Le bénévolat, c’est bon pour le moral!

Le bénévolat, c’est bon pour le moral!

Par Alexe-Sandra Daigneault

Crédit photo: iStock

Un vieux dicton prétend qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir, mais en réalité, l’un ne va pas sans l’autre! La générosité des bénévoles leur apporte effectivement de nombreux avantages, dont voici huit exemples.

S’amuser

Pendant longtemps, le bénévolat était perçu comme un geste moral – et souvent religieux. André Thibault, professeur émérite du département d’études en loisir, culture et tourisme de l’Université du Québec à Trois-Rivières, qui mène des recherches sur le bénévolat depuis plus de 30 ans, explique toutefois que les choses ont changé: «Depuis 20 ans, les notions de plaisir et de bénévolat sont indissociables. On oppose souvent le fait de penser à soi à celui de penser aux autres, mais ce n’est pas mutuellement exclusif: si je pense à mes propres intérêts quand je m’implique, je vais être plus passionné, je vais davantage aider les autres et, en retour, ça va me passionner encore plus. On entre alors dans un cercle vertueux!»

Se sentir utile

Parce qu’un sentiment d’inutilité peut rapidement mener à une dépression, c’est la raison pour laquelle bien des gens se sentent dépérir lorsqu’ils prennent leur retraite ou que leurs enfants quittent le nid familial. Pour remédier à ce manque, plusieurs se tournent alors vers le bénévolat. « Quand on regarde les besoins énon- cés dans la pyramide de Maslow, on voit que se sentir utile est un besoin de base – pas comme manger ou dormir, bien sûr, mais ça figure dans le haut de la pyramide et c’est ce que le bénévolat procure», mentionne André Thibault.

Nourrir l’estime de soi

Parlant des besoins humains de base, on sait que l’estime de soi est un facteur fondamental de bien-être psychologique. Et quoi de mieux que de participer à quelque chose de positif pour se sentir bien dans sa tête? «L’impression de contribuer à sa communauté procure un sentiment de fierté, ce qui augmente l’estime de soi», souligne Louise Dontigny, directrice générale du Réseau de l'action bénévole du Québec.

Se faire des amis

Comme les collègues de travail et les enfants ne font plus partie du quotidien des retraités, ceux-ci peuvent subir de l’isolement social, un phénomène encore plus menaçant pour les personnes qui vivent seules. Heureusement, il est facile de se faire des amis quand on participe à une cause commune! «On crée des liens avec les gens qu’on sert, mais aussi avec les personnes avec qui on rend service, affirme Louise Dontigny. Tout ça a un impact sur notre réseau social, notre humeur et notre qualité de vie.»

Trouver un sentiment d’appartenance

«Je m’amuse parfois à dire qu’au Québec on a un prénom, un nom et un métier, lance André Thibault. C’est-à-dire que notre métier est en quelque sorte notre identité sociale, et quand on n’a plus de métier, le bénévolat peut devenir une nouvelle identité sociale pour certaines personnes. » En posant des gestes qui correspondent à nos valeurs en compagnie de gens qui partagent ces valeurs, il est effectivement plus facile de trouver notre place dans le monde!

Contrer l’impuissance

Il n’y a rien de pire que de voir un proche souffrir d’une maladie grave, d’une catastrophe écologique ou d’une crise sociale sans pouvoir l’aider. Ce sentiment d’impuissance devient pourtant moins pénible lorsqu’on donne du temps, de l’énergie, de l’argent – ou même du sang! – aux organismes qui sont en mesure de changer les choses. «Ça peut aussi aider à se réconcilier avec certains deuils, avance Louise Dontigny. Je pense par exemple à la sclérose en plaques, une maladie que je connais bien parce que je suis régulièrement bénévole à la Marche de l’espoir [une activité de financement pour améliorer la qualité de vie des gens atteints de la sclérose en plaques]. Pour moi, c’est une manière d’avoir un impact constructif.»

Garder l'esprit ouvert

Que ce soit pour rester en contact avec des jeunes ou s’ouvrir à d’autres communautés ethniques, il suffit de sortir de notre zone de confort pour cibler une cause susceptible de cultiver notre ouverture d’esprit! Inversement,  «il n’y a pas de meilleur moyen de s’intégrer à une nouvelle société qu’en faisant du bénévolat, parce que c’est la personne qui compte et non pas son statut», ajoute André Thibault.

Se maintenir en forme

Parce qu’elle nous permet de mener une vie épanouissante, une bonne santé mentale est tout aussi importante qu’une bonne santé physique. À ce propos, il est prouvé que le bénévolat contribue à garder les gens actifs et à diminuer leur stress, ce qui aide également à réduire leur tension artérielle et leur taux de cholestérol. Selon une étude publiée en 1999 dans The Journals of Gerontology, le bénévolat augmenterait même l’espérance de vie des personnes âgées de plus de 65 ans!

Où faire du bénévolat?

De nombreux organismes ont besoin de bras un peu partout au Québec. Pour trouver lesquels, Le Réseau de l'action bénévole du Québec, entre autres, propose un répertoire par région. La plateforme Je bénévole, pour sa part, offre de jumeler des bénévoles à des organismes.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley, Rédactrice en chef

L’apologie de l’entraide

Vidéos