Aromathérapie 101

Aromathérapie 101

Par Isabelle Bergeron

Crédit photo: iStock Photo

Bien que les extraits de plantes s’utilisent depuis la nuit des temps, c’est seulement au début du XXe siècle, en France, que de véritables recherches scientifiques ont été réalisées pour comprendre la composition et les effets des huiles essentielles. Tout ça grâce à René-Maurice Gattefossé, un chimiste qui, en 1918, a plongé par réflexe sa main brûlée à l’instant dans un bol d’huile essentielle de lavande. Le soulagement ressenti et le fait que sa plaie se soit rapidement cicatrisée a mené le chercheur… à chercher! Depuis, quelque 16 000 études scientifiques sur le sujet ont été publiées dans des revues médicales. 

«De plus en plus de professionnels de la santé s’intéressent à l’aromathérapie, autant pour son action anti-infectieuse contre les maladies nosocomiales que pour son action thérapeutique, explique Isabelle Pacchioni, cofondatrice des laboratoires Puressentiel et auteure de plusieurs ouvrages sur l’aromathérapie, dont Aromatherapia (Éditions Aroma Thera, 2011). Une multitude d’huiles essentielles ont été étudiées, seules ou en synergie, pour leurs vertus apaisantes. Et plusieurs se sont montrées efficaces pour abaisser la tension artérielle des personnes très stressées.» Fondateur de l’Institut d’aromathérapie scientifique et naturopathe, Maurice Nicole voit même les huiles essentielles comme «d’authentiques médicaments naturels qui peuvent remplacer ou être pris en complément d’un médicament traditionnel».  

Ça s’utilise comment?

«Chaque huile essentielle a des indications précises, des modes d’administration et des dosages qu’il faut impérativement respecter, c’est la garantie d’une vraie efficacité sans effet indésirable», souligne Isabelle Pacchioni. Certaines huiles essentielles sont déconseillées en cas de fragilité hépatique ou rénale, c’est pourquoi il vaut mieux toujours s’informer quand on suit parallèlement un traitement médical au long cours ou en cas de maladies ou d’antécédents de maladies graves (cancer, hépatite, etc.), par exemple. «Il est aussi primordial d’investir dans un ouvrage de médication familiale permettant de faire ses premiers pas sans risque ni danger dans ce vaste, complet et très efficace domaine thérapeutique.»

Ce qu’il faut savoir 

- Avant toute première utilisation, pour s’assurer de ne pas être allergique, on dépose une goutte d’huile sur notre poignet et on attend. 

- On ne met jamais nos yeux en contact avec une huile. C’est arrivé? On rince à l’eau froide. 

- On respecte toujours la voie d’administration. Toutes les huiles ne peuvent pas être à la fois diffusées, appliquées sur la peau et ingérées.

- On respecte aussi toujours la posologie, sans doubler par exemple la quantité en croyant guérir ainsi plus vite.

- Certaines huiles sont contre-indiquées pour les enfants de moins de 15 ans. 

- Certaines huiles, comme celles de verveine, de bergamote ou de cumin, par exemple, sont phototoxiques et peuvent donc causer une irritation de la peau si on s’expose au soleil juste après l’application. 

Reconnaître une huile de qualité 

«Ce n’est pas évident de savoir si on a une bonne huile entre les mains, avertit Maurice Nicole. Très peu de normes existent au Canada. Les composantes des huiles ne sont pas toujours inscrites sur le flacon, et les vendeurs manquent parfois des connaissances nécessaires pour bien nous informer.» Une seule plante peut en plus se décliner en plusieurs espèces (par exemple, il existe une cinquantaine de sortes de thym!). La partie utilisée (feuille, tige, etc.) n’est par ailleurs pas la même pour chaque huile, et par conséquent, les bénéfices ne seront pas nécessairement les mêmes non plus. Pour acheter le meilleur produit possible, on vérifie donc que le nom latin de la plante est indiqué, on s’informe sur la partie de la plante utilisée, on demande au vendeur si l’huile est de qualité HEBBD (huile essentielle botaniquement et biochimiquement définie). Cela garantit la traçabilité de la plante ainsi que sa pureté. Et on n’hésite pas à lui poser plusieurs questions sur les usages et la posologie. Il doit être en mesure de nous répondre. 

10 huiles essentielles pour commencer

1 Arbre à thé (Melaleuca alternifolia)

Un anti-infectieux et antiseptique polyvalent. «C’est la référence dans le traitement de l’acné, des points noirs, des petits comédons ou de l’hyperséborrhée, affirme Isabelle Pacchioni. Il est aussi idéal pour les mycoses de la peau, comme le pied d’athlète, et pour désinfecter des petites plaies.» 

2 Eucalyptus citronné (Corymbia citriodora)

Anti-inflammatoire, cette huile soulage notamment les rhumatismes, les tendinites et les névralgies (sciatique, certains types de migraines, etc.). «Elle est aussi répulsive, ajoute Mme Pacchioni. On peut donc s’en servir contre les piqûres d’insectes ou pour les soulager, grâce à son effet antalgique.» 

3 Eucalyptus radié (Eucalyptus radiata)

«Cette huile est un puissant anti-infectieux, expectorant, décongestionnant respiratoire et anti-inflammatoire, explique Isabelle Pacchioni. On l’utilise donc pour lutter contre les congestions et les inflammations ORL et bronchiques (toux, rhume, nez bouché, rhinite allergique ou chronique, sinusite, otite...). 4 Giroflier (Syzygium aromaticum) Ses propriétés anesthésiantes en font un traitement très efficace contre les maux de dents (caries, abcès). «Il s’agit aussi d’un coupe-faim avéré, quand on le respire sur un mouchoir ou à la bouteille.»

5 Hélichryse italienne (ou immortelle, Helichrysum italicum)

«Cette huile a des propriétés anti-hématomes extraordinaires, révèle Isabelle Pacchioni. On l’utilise pour les coups, les bosses, les bleus et autres contusions, comme les entorses.» L’hélichryse est aussi efficace contre les varices, la couperose, les jambes lourdes et les hémorroïdes, en plus de son effet anti-âge reconnu (par exemple, on peut en mélanger quelques gouttes à sa crème hydratante habituelle).  6 Lavande vraie (Lavandula angustifolia) «Si on n’avait qu’une seule huile à avoir sous la main, ce serait elle, estime Maurice Nicole. Elle possède 1 200 composantes. C’est une huile bonne à tout faire!» Apaisante, cicatrisante, calmante, la lavande vraie permet, entre autres, de lutter contre l’anxiété, les crampes, les tensions musculaires, les palpitations, l’urticaire, le psoriasis et les démangeaisons du cuir chevelu. Elle sera souveraine aussi pour se débarrasser des poux!

7 Menthe poivrée (Mentha piperita)

«C’est un Tylenol naturel», avance M. Nicole. Efficace par voie cutanée, la menthe poivrée peut aussi être ingérée pour faciliter notre digestion, apaiser notre foie ou lutter contre des nausées. «Elle est idéale contre le mal des transports», ajoute Isabelle Pacchioni. 

8 Origan vulgaire (Origanum vulgaris)

«L’huile d’origan est un antibiotique éprouvé, assure Maurice Nicole. On peut en boire, en diluant quelques gouttes dans de l’huile d’olive, par exemple.» À utiliser, entre autres, en cas d’infections virales et bactériennes.r 9 Ravintsara (Ravensara aromatica) «L’arme anti-virus par excellence, soutient Mme Pacchioni. Antiviral, stimulant immunitaire, tonique général, il est redoutable pour soigner les maladies virales comme la grippe, les rhinopharyngites, les gastro-entérites, l’herpès labial mais aussi la varicelle, le zona et autres… Cette huile essentielle combat aussi toutes sortes de fatigue (mentale, physique et immunitaire) et les états fébriles.» 

10 Thym vulgaire à linalol (Thymus vulgaris linaloliferum) 

Il s’agit d’un antalgique très efficace ainsi que d’un anti-inflammatoire et anti-infectieux puissant. De plus, le thym vulgaire à linalol stimule le système immunitaire. «Il traite les maux de gorge de toute la famille, par exemple, de même que les petits vers intestinaux, car il est vermifuge», explique Isabelle Pacchioni. 

Des utilisations méconnues

-> Comme répulsif

On tient en respect araignées et rongeurs grâce à l’huile de menthe poivrée. Quelques gouttes dans le coin des portes et des fenêtres suffisent pour dormir en paix!

-> Contre les pellicules

L’huile essentielle d’arbre à thé ferait des miracles contre ces indésirables, on ajoute une cuillerée à thé d’huile à 250 ml de shampoing, et le tour est joué! 

-> Contre les extinctions de voix

L’huile d’eucalyptus citronné et celle de lemongrass sont radicales quand la voix déraille (aphonie, pharyngites, laryngites). Il suffit de deux ou trois gouttes dans une cuillerée de miel, quelques fois par jour. 

-> Contre les verrues

L’huile essentielle de citron est très efficace pour les éliminer. On l’applique pure, sur un coton-tige. Attention, en revanche, de ne pas exposer la zone au soleil dans les 12 heures qui suivent: cette huile est phototoxique.

-> Comme désodorisant pour la maison

Les huiles de mandarine verte et d’orange douce sont d’excellents désodorisants aériens. Elles chassent les mauvaises odeurs, même les plus tenaces, comme celles du poisson cuisiné ou du tabac. On les utilise en diffusion. 

-> Pour rehausser nos plats

Une goutte de lavande dans notre préparation à gâteau, deux gouttes d’origan dans notre sauce à spaghetti… Notre palais pourrait faire d’heureuses découvertes. Pour tenter le coup, on essaie La cuisine aux huiles essentielles, de Philippe Chavanne (Alpen éditions, 2016), ou Mes petites recettes magiques aux huiles essentielles, de Danièle Festy et Catherine Dupin (Leduc éditions, 2016).

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos