Les pouvoirs de la zoothérapie

Les pouvoirs de la zoothérapie

Par Élise Jetté

Crédit photo: iStock Photo

Le docteur en biologie marine et écotoxicologie José Sarica exerce cette pratique au Québec et en France depuis sept ans. Nous nous sommes entretenus avec lui.

Comment la zoothérapie peut faire du bien aux aînés?

Ça dépend de leur autonomie. Si les gens sont alités, dans un centre de soins, par exemple, je peux mettre Chico, mon chien, sur une petite table et je leur parle pendant qu’ils caressent Chico. La personne le brosse, lui parle, lui fait sa toilette, lui donne des croquettes. Ça me permet de me rapprocher de la personne et de ce qu’elle ressent.

Pourquoi le chien est votre animal de prédilection pour la zoothérapie?

D’abord parce que c’est plus simple que le dauphin, qui est mon deuxième animal de prédilection! Et c’est avec le chien que j’ai eu le plus d’affinités. Il a été facile de l’éduquer pour qu’il n’ait pas peur des chaises roulantes et des cannes. 

Concrètement, a-t-on des preuves que les animaux ont impact positif sur la vie des gens?

Il est scientifiquement prouvé que ça diminue l’anxiété. Une étude sur près 6000 personnes en Australie avait permis de déterminer que les personnes qui possédaient un chat ou un chien avaient moins de risques de faire d’un infarctus. Et même chez les nouveau-nés, les microbes que le chien porte stimulent les cellules immunitaires de l’enfant. Il y a une hormone (ocytocine) qui est celle de l’attachement entre une maman et son bébé. En regardant un chien, cette hormone est aussi libérée. Ça provoque un mieux-être instantané. 

Comment fonctionne la pratique de la zoothérapie?

Il ne s’agit pas seulement de mettre un animal dans la pièce. Je fais des rencontres de façon triangulaire entre le patient, l’animal et moi. Il y a des stratégies thérapeutiques qui existent. Je peux aussi faire des animations de groupes (15 personnes). Mais il est certain qu’une personne qui a un animal réussit automatiquement à briser son isolement. Elle entre en communication avec les autres par le biais de son animal.

Comment la zoothérapie peut aider à calmer la maladie d’Alzheimer?

Il y a plusieurs stades de maladie. Au niveau quatre, les gens se rendent compte qu’ils perdent la mémoire et ils peuvent devenir méchants. En mettant un animal dans les bras d’une personne dans cet état, ça peut rappeler des évènements du passé. On a vu des cas où ça permettait à une dame de se souvenir de la ferme où elle avait vécu enfant.

Est-ce que ça fonctionne pour tout le monde?

C’est un peu comme l’acuponcture. Ça marche chez certaines personnes, chez d’autres non. Ce n’est pas intrusif. Pour des gens c’est plus agréable de recevoir cette visite plutôt que de prendre le métro et d’aller voir un psychologue. Il y existe autant de personnes que de techniques pour les aider.

Zoothérapie, le pouvoir thérapeutique des animaux de José Sarica en collaboration avec Nassera Zaïd, Éditions Arthaud.

29,95 $. en librairies

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Éditrice et rédactrice en chef

Briser la glace

Vidéos