Tourisme à Québec: sept curiosités à voir

Tourisme à Québec: sept curiosités à voir

Par Michèle Dubreuil

La Maison Kent 

Située au 25, rue Saint-Louis, cette maison est une des plus anciennes de Québec. Plusieurs de ses occupants furent célèbres. D’Ailleboust, le gouverneur de la Nouvelle-France, l’occupa en 1648. De Ramezay y signa la Capitulation de Québec en 1759. 

Mais c’est au prince Edward, duc de Kent et père de la reine Victoria, qu’elle doit son nom. Arrivé à Québec en 1791, avec le 7e régiment d’infanterie dont il est le commandant, le prince était accompagné de sa maîtresse française Thérèse-Bernardine de Mongenet, dite Madame de Saint-Laurent. Le couple occupa la maison de 1791 à 1794, y recevant ses amis, notamment la famille de Salaberry, avec qui le duc entretiendra une correspondance pendant plus de 20 ans, même après son départ de Québec. Le consulat général de France, qui occupait la maison depuis 1980, l’a récemment vendue. 

La plus petite façade

La maison du 6, rue Donnacona, dans le Vieux- Québec, possède la plus petite façade de toutes les demeures d’Amérique du Nord : à peine 3,7 mètres. Érigée en 1848 sur un terrain de forme irrégulière, elle est en réalité plus grande qu’il n’y paraît quand on la regarde de la rue, puisqu’elle profite du terrain plus large à l’arrière. Propriété des Ursulines, qui la louent, la maison jouxte leurs bâtiments conventuels. 

Le tour des Augustines

C’est dans l’aile du jardin du Monastère des Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec, classée immeuble patrimonial, que l’on peut apercevoir le fameux « tour des Augustines ». Espèce de « porte tournante », l’ouvrage cylindrique en bois permettait aux religieuses cloîtrées d’échanger avec l’extérieur en toute discrétion. Quand, en 1801, le gouvernement prend des mesures pour prévenir l’abandon des enfants naissants, les religieuses acceptent de s’occuper des poupons délaissés. Le « tour » allait connaître une nouvelle vocation. On y déposait incognito les enfants dont on ne pouvait s’occuper. Des messages épinglés aux vêtements faisaient état du désespoir des personnes que la misère ou les préjugés de l’époque acculaient à faire un tel geste. 

Tourisme à Québec: sept curiosités à voir (suite)

Le boulet de la rue Saint Louis 

Un vestige du siège de Québec (1759), comme le prétend la rumeur? Même si les caléchiers continuent à raconter cette histoire, la réalité est tout autre. Le boulet, enserré dans les racines d’un vieil orme au coin de la rue du Corps-de-Garde, aurait plutôt eu une fonction pratique. Selon la Société historique de Québec, le fameux engin est tout simplement un chasse-roue qui servait à protéger le coin de la maison à l’angle de la rue. Des photos d’époque montrent qu’il était en place avant l’apparition de l’arbre qui, lui, aurait environ 80 ans. 

Le tombeau de l’Aiglon

Comment expliquer que le mausolée destiné au fils de l’empereur Napoléon Ier se retrouve dans un cimetière de Québec ? Pur hasard. Imposant, il était destiné au roi de Rome mort à Vienne en 1832. Mais ce dernier fut finalement inhumé dans la crypte des Habsbourg (il était le fils de Marie- Louise d’Autriche). Depuis, le mausolée était en attente d’une nouvelle vocation. Vers 1857, William Venner, commerçant puis banquier, un des hommes les plus riches du quartier Saint-Roch, achète le monument lors d’un voyage d’affaires en Italie et le fait transporter, en pièces détachées, il va sans dire, à Québec. De style néoclassique, le mausolée reprend la forme d’un temple grec à péristyle dont les six colonnes corinthiennes sont surmontées d’un chapiteau orné de couronnes de laurier. Seule modification : au centre, une statue du Sacré-Coeur a remplacé celle de la divinité antique originale. Le mausolée, qui appartient toujours à la famille Venner, surplombe un caveau où deux grand-tantes de René Lévesque sont inhumées. 

Tourisme à Québec: sept curiosités à voir (suite)

La tour Martello 

Quelle surprise de trouver dans le quartier Saint-Jean-Baptiste une mini forteresse qui empiète sur la moitié d’une rue résidentielle ! La tour Martello n° 4, comme on la désigne, située rue Lavigueur, faisait partie au XIXe siècle d’un système de défense de l’Empire britannique qui comptait 196 de ces tours dans le monde. Des quatre qui furent érigées à Québec entre 1808 et 1812 pour protéger la ville d’une invasion américaine, trois subsistent encore. Deux se trouvent sur les plaines d’Abraham, la troisième a été démolie en 1904, et la quatrième est celle de la rue Levasseur. Elle a été occupée par une famille entre 1892 et 1907, puis est devenue un siècle plus tard le local d’une association médiévale qui l’utilisait pour remiser ses costumes et organiser des banquets. La tour qui appartient à la Commission des champs de bataille est en cours de réfection et deviendra un centre d’interprétation en 2015. 

Confucius 

À deux pas de l’Assemblée nationale, à l’intersection de la rue George V Est et de la Grande-Allée Est, ne vous étonnez pas de trouver un beau Chinois. Et pas n’importe lequel. Impassible, Confucius surveille la circulation… L’imposante statue en cuivre dévoilée en 2009 dans la capitale est un cadeau offert en gage d’amitié au Québec par le Shandong, province natale du philosophe. 

Vous aimerez aussi:

Le Festival international de la poésie, qui a lieu chaque automne depuis près de 30 ans à Trois-Rivières, est devenu incontournable pour des milliers de personnes. Une affaire de coeur!

Vous souhaitez partir en vacances avec vos petits-enfants, en couple ou seul(e), et vous gâter pleinement? Vous aimez les fleurs, les arts, l’histoire ou le plein air? Voici 7 circuits pour tous les goûts!

Pour les amateurs de plein air, le fjord du Saguenay est le royaume à conquérir. Et pour ceux qui voyagent seuls, il est possible de se joindre à d’autres adeptes.
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Éditrice et rédactrice en chef

Briser la glace

Vidéos