Voyage en Thaïlande

Voyage en Thaïlande

Par Nathalie De Grandmont

Crédit photo: Nathalie De Grandmont

Bangkok: un tourbillon de contrastes 

À l’instar de plusieurs métropoles occidentales, Bangkok ne dort presque jamais. Cette grande ville asiatique (plus de 12 millions d’habitants) propose un véritable tourbillon sonore et visuel à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.... Et, par-dessus tout, un tourbillon de contrastes! Dans le quartier de Siam Square, par exemple, le futuriste tram aérien serpente à travers une forêt de gratte-ciels et de centres commerciaux ultramodernes, parmi les plus vastes de toute l’Asie. 

Au même moment, sous les voies du tram, des centaines de personnes se faufilent à travers les étals de vêtements du marché de rue, nimbées par les nuages de vapeur qui émanent des stands de nourriture. Quant à la rue elle-même, elle nous propulse au milieu d’un concert de klaxons, souvent ponctué par les pétarades des fameux tricycles motorisés qu’on appelle les tuk-tuks. Étrangement, on s’habitue vite à ce chaos sympathique. Et lorsqu’on veut y échapper un moment, on est assuré de trouver le calme sur le fleuve Chao Praya, où naviguent encore les traditionnels bateaux à longue queue, protégés par des guirlandes colorées. 

Ayant été canalisé par les rois au début du royaume du Siam, le Chao Praya a longtemps été l’artère vitale de cette «Cité des Anges». A l’époque, le fleuve était entouré d’une ribambelle de canaux, ce qui avait valu à Bangkok le surnom de «ville flottante» ou «Venise de l’Asie». Avec la croissance spectaculaire de la ville, plusieurs de ces canaux ont été asséchés. Mais il en reste encore dans le quartier de Thonburi, bordés par des maisons sur pilotis ou des commerces littéralement construits sur des radeaux. Pour peu qu’on soit prêt à négocier, les capitaines de bateaux à longue queue nous emmènent volontiers en promenade dans ce quartier mystérieux, qui semble à des années lumière de notre monde. 

Bien sûr, les gratte-ciels et les trams futuristes incarnent le Bangkok en devenir, mais le fleuve, lui, est le meilleur moyen de découvrir le quartier historique. L’aventure devient encore plus palpitante si l’on emprunte le sympathique Chao Praya Express, qui longe les principaux bâtiments coloniaux du XIXe siècle, tout en s’arrêtant à tous les grands temples de la ville, du Wat Arun (de style khmer et couvert de céramiques) au Wat Phra Kao situé dans l’enceinte du Grand Palais. 

Les temples et l'artisanat de Bangkok

Le Grand Palais a été érigé en 1782 pour loger la famille royale, au moment où Bangkok devenait la capitale du Siam, ancien nom du pays. Pendant plus de 150 ans, les rois de la dynastie Chakri y ont habité, notamment le roi Mongkut et son fils Chulalongkorn qu’on a pu découvrir dans le film Anna et le roi (avec Jodie Foster). Aujourd’hui, le roi actuel (Rama IX) habite un palais plus modeste. Mais plusieurs cérémonies protocolaires, dont les couronnements, se déroulent encore ici. Presque une petite ville en soi, ce complexe regroupe plusieurs temples, souvent surmontés de dorures, qui abritent des reliques ou encore les cendres d’un roi. Ils sont souvent décorés de peintures murales, de sculptures sur bois, de panneaux laqués ou incrustés de nacre. De nombreuses figures mythologiques courent le long des façades ou montent la garde devant les entrées.

 

L’un de ces temples, le Wat Phra Kao, loge la statue la plus vénérée du pays: le fameux Bouddha d’émeraude, dont on change les tenues plusieurs fois par an. Comme dans la majorité des temples, les fidèles se livrent à de nombreux rituels, fascinants à observer. Avant d’entrer, plusieurs se mouillent la tête avec une fleur de lotus. Puis, une fois à l’intérieur, ils s’empressent de faire le salut à Bouddha, en s’agenouillant avec les mains jointes sous le menton.

 

Là encore, que de contrastes! Tout d’un coup, on se sent à mille lieues de l’agitation de la ville, alors qu’on entend à peine le froissement des vêtements et le murmure des prières. De temps en temps résonne le tintement des monnaies que les fidèles laissent dans les bassins de cuivre en guise d’offrandes. Des rituels semblables se pratiquent dans le plus ancien temple de la ville, le Wat Po, où les fidèles viennent se prosterner devant un gigantesque Bouddha couché, fait de plâtre doré.

 

Outre la spiritualité, l’artisanat traditionnel est encore très présent à Bangkok, notamment à la Maison Jim Thompson. Dans les années 1960, cet entrepreneur américain eut un tel coup de foudre pour la Thaïlande qu’il s’occupa d’y faire renaître le travail de la soie, devenu fragile au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il s’installa sur le bord d’un canal, y rassemblant six anciennes demeures en teck, décorées d’une foule d’oeuvres et d’antiquités asiatiques inestimables. En plus d’être une oasis de paix très appréciée, le lieu devenu un musée accueille régulièrement des artisans qui nous montrent les différentes étapes de leur travail, du cocon de soie jusqu’au tissage des étoffes.

