Sortir tard du placard

Sortir tard du placard

Par Chantal Tellier

Crédit photo: iStock

Il n’y a pas d’âge pour être soi-même. Pourtant, certaines personnes mettent beaucoup de temps à reconnaître leurs véritables désirs et leur envie d’explorer une nouvelle sexualité. Sept conseils de pros pour se dévoiler dans la paix et la douceur.

Le coming out est une étape importante dans la vie de toute personne qui souhaite révéler son orientation sexuelle à son entourage. Bien qu’il s’agisse d’une expérience libératrice, cela peut également être une source de stress et d’anxiété, en particulier pour les individus qui ont grandi à une époque où l’acceptation de la diversité sexuelle était moins répandue.

«Certaines personnes peuvent avoir choisi de taire leur orientation sexuelle pour protéger leur carrière, éviter le jugement qui accompagne souvent ces révélations ou préserver leur famille. D’autres peuvent tout simplement ne pas avoir été conscients de leurs préférences sexuelles jusqu’à un âge plus avancé. Il ne faut pas oublier que notre sexualité évolue tout au long de notre vie», affirme la sexologue Anne-Sophie Hollender.

Quitter sa cachette

Et puis arrive un moment où on a envie d’être reconnu pour qui on est. L’heure est au coming out ! Pour que le processus se déroule de la façon la plus harmonieuse possible, il faut bien s’y préparer. Voici les étapes à franchir dans cette démarche de très haute importance. à

Et, bien que cet article parle avant tout des personnes bisexuelles ou homosexuelles, les conseils proposés sont valides pour tous les membres de la communauté LGBTQ+, qu’ils souhaitent dévoiler leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.

Mode d'emploi en 7 étapes

1. S’informer
Il faut s’accorder le temps nécessaire pour trouver de l’information, qu’il s’agisse de sites web, de groupes de soutien, de livres, de films ou de professionnels qui peuvent aiguiller la personne dans cette démarche. On n’est jamais trop préparé!

2. Réfléchir aux propos
Trouver les bons mots permet d’être disposé mentalement et émotionnellement pour ce grand moment. « Il est essentiel d’explorer ses sentiments et de comprendre les raisons qui nous ont amené à prendre cette décision », note Kanica Saphan, fondatrice de la clinique Le sofa sexologique.

3. Trouver le moment opportun
Il est recommandé de saisir l’instant où on est sûr d’être entendu et compris. Il est préférable d’éviter les événements stressants, comme un souper de famille ou un anniversaire, et de choisir plutôt une occasion où on est détendu et où on aura du temps pour discuter avec son interlocuteur.

4. Choisir les bonnes personnes
«C’est une bonne idée de faire son coming out d’abord à des personnes qui sont positives et qui peuvent offrir leur appui, souligne Anne-Sophie Hollender. On peut choisir des amis, des membres de la famille en qui on a confiance ou des spécialistes. On peut également trouver du soutien dans des groupes pour personnes LGBTQ+.»

5. Se montrer clair et honnête
Il est préférable d’éviter l’utilisation d’euphémismes ou d’expressions vagues qui pourraient prêter à confusion. Il vaut mieux exprimer directement son homosexualité ou sa bisexualité, par exemple. «La conversation pourrait commencer par: “J’ai quelque chose à te dire concernant ce que je vis, c’est très personnel et cela ne sera peut-être pas facile pour toi de l’entendre. Serais-tu prêt à m’écouter?”, suggère Anne-Sophie Hollender. Il est aussi important de faire comprendre aux proches que l’orientation sexuelle ne change rien à qui on est en tant que personne.

6. S’attendre à toutes les réactions
«On n’a aucun contrôle sur comment la personne en face de soi va réagir», prévient Kanica Saphan. Il faut donc être préparé à toutes les réactions possibles. «Certaines personnes peuvent être très positives et accepteront l’orientation sexuelle d’un proche sans poser de questions. D’autres peuvent avoir des réactions négatives, comme de la colère ou du rejet», poursuit la thérapeute. Que faire dans ces cas-là? «On essaie de rester calme et concentré, même si on est confronté à des réactions négatives. On peut aussi mentionner qu’on reprendra cette conversation à un autre moment.»

7. Se dévoiler à son rythme
«La parole se libère peut-être davantage aujourd’hui parce que les oreilles se débouchent et sont prêtes à entendre la pluralité dans la sexualité et les orientations sexuelles », explique la sexologue Anne-Sophie Hollender. C’est à nous de choisir à qui on se dévoile et quand on le fait. « Une personne non hétérosexuelle pourra être amenée à faire plusieurs coming out dans sa vie (aux amis proches et à différents groupes d’amis, à la famille, aux collègues, au personnel des soins de la santé, etc.). L’important est de le faire à son rythme», conclut-elle.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley, Rédactrice en chef

L’apologie de l’entraide

Vidéos