Jean-Philippe Cyr, le plus drôle des véganes

Jean-Philippe Cyr, le plus drôle des véganes

Par Virginie Landry

Crédit photo: Collaboration spéciale

Pour faire voyager par la panse, pas besoin de passeport. Il suffit de se procurer Jean-Philippe autour du monde, le nouveau livre de recettes du populaire chef végétalien. Ce dernier propose une centaine de nouvelles recettes inspirées des saveurs d’ailleurs, le tout avec l’humour autodérisoire qui a fait sa renommée sur les réseaux sociaux.

«Quand je pars en voyage, je veux goûter aux plats typiques du pays que je visite et je suis toujours des cours de cuisine», admet Jean-Philippe Cyr, dont le passeport comporte des sceaux de partout dans le monde.

Cette curiosité gastronomique qui l’anime en voyage se ressent à travers les pages colorées de son nouveau livre, dans lequel on découvre d’alléchantes recettes comme un banh mi au tofu et des nems vietnamiens, un bol de chou-fleur rôti à l’harissa inspiré de saveurs tunisiennes, une goulash hongroise aux saucisses végétales, une soupe savoyarde, un tofu cacciatore italien et plus encore.

À l’instar de ses trois premiers ouvrages – La cuisine de Jean-Philippe, Mes grands classiques véganes, Réconfort végane –, les recettes se veulent simples, avec des ingrédients faciles à trouver en épicerie, et, évidemment, sans aucun produit d'origine animale. Pas de viande, d’œufs, de poisson, de lait ou de fromage, mais beaucoup de tofu, de légumineuses, de tempeh, de seitan, de légumes et de grains entiers.

«Je prêche par la fourchette. Il faut que mes recettes soient aussi bonnes, sinon meilleures, que si elles contenaient de la viande.» Et pour les plus réticents, il ajoute une bonne dose d’humour.

Mi-chef, mi-humoriste

Il y a huit ans, Jean-Philippe Cyr, qui travaillait alors en restauration, décide d’adopter une alimentation végétalienne. À ce moment, il se donne la mission d’aider les gens à consommer moins de viande en les guidant vers le véganisme, une recette à la fois. L’humour, c’est la cerise sur le gâteau (végane)!

En effet, ce sont ses gags sur le tempeh qui ont fait découvrir le côté comique de Jean-Philippe à son public. Le pince-sans-rire profite de ses plateformes sociales numériques ainsi que de ses livres pour taquiner le tofu fermenté, le mode de vie des végétaliens (oui, oui !), sa blonde Amélie et surtout... pour rire de lui !

«C’est ma vraie personnalité. J’aime faire rire les gens.» D’ailleurs, aucun humoriste ne l’aide à rédiger ses plaisanteries: toutes ses blagues sont les siennes. Le ton de ses publications, drôle, un peu décalé, l’aide à rallier des publics parfois réticents à essayer l’alimentation végane, qui ne savent pas toujours comment s’y prendre ni quoi cuisiner. D’où son idée de «véganiser» des recettes classiques, avec des aliments faciles à trouver et des étapes simples à suivre.

«J’ai voulu m’éloigner de l’image moralisatrice de l’alimentation végétalienne afin de la démocratiser, admet le chef, plus sérieusement. Mon public vient à moi grâce à mon humour, mais il ne resterait pas si mes recettes n’étaient pas bonnes.»

En plus de la cuisine et de l’humour, Jean-Philippe s’est récemment mis à la chanson. Prouvant en- core une fois qu’il n’a aucunement peur du ridicule, le chef gratte sa guitare sur Un amour sans gluten et Matante Sylvie, deux pièces humoristiques dévoilées en ligne. D’autres suivront assurément.

«Tout ce que je fais, que ce soit mes recettes, mes livres, mes blagues ou mes chansons, c’est pour faire passer le message d’essayer l’alimentation végane. Manger moins de viande, c’est bon pour l’environnement, la santé et le bien-être animal », résume-t-il humblement.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley, Rédactrice en chef

L’apologie de l’entraide

Vidéos