Chiang Mai, la «Rose du Nord»

La spiritualité, les arts et la culture traditionnels sont également omniprésents à Chiang Mai, que l’on surnomme la «Rose du Nord». Tout en étant la seconde ville du pays, Chiang Mai est de taille plus humaine que la capitale. Et elle occupe une position merveilleuse aux abords de la rivière Ping, en plus de posséder une histoire et une identité culturelle bien à elle. Fondée en 1296 par le roi Mengrai, Chiang Mai a longtemps été la capitale du royaume de Lanna, dont elle a conservé les remparts qui encerclent encore la vieille ville. Les habitants y ont aussi perpétué leur dialecte, leur cuisine (différente de celle du sud du pays) et plusieurs de leurs traditions artistiques – sculptures du bois, fabrication et décoration d‘ombrelles, etc. – qui justifient une visite dans les villages d’artisanat voisins. À Chiang Mai même, théâtres ou hôtels proposent des spectacles de musique et de danse dont les mouvements s’inspirent souvent des figures mythologiques qu’on trouve dans les temples. 

Encore aujourdhui, ces temples font partie du quotidien des citoyens, étant à la fois des lieux de prière et de réjouissances lors des fêtes colorées qui ponctuent le calendrier bouddhiste. Ils abritent également des communautés de moines et de jeunes novices que la population respecte énormément. On voit ces derniers marcher le long de la rivière au petit matin, dans leurs sarongs jaunes ou orange qui égayent le ciel un peu blafard. Et, bien sûr, on les entend souvent chanter en sourdine lorsqu’on visite le Wat Pra Sing et le Wat Suan Dok, les deux temples les plus prestigieux de la ville. 

Les tribus du nord de la Thaïlande

Comme Chiang Mai se trouve à proximité des montagnes, elle constitue le point de départ idéal pour aller rendre visite aux tribus du nord (telles que les Karen et les Hmong) ou voir les éléphants qui ont longtemps été utilisés pour le transport du bois en forêt. Autour de Lampang (à une heure de Chiang Mai), des rencontres avec cet animal sont possibles, notamment à l’Elephant Conservation Center, un établissement gouvernemental qui héberge des éléphants blessés ou retraités. 

Après avoir rencontré le troupeau, nous sommes invités à apprendre le métier de gardien d’éléphants ou «mahmout»... Tout un mandat, surtout quand on sait que ces éléphants pèsent quatre tonnes! On nous initie à leurs comportements, aux différentes commandes qu’ils reconnaissent. Puis arrivent les premières frayeurs et les fous rires: c’est le moment de monter sur le dos de l’animal... Bien que les éléphants soient alors couchés au sol, il faut tout de même parvenir à se hisser jusqu’à leur cou, où il n’y a rien pour s’agripper! Heureusement, on ne tarde pas trop à trouver son équilibre et à faire confiance à la bête... Au final, on se dit qu’il peut être très envoûtant de parcourir la jungle en sa compagnie, même si certains gros coquins s’amusent à nous arroser avec leur trompe! 

Les plages mythiques du sud de la Thaïlande

Pour nous remettre de nos émotions, pourquoi pas quelques jours de repos dans les stations balnéaires du sud du pays? De Phuket à Krabi, des plages de rêve se succèdent le long de la mer d’Andaman. Plusieurs d’entre elles ont véritablement marqué l’imagination grâce à leurs nombreux îlots et rochers de calcaire qui émergent de l’océan, juste derrière des plages de sable fin.

Face à Krabi, par exemple, se dresse «l’île de James Bond», qui a hérité de son surnom et de sa popularité grâce au film L’homme au pistolet d’or. Non loin de là, l’archipel des îles Hong, qui compte près de 140 îles, est moins connu. Ici aussi les contrastes sont marqués, cette fois entre les stations balnéaires très bien organisées et les communautés de pêcheurs, toujours très attachées à leurs modes de vie traditionnels.

C’est le cas sur l’île de Koh Klang, par exemple, où les femmes s’adonnent à l’art du batik, tandis que les hommes fabriquent encore, de façon artisanale, les fameux bateaux à longue queue qui ornent le paysage dans tout le sud du pays. Les ouvriers travaillent fort, et bien loin des projecteurs. Mais ironiquement, c’est souvent la vue de leurs bateaux colorés, dans les films et sur les cartes postales, qui nous fait rêver d’évasion... Heureusement, en Thaïlande, ils sont encore nombreux, les lieux comme celui-ci où la vague de la modernité n’a pas encore atteint tous les rivages.

