Qu’est-ce que le bonheur?

Qu’est-ce que le bonheur?

Par Françoise Genest

Crédit photo: iStockphoto.com

Jamais le bonheur n’aura fait couler autant d’encre. On le mesure, on l’évalue, on lui fixe un prix, on lui cherche une adresse, on le traque jusque dans les gènes. Des confins de l’Himalaya jusque dans les instituts économiques d’Angleterre, le bonheur se retrouve sous la loupe des experts qui conjuguent leurs efforts pour mieux cerner les conditions du bonheur des individus, mais aussi celui des nations: le bonheur des peuples est désormais à l’ordre du jour des grands organismes internationaux.

Pour répondre à l’ultime question «Qu’est-ce que le bonheur?», les chercheurs ont d’abord dû répondre à des dizaines d’autres. Sommes-nous tous égaux face au bonheur? Le bonheur a-t-il un sexe, un âge, une adresse, une profession? Faut-il vivre à deux pour être heureux? Le bonheur personnel dépend-il du bonheur national? Les gens du Sud sont-ils plus heureux que ceux du Nord? Des questions qui trouvent des réponses de plus en plus précises. Et si les experts ne sont pas encore parvenus à une définition unique du bonheur, ils sont de plus en plus unanimes sur les conditions essentielles pour l’atteindre.

Parmi ces réponses, quelques bonnes nouvelles: nous ne sommes pas tous égaux devant le bonheur, mais on peut apprendre à être heureux. Et à l’âge adulte, c’est à 60 ans et plus que l’on est le plus heureux, et ce, dans toutes les cultures!

Le bonheur vieillit bien


Le bonheur a un âge, deux, en fait, selon les experts: de 0 à 25 ans et de 60 à 75 ans. Parce qu’ils vivent dans l’instant présent, les enfants, s’ils ne sont pas victimes d’abus, sont plus heureux que les adultes.

Selon plusieurs études, dont celle du British Household Panel Survey, c’est dans la quarantaine que l’on est le moins heureux: sous le poids de la carrière, des adolescents à éduquer, des soucis financiers, de l’horaire surchargé, les quadragénaires ne l’ont pas facile... Soucis qui s’estompent au fil de la cinquantaine.

«Chez les jeunes de 18 à 25 ans, le bonheur est plus élevé que la moyenne. Il diminue de façon linéaire jusqu’à 55 ans pour ensuite remonter. La tranche d’âge la moins heureuse est de 46 à 55 ans et la plus heureuse est celle de 60 à 75 ans», affirment les chercheurs belges Mark Elchardus et Wendy Smits. Mêmes conclusions chez les chercheurs chinois qui ont mené pareille étude à Beijing. Bref, le bonheur vieillit bien, que l’on soit en Orient ou en Occident...

Vivez-vous le FLOW?

Vivez-vous le FLOW?


Des études norvégiennes et américaines ont conclu que ce sont les professions qui impliquent de prendre soin des autres (médecins, pompiers, thérapeutes) qui offrent le plus haut potentiel de bonheur. Toutefois, si l’on est plus heureux à 60 ans qu’à 40, faut-il en conclure que le bonheur est dans la retraite plutôt que dans le travail?

Travail ou retraite, c’est le FLOW experience, en français l’expérience optimale, qui constituerait le vrai bonheur, selon le maître à penser de la psychologie du bonheur, Mihaly Csikszentmihalyi, de l’Université Claremont, sommité mondiale de ce champ d’étude. Vivre le FLOW consiste à se donner complètement à une activité qui exige un dépassement de soi, que ses capacités permettent de réaliser et qui procure plaisir et reconnaissance. Tout un programme! Mais les sportifs, les artistes, les chefs d’entreprise et tous les passionnés de leur métier ou de leur activité semblent y prendre goût.

Léandre Bouffard, professeur de psychologie à l’Université du Québec maintenant retraité, a traduit en français l’ouvrage de Csikszentmihalyi et a fait de l’étude du bonheur l’une de ses spécialités. «Le concept du FLOW experience décrit un individu qui vit un état intense de concentration et cet état lui procure du bonheur. Qu’il s’agisse de donner une conférence, de sculpter une pièce de bois, de faire du ski, de passer une soirée avec des amis, si l’activité plaît à l’individu, s’il se concentre pour la réaliser et qu’elle nécessite des habiletés à la hauteur de ses compétences, le bonheur est au rendez-vous.»

Bref, il faut vivre le moment présent intensément. Un précepte que vivent spontanément les enfants...


Le bonheur en haute définition…


Cette définition du bonheur n’est pas la seule à faire école. D’autres sommités en psychologie et en neuropsychologie proposent aussi définitions et conditions mesurables du bonheur. Parmi les définitions largement diffusées et bien reçues par le milieu scientifique se trouve celle de Martin Seligman, chercheur en psychologie de l’Université de Pennsylvania considéré comme l’un des pères fondateurs de la psychologie positive, à ne pas confondre avec la pensée positive qui n’a rien de scientifique.

