L’hypersensibilité en 5 questions

L’hypersensibilité en 5 questions

Par Jessica Dostie

Crédit photo: Photo by Victor Furtuna on Unsplash

Insupportable, l’hypersensible? Que nenni! répond le philosophe français Fabrice Midal, qui a analysé sa propre hypersensibilité.

En réalité, ce trait de caractère est un «don», affirme-t-il dans son dernier essai, Suis-je hypersensible? L’auteur et conférencier a accepté de partager ses observations sur le sujet.

 

Qu’est-ce que l’hypersensibilité?

Selon Fabrice Midal, «il existe une diversité d’indices qui indique que l’on est hypersensible: une réceptivité très intense à n’importe quel champ des cinq sens, une grande capacité à ressentir tout ce qui se passe autour de soi — l’angoisse ou le stress d’un proche, par exemple.» Un hypersensible se sentira en outre différent, renchérit-il. «Cette personne ne comprend pas très bien les règles du jeu social, car elle a besoin de relations profondes et sincères.» Sans compter le jeu des émotions, qui sont vécues de manière intense. «Ce sont les montagnes russes!»

 

Quelles sont les forces et les faiblesses des personnes hypersensibles?

Trop d’émotions, trop de sensations, trop d’intensité… Fabrice Midal l’explique d’emblée: on doit apprendre à «transformer cette avalanche de trop en chance la faiblesse de l’hypersensible est d’être facilement bousculé, ému, touché par la vie. Mais c’est aussi une force!»

 

Comment faire la paix avec notre propre hypersensibilité et apprivoiser cette condition?

«Le plus important, c’est de la comprendre, avance le philosophe. Si on ne reconnaît pas qu’on est hypersensible, on se sent anormal, voire coupable, et on multiplie les erreurs. La pire chose qu’on puisse dire à un hypersensible, c’est: “Sois zen. Calme-toi.” L’hypersensible a un don très précieux: il sait repérer ce que l’on appelle les “signaux faibles”. Il est aussi un précurseur. Il sait sortir des sentiers battus et a une capacité extraordinaire à ressentir ce que les gens vivent. Génial, n’est-ce pas?»

On n’est peut-être pas hypersensible soi-même, mais on reconnaît peut-être quelqu’un de notre entourage dans cette description. Comment alors vivre en harmonie avec une personne hypersensible?

«En lui demandant simplement de nous expliquer ce qu’elle vit, conseille Fabrice Midal. Nous avons l’impression qu’elle exagère, qu’elle fait des caprices, mais non: elle vit tout de façon beaucoup plus intense.»

 

La pandémie peut-elle être la cause d’une hypersensibilité nouvelle ou exacerbée?

«Nullement, expose l’auteur. On naît hypersensible.» D’ailleurs, selon lui, 25 % de la population le serait. «Ce n’est ni une maladie ni une réaction à un stress, mais une caractéristique qu’il faut découvrir. Il est vrai, cependant, que la pandémie, qui exacerbe la solitude et l’impossibilité de faire des rencontres rend les choses difficiles en particulier pour les hypersensibles.»

 

Le pouvoir apaisant de la nature à la rescousse

Il suffit parfois d’une simple promenade au parc d’à côté pour se reconnecter et calmer les esprits hypersensibles, fait valoir Fabrice Midal. «Le pouvoir thérapeutique de la nature, ne serait-ce que d’une plante verte ou d’un bouquet de fleurs, est corroboré par une série d’études scientifiques», écrit-il dans son dernier essai.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Éditrice et rédactrice en chef

Poupou et nous

Vidéos