Escapade au Cambodge

Les amoureux de culture asiatique, particulièrement de ses temples, pourraient trouver intéressant de jumeler un voyage en Thaïlande avec quelques jours aux temples d’Angkor, au Cambodge, qui sont sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco). Du IXe au XIIIe siècle, une bonne partie de la péninsule indochinoise était dominée par l’empire khmer, qui a laissé son héritage le plus spectaculaire à Angkor, où se trouvait la capitale. De nombreux temples furent érigés sur l’ensemble du territoire, mais les plus importants et les plus populaires – Angkor Vat, Angkor Thom et Ta Prohm – sont tous situés à quelques kilomètres de Siem Reap. Angkor Vat et Angkor Thom sont ornés d’un nombre incroyable de sculptures et de bas-reliefs qui présentent de tranches de vies de l’époque. Ils illustrent aussi les différentes croyances – hindoues, puis bouddhistes – qui se sont succédé au fil du temps.

 Aujourd’hui, Angkor Vat est le mieux préservé de tous, et il devient particulièrement spectaculaire au coucher du soleil. À l’aube, c’est plutôt Angkor Thom que la lumière met en valeur. Une véritable cité fortifiée, entourée de 5 portes magistrales précédées par 54 statues de dieux (à gauche) et de 54 statues de démons (à droite). Au centre de ce palais se trouve le mystérieux temple de Bayon, avec ses nombreuses tours de pierre recouvertes de 216 visages monumentaux. Probablement le temple le plus énigmatique de tous, Bayon est souvent le préféré des visiteurs, suivi de près par Ta Prohm, devenu célèbre grâce au film Tomb Raider (avec Angelina Jolie). 

Le Cambodge renoue aussi avec ses arts traditionnels, comme on peut le voir aux Artisans d’Angkor. Créée pour répondre aux besoins d’insertion professionnelle des Cambodgiens, cette entreprise forme des centaines d’artisans, qui travaillent dans 28 ateliers différents. La boutique principale propose des visites guidées quotidiennes en français, qui nous permettent d’apprécier le travail minutieux de la peinture sur soie ou sur bois, la sculpture sur pierre, la dinanderie, etc. Il est aussi très intéressant d’aller visiter la ferme de production de la soie, une excursion gratuite qui nous emmène dans la campagne voisine.

www.artisansdangkor.com

Informations pratiques pour voyager en Thaïlande

S’y rendre

Comme il n’y a pas de vol direct, Qatar Airways figure parmi les meilleures options, grâce à ses prix compétitifs, son vol direct entre Montréal et Doha et ses nombreuses correspondances quotidiennes vers la Thaïlande. www.qatarairways.com

Meilleur moment 

De novembre à avril, pendant la saison sèche. Entre mai et juillet, il peut faire très chaud. Ensuite, c’est la saison des pluies humides (d’août à octobre). Par contre, les températures varient légèrement d’une région à l’autre.

Pour visiter les temples 

Obligatoire d’avoir les jambes et les épaules couvertes. Favorisez les chaussures qui s’enlèvent aisément, puisqu’il faut se déchausser régulièrement. 

Marchés de rue 

À Chiang Mai, le Walking Street se déroule les samedis et dimanches (de 17 h à 22 h). Idéal pour découvrir la cuisine de rue et l’artisanat du nord de la Thaïlande. Il y a aussi le Night Bazar, surtout destiné aux touristes (avec des prix plus élevés).

Suggestions d'hébergement 

• À Chiang Mai 
Face à la rivière Ping, l’hôtel Anantara, qui abritait autrefois le consulat britannique. De nouvelles ailes ont été ajoutées, avec des chambres décorées de teck, de matières naturelles et de pièces d’artisanat local.
www.chiang-mai.anantara.com
• À Bangkok 
Le Siam Kempinski, voisin des grands centres commerciaux et décoré de 4 000 oeuvres d’art. Son restaurant de même que sa piscine sont accessibles à tous.
www.kempinski.com
• À Krabi
Le Tubkaak Krabi, élégant, ambiance zen, encerclé par la végétation tropicale, au bord d’une plage tranquille. www.tubkaakresort.com
• Au Cambodge 
L’hôtel Raffles, surnommé le Grand Hôtel d’Angkor. Établi en 1932, il a retrouvé sa splendeur d’antan et son ambiance de l’époque indochinoise. Il vaut la peine d’aller y prendre un repas ou le thé de 4 heures.
www.raffles.com/siemreap

Informations supplémentaires

www.bangkok.com
www.tourismthailand.org 

Vous aimerez aussi:


Voyage en Guadeloupe, une île aux accents francophones, à la forme et aux couleurs d’un papillon de collection qui se déploierait au milieu d’une nature abondante et généreuse, aussi bien sur terre que sous l’eau...


Des artistes et des architectes ont fait de la Catalogne et de Barcelone, sa capitale, des lieux originaux, où souffle un vent de liberté et où règne la douceur de vivre. Pas étonnant que les Catalans soient si fiers de leur langue, de leur culture et de leur coin de pays!

Imaginez l’inimaginable, un paradis sur terre, et vous le trouverez, ou presque. En Polynésie française, paix, calme et volupté vous attendent.
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos