Visite au presbytère

Visite au presbytère

Par Lucette Bernier

Crédit photo: Tourisme île d'Orléans

Il arrive qu’un jour, le curé d’une paroisse se voit dans l’obligation d’en desservir trois, tout en habitant, bien sûr, dans un seul presbytère! Il ne reste plus qu’à se défaire des deux autres. C’est ainsi que l’union église et presbytère, couple que l’on croyait uni pour toujours, doit faire face à l’impensable, soit… la séparation.

Quand il n’est plus habité par le curé d’une paroisse, on aspire à voir cet édifice du patrimoine religieux connaître une seconde vocation, voire une troisième. En général, les presbytères arborent des allures de vastes maisons bourgeoises; cela est dû en grande partie aux paroissiens qui avaient à cœur de loger leur curé dans une élégante demeure… De plus, le presbytère devait être assez vaste pour héberger, outre le curé, les vicaires et les servantes, des invités de marque tels que monseigneur l’Archevêque ou encore le Premier Ministre, comme cela est arrivé à Maurice Duplessis lorsqu’il se déplaçait en région.

Que deviennent-ils?

La raison première d’un presbytère étant l’hébergement, on peut s’attendre à ce qu’il serve encore d’habitation. Idéales pour loger une famille nombreuse, ces grandes résidences sont plus fréquemment transformées en gîte du passant. Alors, si l’envie vous prend de passer quelques heures chez monsieur le curé, voici quelques bonnes adresses parmi d’autres.

Le Café du Bon Dieu

Sur l’île de Félix

Dans les années 1960, un peu avant que Félix Leclerc ne chante L’Île d’Orléans, notre fleur de lys, le curé de la paroisse Saint-Pierre quittait son vieux presbytère deux fois centenaire pour s’établir dans un édifice plus récent. De la véranda du Vieux presbytère, vous aurez, comme le curé autrefois, une vue digne de l’antichambre du paradis avec l’image toujours changeante du fleuve en contrebas et, sur l’autre rive, la Côte-de-Beaupré et le mont Sainte-Anne. Heureusement, ce paysage, lui, n’a pas déménagé!

Monsieur le curé avait sa chambre au rez-de-chaussée et celle-ci pourrait être la vôtre si vous aimez les murs de pierre et la fenestration à l’ancienne. À l’étage, les chambres bénéficient toutes d’une lucarne et de plafonds inclinés, de poutres apparentes et d’un mobilier ancien. Avis aux plus grands: vous seriez avisés de choisir l’une des chambres logées dans le pavillon voisin! En vous promenant sur le terrain, vous verrez sans doute des bisons et des wapitis dans les champs voisins. Malgré le menu du soir à base de gibier, les hôtes, Louise Lapointe et Hugues L’Heureux nous assurent que le chef s’approvisionne ailleurs. Ouf!

Auberge Le Vieux Presbytère, 1247, avenue Mgr D'Esgly, Saint-Pierre de l’Île d'Orléans, tél.: (418) 828-9723 et 1-888-828-9723. www.presbytere.com

Café béni

Le curé de Saint-Rock-des-Aulnaies, Marcel Coulombe, habite toujours, lui, le superbe presbytère au toit rouge qui fait face au fleuve. Mais voilà, il n’est plus le seul locataire! Le Café du Bon Dieu s’est installé chez lui… avec sa bénédiction, bien évidemment! Lorsqu’il en a l’occasion, l’abbé met la main à la vaisselle et participe à sa manière à l’entreprise écono-sociale qui loge sous son toit. Ouvert de juin à septembre, le café est un lieu de rencontre pour les gens du village et une pause pour les touristes qui s’arrêtent visiter la très belle église et respirer le grand air du bord du fleuve. En plus de donner de l’emploi à quatre personnes de la région, le café engendre des revenus qui servent à l’entretien de ce beau patrimoine religieux. Allez-y en paix!

Le Café du Bon Dieu, 974, route de la Seigneurie, Saint-Roch-des-Aulnaies, tél.: (418) 354-2552. www.lecafedubondieu.ca

Au coeur de la ville

Au coeur de la ville

Il y a une centaine d’année, la cathédrale Christ Church et son presbytère, érigé en 1876, reposaient sur la terre ferme et non pas au-dessus de l’imposant espace des galeries Place de la Cathédrale, au centre-ville de Montréal. Au cours de ces travaux titanesques, le presbytère a été détruit, puis rebâti en 1987 avec ses vieilles pierres et ses sculptures, par l’actuel propriétaire du restaurant Le Parchemin, Mario Degoanni. L’intérieur, entièrement redessiné, permet d’accueillir près de 200 convives sur 2 étages. Les cuisines sont logées au troisième et c’est de là que les plats, mitonnés par le chef Didier Combaz, arrivent sur la table, comme venus du ciel! À signaler, une entrée pour les fauteuils roulants avec accès à l’ascenseur pour se rendre aux deux étages.

Restaurant Le Parchemin, 1333, rue University, Montréal, tél. : (514) 844-1619. www.leparchemin.com

Burettes et vieilles dentelles

Le premier presbytère de la ville d’Eastman est empreint de la nostalgie du passé puisqu’il abrite Les Antiquités du vieux presbytère depuis 10 ans. Construit au XIXe siècle, cette demeure, de style maison canadienne, déborde de beaux objets fabriqués et utilisés par nos ancêtres. Et pour les paroissiens de l’époque où le curé y résidait, les souvenirs foisonnent: «Le curé dormait dans cette pièce, là, il recevait les paroissiens…» Un péché de ne pas visiter!

Les Antiquités du vieux presbytère, 547, rue Principale (route 112), Eastman, tél.: (450) 297-9962.

D’autres témoins

À Deschambault, dans la région de Portneuf, le vieux presbytère (1815) est un monument historique qui sert aujourd’hui de centre d’interprétation du patrimoine (ouvert de juin à septembre). Placé sur un site enchanteur, en surplomb du fleuve Saint-Laurent, le vieux presbytère accueille régulièrement des expositions. 

À Batiscan, près de Trois-Rivières, le vieux presbytère (1816) est habité par deux personnalités au verbe truculent, ayant vécu à l’époque du presbytère: le curé Fréchette et sa jeune ménagère, Adeline. À travers ces personnages, les guides-animateurs relatent la vie quotidienne des curés de campagne. Place aux anecdotes et au rire! Ne quittez pas les lieux sans être allé marcher dans le sentier d’interprétation et pique-niquer sur le terrain. L’endroit est exquis (ouvert de juin à septembre). Amen!

Le vieux presbytère de Deschambault, 117, rue Saint-Joseph, Deschambault-Grondines, tél.: (418) 286-6891.

Le vieux presbytère de Batiscan, 340, rue principale, Batiscan, tél.: (418) 362-2051 et 1-877-377-1396. 

Mise à jour: août 2008

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Éditrice et rédactrice en chef

Briser la glace

Vidéos