Vacances: 6 pièges à éviter!

Vacances: 6 pièges à éviter!

Par Jacqueline Simoneau

Crédit photo: iStockphoto.com

Refaire toujours le même type de vacances

Année après année, vous prenez la route de la Gaspésie ou de la côte Est des États-Unis. Vous choisissez généralement le même hôtel ou terrain de camping, la même plage et les mêmes restaurants. C’est bien, si cela correspond à votre personnalité routinière et si vous anticipez ces vacances avec un plaisir renouvelé chaque année. Mais si vous choisissez ce modèle de vacances simplement par habitude au lieu de tenir compte de vos besoins réels, vous en revenez sans doute détendu, mais pas nécessairement requinqué ni pleinement satisfait. 

Et si vos prochaines vacances avaient un petit goût d’aventure plutôt que des allures de déjà-vu? Vivre des expériences passionnantes et différentes pendant les vacances aide à se déprogrammer, à stimuler ses sens engourdis par la routine, à recharger ses neurones et à emmagasiner une énergie durable. 

Pensez à des scénarios de vacances simples dont vous avez déjà rêvé. Par exemple, au lieu de retourner en Gaspésie, pourquoi ne pas aller faire un tour au Saguenay ou au Nouveau-Brunswick? Déjà l’anticipation de vacances hors de l’ordinaire procure un bien fou. Mais avant tout, il faut prendre le temps de définir précisément ses désirs et ses attentes, puis de bien s’informer. Une bonne préparation diminue le stress lié à la nouveauté.

Combiner affaires et vacances

Vous venez d’atterrir en Floride. Coup de fil du patron: il réclame votre aide pour finaliser un dossier urgent. Un travail qui, selon lui, n’exigera que quelques heures de votre temps. Vous acceptez. Après tout, vous pouvez bien lui consacrer une petite miette de vos précieuses vacances. Danger! 

D’abord, il y a de fortes chances que ces quelques heures se transforment en quelques jours, et que votre tranquillité soit ensuite menacée par des appels ou des messages électroniques du bureau concernant ce fameux dossier. Bref, tant que le dossier ne sera pas complètement bouclé, vous ne décrocherez jamais tout à fait. 

Même si vous ne travaillez que le matin, il vous sera difficile de tout laisser derrière vous le reste du temps, de faire le vide dans votre cerveau et de recharger vos batteries. Mieux vaut faire une scission claire entre les affaires et les vacances. 

Le truc: aviser patron et collègues qu’on laisse cellulaire, téléphone intelligent et ordi à la maison. Et si on choisit de partir outillé, on ignore tous les messages émanant du bureau! 

S’endetter

Pas question pour vous de rester à la maison ni de regarder à la dépense durant vos vacances. Après tout, elles n’ont lieu qu’une fois par année. C’est seulement lorsque les premières factures arrivent que vous désenchantez. Vous en avez pour des mois à rembourser votre dette… et à stresser. Le jeu en vaut-il la chandelle? Vraiment pas. 

La solution: établir un budget vacances réaliste, en n’oubliant pas d’inclure une somme pour les imprévus, achats spontanés ou autres. Si vous sermonnez votre chéri chaque fois qu’il s’offre un souvenir de voyage, ou si lui vous lance un regard réprobateur quand vous choisissez un plat coûteux au resto, ces jours de répit risquent d’être frustrants. 

On peut aussi profiter du moment pour faire preuve d’imagination. Si votre budget est serré, profitez des belles plages du Québec au lieu de vous rendre sur la côte Est des États-Unis où le taux de change grugera vos dollars. 

Autre idée: répertoriez toutes les activités gratuites dans votre région et notez les plus intéressantes. Ou encore, proposez à quelques amis de louer avec vous un chalet et de partager les frais. Ne gaspillez pas de belles possibilités de vous amuser. Avec l’argent que vous n’aurez pas à rembourser à votre retour de vacances, vous pourrez vous offrir des petits plaisirs, comme une visite au spa ou un week-end en amoureux dans une jolie auberge. 

Partir pour partir

Qui a dit qu’il fallait forcément s’envoler quelque part pour profiter de ses vacances? Toute l’année durant, vous courez à droite et à gauche. Vous n’avez qu’un souhait pour ces beaux jours à venir: rester à la maison à faire la grasse matinée, boire un thé glacé sous le parasol, lire, paresser, écouter de la musique, regarder des films, manger avec des amis… Surtout rien qui ressemble à la course aux activités du matin au soir, ni au marathon pour préparer les vacances. 

