Le pharmacien: un allié durant la saison des allergies

Le pharmacien: un allié durant la saison des allergies

Par Marie-Josée Roy

Crédit photo: iStock

En tant qu’expert du médicament, le pharmacien collabore avec d’autres professionnels de la santé pour assurer le suivi des patients. Ce spécialiste s’avère notamment un allié de taille quand surviennent les allergies saisonnières. Nous en avons discuté avec Yann Gosselin-Gaudreault, pharmacien de profession.

Dès que la nature reprend vie, les personnes qui ont des allergies saisonnières commencent à éprouver des symptômes. Les arbres, les graminées et l’herbe à poux sont les trois principales familles d’allergènes. Il y a d’abord le bourgeonnement des arbres, qui est suivi par l’arrivée des graminées. Quant à l’herbe à poux, elle pousse souvent en deux phases, qui s’étirent de la fin de l’été jusqu’au premier gel.

Quels sont les symptômes spécifiques aux allergies saisonnières?

La rhinite saisonnière cause différents symptômes, qui sont principalement provoqués par l’inhalation de pollen. Ils peuvent prendre les formes suivantes : aggravation de l’asthme pour les gens qui en souffrent déjà, congestion nasale, signes de conjonctivite, éternuements à répétition, écoulement nasal clair et abondant et maux de tête. Fatigue, irritabilité, problèmes de concentration et troubles de sommeil peuvent aussi perturber le quotidien des gens aux prises avec des allergies saisonnières.

Comment distinguer les symptômes d’une allergie saisonnière de ceux d’un rhume?

Certains symptômes, comme la fatigue, sont plus marqués en cas de virus. Celui-ci peut aussi causer de la fièvre, ce qui n’est pas le cas avec les allergies. L’autre chose, c’est la réponse au traitement. On peut essayer la prise d’antihistaminiques pendant quelques jours ; si ça fonctionne, ça nous donne une bonne indication qu’il s’agit d’allergies saisonnières.

Quelles sont vos recommandations en matière de traitement?

Dans le corps humain, l’histamine engendre tous les symptômes qu’on connaît des allergies saisonnières. On veut donc bloquer la réaction physiologique du corps, qui est de produire de l’histamine. Avec un antihistaminique, on s’évite la majorité des symptômes. Ensuite, on mise sur des médicaments qui peuvent aider pour le confort, comme des gouttes hydratantes pour les yeux ou de la cortisone pour les écoulements nasaux. L’important est d’adapter la thérapie en fonction de chaque patient.

Comment éviter de trop s’exposer aux allergènes?

On ne se méfie pas assez des journées chaudes et venteuses. C’est pourtant à ce moment que l’activité des allergènes est la plus importante. Il y a un facteur météo qui peut influencer les symptômes des gens. Aussi, quand on souffre d’allergies saisonnières, il est préférable d’éviter de faire sécher son linge à l’extérieur, sans quoi on risque de porter les allergènes sur nous toute la journée.

À chaque patient son traitement

Yann Gosselin-Gaudreault le rappelle d’emblée: l’individualisation de la thérapie est au cœur des préoccupations d’un pharmacien.

«Ce n’est pas parce qu’une molécule est appropriée pour une personne qu’elle sera nécessairement le meilleur choix pour une autre. Il faut individualiser le traitement.»

En plus d’assurer une vigie dans la prise de médicaments de ses patients, le pharmacien peut aussi prescrire des traitements pour certains problèmes de santé, administrer des vaccins, ajuster l’ordonnance du médecin s’il le juge nécessaire et demander des analyses pour vérifier l’efficacité d’un médicament.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley, Rédactrice en chef

L’apologie de l’entraide

Vidéos