La psychologie positive soutient que notre potentiel de bonheur dépend de notre capacité à développer, à reconnaître et à utiliser nos forces et nos qualités morales. Seligman soutient que le bonheur repose sur trois niveaux essentiels: l’expérience de petits bonheurs quotidiens et la capacité à les apprécier; l’engagement dans des activités importantes pour soi; et, le plus important, que notre vie et nos activités aient un sens.

L’échelle de Caroll Ryff, psychologue chercheuse à l’Université du Wisconsin, est aussi largement répandue. Elle propose six critères ou conditions psychologiques nécessaires au bonheur: acceptation de soi, capacité d’avoir des relations positives avec autrui, autonomie, maîtrise de son environnement, avoir un but et un sens à sa vie et croissance personnelle continue.

Toutes ces définitions qui se rejoignent tendent à définir le bonheur comme un état d’être, un sentiment durable.

Le bonheur dans nos gènes?

Le bonheur est-il dans nos gènes?


Mais pourquoi certaines personnes semblent-elles plus douées pour le bonheur que d’autres? Notre aptitude au bonheur dépend-elle de nos gènes? De nos hormones? Bref, sommes-nous tous égaux face au bonheur?

Pas tout à fait égaux, répondent les experts. La génétique et nos hormones auraient leur mot à dire. De fait, on a déjà identifié les gènes responsables de la quantité de sérotonine dans le cerveau. Cette hormone joue un rôle primordial dans la régulation de l’humeur, elle contribue aux fonctions cognitives et stimule le désir. Un déséquilibre de la sérotonine peut, par conséquent, réduire le potentiel de bonheur.

Autre hormone au banc des accusés: le cortisol. Cette fois, le responsable n’est pas la génétique, mais le stress! Or, plusieurs études cliniques, dont celle de la psychiatre française Chantal Henry, ont révélé que si le taux de cortisol grimpe de façon répétée ou continue, il réduit le nombre de certains récepteurs hormonaux, notamment ceux qui fixent la sérotonine.

Une solution? La méditation. Voilà la conclusion des recherches de Richard Davidson, professeur de psychiatrie à l’Université du Wisconsin. Ce dernier a défrayé la manchette scientifique pour avoir mesuré l'activité électrique cérébrale de moines bouddhistes en méditation. Il a démontré que le bonheur est un état de bien-être relié à l'activité du cortex préfrontal gauche. Or, la maîtrise de soi et la sensation de bien-être qui résultent de la méditation activent les lobes préfrontaux du cortex cérébral gauche, siège de la conscience et du contrôle des émotions. Cela stimule aussi les circuits de gratification, à base de dopamine, provoquant cette sensation de bien-être. La production de cortisol due au stress cesse, la sérotonine se régularise. Retour à la case bonheur!

Léandre Bouffard apporte tout de même une nuance aux influences hormonales et génétiques sur le bonheur. «L’état actuel de la recherche nous indique que notre potentiel de bonheur serait à 50% imputable à la génétique, 10% à 15% est lié aux événements et circonstances de la vie, et 40% dépend de nos activités, de nos choix et de nos attitudes et perceptions. C’est dire que nous avons beaucoup de pouvoir sur ce potentiel.»

Voilà pourquoi les tenants de la psychologie positive soutiennent que l’on peut développer stratégies et habiletés pour être plus heureux: aller vers les autres, développer son estime de soi, modifier sa perception des événements...

Aimer pour être heureux


Que l’on soit au Danemark, en Amérique latine, en France ou au Canada, le réseau d’amis, l’entraide sociale, l’appartenance à un groupe, la vie de famille jouent un rôle primordial pour le bonheur et même pour la santé. Et il n’y a pas que les psychologues qui le disent, les neurobiologistes peuvent même documenter les effets physiologiques positifs des relations affectives.

Et l’amour? Faut-il être deux pour être heureux? Les gens qui vivent en couple seraient en général plus heureux, soutiennent de nombreuses études. Mais beaucoup de psychologues mettent un bémol à ces données. Si le sentiment amoureux rend heureux ou euphorique, il n’en est pas toujours ainsi de la vie à deux. D’une part, la qualité des relations influence le bonheur; d’autre part, les gens heureux ou malheureux après un divorce ou un mariage ne l’étaient-ils pas lorsqu’ils étaient mariés ou célibataires?

Riche et heureux?

En 2007, des chercheurs européens et américains ont mené une étude auprès de 24000 Allemands pour analyser leurs réactions face aux événements de la vie. Conclusions? Les gens mariés depuis quelques années ne seraient pas plus heureux qu’ils ne l’étaient avant le mariage. Même chez les veufs, le niveau de bonheur avant et après le veuvage était au même niveau après cinq ans.

Chez nous, selon une étude de Léger Marketing publiée à l’automne 2008 dans Le Devoir, 68% des Québécois disent mettre la relation amoureuse au sommet de leurs priorités, mais 65% des répondants considèrent toutefois que vivre en couple n’est pas une condition essentielle au bonheur; une personne vivant seule avec un bon réseau d’amis et une famille aimante a autant de chances d’être heureuse. C’est d’aimer, d’être aimé et de communiquer avec les autres qui importent. Dans leur étude, les chercheurs Elchardus et Smits, de Bruxelles, ont même démontré que les gens qui parlent souvent avec leurs voisins ont un indice de bonheur plus élevé que les autres!