Et pourtant. Vous finissez immanquablement par boucler vos valises et par fuir vers d’autres lieux. Rien d’étonnant. Pour la plupart des gens, les vacances riment obligatoirement avec évasion. Il existe en effet une pression sociale en ce qui a trait aux vacances. Comme si le fait de partir rehaussait le statut social et financier d’une personne. «Rester à la maison pendant les vacances ne fait pas très glamour, confie Line. Pour moi, c’était impensable. Mais il y a cinq ans, après des rénovations coûteuses, j’ai dû me résigner à ne pas m’éloigner… et j’ai adoré ça! Je suis revenue au boulot vraiment reposée et revitalisée. Maintenant, j’alterne entre la maison et les voyages. Autrefois, j’aurais été mal à l’aise de dire à mes collègues que j’étais restée chez moi à ne rien faire, sinon me la couler douce, comme si ça ne pouvait pas être agréable. Plus maintenant. Et vous savez quoi  J’ai l’impression que plusieurs m’envient.» 

Certes, c’est exotique de sillonner les routes d’Andalousie ou de visiter le Taj Mahal en Inde. Et ça peut être excitant de passer deux semaines à parcourir la province en VR. Mais encore faut-il que ce soit ce dont on a vraiment besoin. Il n’y a rien de pire que de s’obliger à quitter la maison sous prétexte que c’est les vacances et que les amis le font. Puis rester chez soi peut être très agréable, d’autant que, à notre époque, on y est souvent très peu. 

Donc, pensez d’abord à vous. Faites fi du regard social et des modes. Seule consigne: il est strictement interdit d’en profiter pour repeindre la cuisine ou pour faire toutes les corvées qu’on n’a pas le temps de réaliser le reste de l’année. Les travaux et le ménage peuvent sûrement attendre. Pas vous. C’est le temps de décrocher du quotidien, d’adopter un rythme de vie plus décontracté et de refaire le plein en planifiant des petits plaisirs, comme lire un polar dans un charmant café, faire du tourisme en ville, se promener à vélo ou visionner deux films en rafale un jour de pluie. 

Se laisser influencer

Les vacances les plus mémorables sont toujours celles où l’on a fait ce qu’on aime. Malheureusement, vous flanchez à tout coup devant l’insistance de vos compagnons de voyage. Ils finissent par vous convaincre d’adhérer à leurs suggestions au lieu de prioriser vos propres désirs. Conséquence: vous rentrez de vacances souvent maussade et frustré au lieu d’être gonflé à bloc. 

Consolez-vous: les désaccords à propos de la destination voyage sont pas mal plus fréquents qu’on le pense. Par contre, ce n’est pas toujours aux mêmes à faire des compromis. Prenez votre place dans les discussions. Vous y arriverez en étant bien préparé. Ayez en main de la documentation sur les destinations qui vous intéressent, et faites ressortir les avantages de chacune. Il sera alors nettement plus facile de convaincre les autres. Soyez prêt à défendre vos propositions. Et tentez de prévoir les arguments adverses. Émettez clairement vos besoins et vos attentes, tout en étant ouvert aux compromis, afin que chacun y trouve son compte. 

Pour vous, les vacances égalent orteils dans le sable chaud et voyages en Europe, tandis que votre tendre moitié ou vos amis ne pensent qu’à taquiner le poisson et à faire des activités sportives? Répertoriez les régions où vous pouvez combiner vos activités préférées. Des exemples: parcourir la route des vins en Alsace à vélo, longer les canaux d’Europe à bord d’une péniche ou pratiquer la pêche en haute mer! Par contre, refusez la location d’un chalet si vous ne supportez pas les moustiques, ou le camping si vous avez envie de confort. 

Pas d’accord en vue? Ne capitulez pas. Laissez mûrir les choses deux ou trois jours, puis reprenez la discussion. 

Autre solution: proposez de choisir à tour de rôle la destination vacances, en incluant tout de même des activités qui plairont à chacun. Effectuez une pige pour savoir qui ouvrira le bal. 

Être à la course pour le retour au boulot

Déjà la fin des vacances? Pour la plupart, le retour à la maison ne se fait pas sans stress. La bonne idée: planifier son retour avant son départ! 

Par exemple, on cuisine et congèle quelques plats; ainsi, on n’aura pas besoin de se casser la tête côté repas, du moins pour quelques jours. 

Autre truc: prévoir des vêtements propres pour le retour au boulot; le lavage pourra alors attendre. 

Enfin, en revenant de vacances le samedi matin plutôt que le dimanche soir, on aura le temps de décanter, de retrouver sa routine quotidienne et de voir aux tâches prioritaires, comme l’achat de quelques produits de base pour repartir du bon pied... 

Vous aimerez aussi:


Vous souhaitez partir en vacances avec vos petits-enfants, en couple ou seul(e), et vous gâter pleinement? Vous aimez les fleurs, les arts, l’histoire ou le plein air? Voici 7 circuits pour tous les goûts!
Vous anticipez le mois de septembre tendu et le moral en berne? Voici un petit guide qui contient une foule d’idées antistress simples et efficaces pour entamer la rentrée avec énergie!
 Des trucs pour décrocher
Peu importe l’âge, on sent tous et toutes le besoin d'oublier le quotidien, les responsabilités ou le boulot. Existe-t-il de bons trucs pour décrocher? Voici des recettes éprouvées par nos invités.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos