviennent pour la plupart de l’oreille. Comme ils peuvent toutefois être associés à différentes pathologies, mieux vaut subir un examen complet fait par un ORL. «Nous réalisons des tests de l’oreille et du cervelet, et nous passons en revue les médicaments pris par le patient. Ceux agissant sur l’anxiété et les troubles du sommeil peuvent entraîner une atteinte aux oreilles», dit le Dr Monette. Des vertiges seuls ne sont pas alarmants. Accompagnés d’une perte d’audition, ils peuvent toutefois indiquer une maladie chronique. S’ils sont associés à une paralysie ou à un AVC, une ambulance doit être appelée.

 

LA PEAU

➜ Grains de beauté Certains peuvent être cancéreux. Chez les hommes, les cancers liés aux grains de beauté sont surtout situés sur le dos, alors que chez les femmes, ils sont principalement localisés sur les jambes. Cela dit, pour nous aider à évaluer nos grains de beauté ou nos lésions, la Dre Virginie Kelly nous réfère à l’ABCDE, une méthode expliquée sur le site de l’Association canadienne de dermatologie: «A, c’est pour Asymétrie. Si on divise le grain de beauté en deux et qu’il n’est pas pareil de chaque côté, il faut le surveiller. B, c’est pour Bordure. Si elle est irrégulière, on doit le noter. C, c’est pour Couleur. On aime moins le noir ou la combinaison de plusieurs couleurs. D, c’est pour Diamètre. En général, un mélanome mesure 6 mm ou plus. E, c’est pour Évolution. Si une personne constate des changements dans la couleur, la taille et la forme d’un grain de beauté, elle doit consulter son médecin de famille. Ça ne veut pas dire qu’elle a un cancer de la peau, mais ce sont des signaux à vérifier.»

Lésions sur les zones exposées au soleil Le cancer de la peau est le plus fréquent et, hélas, le nombre de cas est en augmentation. La majeure partie d’entre eux sont liés à l’exposition solaire. Ainsi, le visage, le décolleté, les bras et les mains sont des zones où les atteintes sont fréquentes; il faut donc les observer régulièrement. Si la lésion n’est pas guérie au bout de quatre semaines, l’Association canadienne de dermatologie estime qu’il faut consulter.

 

LA VOIX

Des variations importantes (sons rauques) dans la voix ou la perte de celle-ci durant plus de 14 jours devraient nous conduire dans le bureau du médecin. Les cordes vocales, situées dans le larynx, pourraient être mises à mal. Évidemment, le problème doit être persistant et non intermittent, et n’a rien à voir avec une extinction de voix due à un rhume ou à la sensation d’avoir «un chat pris dans la gorge». Une lésion suspecte comme un cancer peut modifier la voix. Il faut y voir.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley, Rédactrice en chef

Le bel âge, c’est nous!

Vidéos