Et l’argent?


L’argent ne fait pas le bonheur, même s’il y contribue, et ce ne sont pas des philosophes qui le disent, mais des économistes, qui sont de plus en plus nombreux à examiner le bonheur avec des lunettes comptables. Bonheur: leçons d’une nouvelle science, voilà d’ailleurs le titre révélateur d’un livre publié en 2005 par Richard Layard, une sommité de la London School of Economics. Il joint ainsi les rangs de centaines d’économistes de renom qui pèsent, mesurent, chiffrent et évaluent le bonheur. Leurs conclusions sont parfois surprenantes...

Ainsi, on apprend que si le bonheur ne s’achète pas, il lui faut cependant un salaire. On a même fixé une sorte de salaire minimum du bonheur. Ce sont les prix Nobel d’économie de 2002, Daniel Kahneman et Alan Krueger, de l’Université de Princeton aux États-Unis, qui l’ont chiffré: 55000$ par année pour une famille de 4 personnes. Au-dessous de ce seuil, le casse-tête de la survie prend le dessus, réduisant considérablement le potentiel d’être heureux.

Cependant, une fois les besoins primaires réglés, les études démontrent que le fait de gagner 100000$ ou 200000$ par année n’aurait pas, ou très peu, d’incidence sur le niveau de bonheur ressenti. Une autre étude de Kahneman sur le bonheur en corrélation avec le salaire, publiée en 2006, révèle que les gens qui touchent un salaire de 90000$ par année consacrent 19,9% de leur temps aux loisirs, contre 34,7% pour ceux qui en font 20000$!

Le bonheur collectif

Bonheur national brut


Les économistes ne mesurent pas que le bonheur individuel, le bonheur collectif est aussi dans leur ligne de mire. Comme les prix à la consommation, le bonheur a désormais ses propres indicateurs. Cette volonté de mesurer le bonheur des pays repose sur le principe que la croissance économique ne peut être le seul critère du développement durable.

C’est au Bhoutan, en 1972, que l’idée a vraiment pris son envol. Cette année-là, le roi de ce petit État bouddhiste, Jigme Singye Wangchuk, a déclaré: «Le bonheur national brut est plus important que le produit intérieur brut (PIB).» Le roi, s’appuyant sur quatre grands concepts socio-économiques en accord avec le bouddhisme, venait de lancer la notion du BNB.

L’idée de recourir à d’autres indicateurs que le PIB pour mesurer le bien-être des humains a donné naissance à d’autres baromètres du bonheur à travers le monde. L’ONU utilise l’IDH (indice du développement humain). En France, Pierre Leroy a créé l’IBM (Indice du bonheur mondial) et la carte mondiale du bonheur de White (Angleterre) se base sur différents indicateurs, dont le SWB (Subjective Well Being) des économistes Krueger et Kahneman.

L’OCDE et l’ONU s’intéressent de près à ces initiatives essentielles au concept de développement durable. En juin 2007, l’OCDE conviait 1200 économistes, statisticiens et experts à la Conférence d’Istanbul. Une déclaration solennelle y a été adoptée pour que se conjuguent les efforts de mesure du bonheur national et mondial.

Au Canada, en 2005, 400 économistes et experts du monde se sont réunis à Ottawa sur le thème du BNB et se sont penchés sur l’élaboration d’indicateurs nationaux. Au Canada, qui se classe 4e à l’IDH de l’ONU, au 8e rang de l’Indice mondial du bonheur de Leroy et au 10e rang du classement géographique de White, une équipe dirigée par Roy J. Romanow devrait aboutir bientôt à un indice national.

Est-on plus heureux au soleil? Eh bien non! À quelques exceptions près, les 10 premières positions des différents classements vont à des pays du Nord. Selon la carte du Well Being européen, Grecs, Portugais, Espagnols et Italiens se disent moins heureux que leurs voisins du Nord.

Bonheur national et bonheur individuel se confondent-ils? «Ce sont deux notions différentes, mais tous les chercheurs sont unanimes: les chances de bonheur personnel sont plus élevées lorsqu’on vit dans un pays en paix, en sécurité, que l’on a accès à l’éducation, aux soins et à la liberté d’expression», répond Pierre Le Roy, père de l’Indice mondial du bonheur.

Féminin ou masculin?


Les femmes et les hommes sont-ils égaux face au bonheur? «Ils le définissent différemment, répond le psychiatre Christophe André. Les femmes trouvent davantage de bonheur dans le don, le partage et l’altruisme, tandis que les hommes sont plus heureux de ce qu’ils reçoivent.» L’économiste Alain Krueger, de Princeton, créateur de l’indice de bonheur SWB (Subjective Well Being) utilisé par l’ONU, concluait, après une enquête menée en 2007, qu’hommes et femmes définissent et expriment différemment le bonheur, mais ont des chances égales d’être heureux.

Mise à jour: mars 2009

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos