L’amitié intergénérationnelle: on aime!

L’amitié intergénérationnelle: on aime!

Par Linda Priestley

Crédit photo: iStock

On a souvent parlé dans nos pages de complicité intergénérationnelle. À notre avis, sans l’expérience de l’un et l’esprit explorateur de l’autre, et toutes les qualités que chacun porte en soi peu importe son âge, le rendez-vous serait manqué.

Avec le vieillissement de la population (les 65 ans représentent 20,8% de celle-ci selon le dernier bilan démographique du Québec), notre défi est de taille sur tous les plans: soins, services sociaux, marché du travail, etc. Pour bien vieillir, il faut le faire ensemble.

Face au vieillissement, plusieurs pays ont multiplié les occasions de rapprocher les générations. La Suède, par exemple, grande championne de la cohabitation intergénérationnelle, a depuis très longtemps adopté et institutionnalisé la tendance. Au Japon, jeunes et moins jeunes se servent de la méthode Fureai Kippu, selon laquelle ils reçoivent des «crédits de temps» lorsqu’ils s’entraident. Le Royaume-Uni, quant à lui, a son ministère de la Solitude, dont le principal objectif est de réunir et soutenir les personnes seules de tous les âges.

Au Québec, les initiatives intergénérationnelles poussent comme des champignons et touchent toutes les réalités, comme en fait foi le projet montréalais Trait d’union, correspondance LGBTQ+ (lauréat du dernier concours de la Semaine québécoise intergénérationnelle), qui permet aux personnes LGBTQ de tous les âges de correspondre entre elles. Par ailleurs, on espère  que la consultation publique sur la politique gouvernementale Vieillir et vivre ensemble, qui s’est terminée le 4 août dernier, aidera à élaborer un plan d’action qui mettra l’intergénérationnel au cœur de ses démarches.

Tous ces beaux efforts seraient toutefois moins couronnés de succès sans la contribution d’une alliée précieuse au quotidien: l’amitié. Même avec 40 ans d’écart, l’amitié entre deux personnes d’âge différent est une richesse et donne un sens à notre vie, affirme Marc Schulz, psychologue américain et coauteur du livre The Good Life: ce que nous apprend la plus longue étude scientifique sur le bonheur et la santé.

De manière générale, les cadets ont tendance à se fier aux conseils de leurs aînés (mais le contraire arrive souvent aussi), tandis que ces derniers se sentent revigorés en présence de personnes plus jeunes.

Après un été réjouissant, mais également fort mouvementé, où les événements climatiques  inhabituels se sont succédé et les feux de forêt ont fait rage, et en sachant que l’anxiété est à la hausse chez les étudiants (bonjour la rentrée!), l’amitié, quand elle rime avec diversité, serait un baume pour tous.

Profitons-en !

Le goût du partage

Un site à découvrir, si ce n’est pas déjà fait : celui d’Intergénérations Québec, où l’on trouve des idées, des témoignages et des infos sur des événements intergénérationnels à travers la province. En devenant membre, on peut aussi profiter de divers outils, dont le guide Part’Âge, pour organiser des activités d’échange entre les générations. 

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley, Rédactrice en chef

L’apologie de l’entraide

Vidéos