L’Arizona: chaleur, westerns, arts et spas!

L’Arizona: chaleur, westerns, arts et spas!

Par Sylvie Ruel

Crédit photo: iStockphoto.com

Canyons grandioses, couchers de soleil rougeoyants, grandes plaines désertiques remplies de cactus épars, paysages aux couleurs terreuses peuplés de cow-boys et de chevaux sauvages, ciel bleu qui ne pâlit que très rarement... bienvenue en Arizona!

Cet État du sud-ouest des États-Unis occupe un grand territoire, mais est peu peuplé. Sur les 6,6 millions d’habitants qui y vivent, plus de 60% se concentrent à Phoenix, la capitale, plus de 20% à Tucson, plus au sud, et le reste sur l’ensemble du territoire.

En arrivant en Arizona, on a l’impression d’entrer dans un décor de cinéma. Il a d’ailleurs servi de lieu de tournage à de nombreux westerns. Dans de vastes paysages aux couleurs de terre où poussent des cactus en forme de cigare, véritable emblème de l’Arizona, on voit poindre rochers et montagnes aux formes étranges. Les constructions, même les plus ambitieuses – les grands hôtels, par exemple – se fondent dans le décor environnant. Dans le Sud-Ouest particulièrement, l’architecture des maisons s’inspire de l’adobe, une construction de sable et de terre qui emprunte aux traditions amérindiennes et à l’architecture du Mexique, tout proche.

Ce qui différencie aussi l’Arizona des autres États américains, c’est la présence de sa population amérindienne, la troisième en importance aux États-Unis après celle de la Californie et de l’Oklahoma. Aujourd’hui, 21 communautés indigènes sont reconnues par le gouvernement fédéral. La plus importante est celle des Navajos, au nord de l’État. Le rythme tranquille qui règne dans les villes de Phoenix et de Tucson s’explique sans doute par cette présence autochtone.

L’influence amérindienne

L’influence amérindienne se retrouve non seulement dans l’architecture, mais aussi dans la cuisine (on y mange très bien), les soins de santé et la vie artistique et culturelle. Partout, des musées et des parcs sont consacrés à toutes ces nations indigènes à l’origine du peuplement de l’Arizona, dont les Hohokams, qui ont habité le désert de Sonora, entre Phoenix et Tucson, dès 350 avant J.-C. Ils ont transformé le désert en oasis d’agriculture, grâce à un système de canalisation dans les vallées entourant le fleuve Gila et la rivière Salt.

Cette civilisation a mystérieusement disparu avec l’arrivée des Espagnols, vers 1400 de notre ère; on peut voir quelques-uns de ses vestiges, dont des céramiques exceptionnelles, au Pueblo Grande Museum & Cultural Park, à quelques kilomètres de l’aéroport de Phoenix. À l’extérieur, on a recréé quelques maisons traditionnelles.

Tucson, ville des arts

Et dans le désert de Sonora, on peut encore voir, gravés dans des rochers, des dessins exécutés par les Hohokams.

Le Heard Museum, à Phoenix, se consacre aux communautés indigènes de l’Arizona et aux multiples aspects de leur culture. On y apprend beaucoup de choses sur leur histoire, leurs valeurs familiales et spirituelles. Une partie du musée est consacrée à l’assimilation des Indiens à la culture américaine. Touchante histoire...

À Tucson, le musée d’État de l’Arizona, situé sur le campus de l’Université, permet également aux visiteurs de se familiariser avec l’histoire culturelle des peuples amérindiens du sud-ouest des États-Unis. Quant au Huhugam Heritage Center, à Tucson, il est dédié à la Gila River Indian Community, qui est aujourd’hui la plus importante réserve amérindienne de la région de Phoenix, avec ses 18000 membres.

Ville des arts

Tucson, la deuxième ville de l’Arizona, appelée par ses habitants Old Pueblo, est réputée pour ses musées et ses nombreuses galeries d’art. Ses rues sont enjolivées de nombreuses fresques murales et l’on y trouve près de 150 galeries et studios d’artistes. Quelques restaurants à la mode prennent même l’allure de véritables galeries d’art. 

Le peintre Ted de Grazia, un artiste de l’Arizona, a bénéficié d’une excellente reconnaissance de son vivant. Fasciné par les couleurs du désert et la culture du Sud-Ouest, il a créé, dit-on, plus de 10000 peintures ainsi que des céramiques et des sculptures; il a aussi écrit quelques livres. Vous le reconnaîtrez: certaines de ses œuvres ont été utilisées par l’Unicef. À sa mort, sa maison et son atelier, près de Tucson, sont devenus un musée dont la visite se révèle fort intéressante.

Profitez de votre passage à Tucson pour séjourner à l’hôtel Hacienda Del Sol, un petit hôtel de charme en retrait de la ville qui a accueilli de nombreuses célébrités du cinéma venues tourner des films dans la région. Avant la guerre, l’établissement servait de collège aux jeunes filles riches. Elles avaient pour noms Kellogg, Westinghouse, Vanderbilt… On peut voir sur ses murs de nombreuses photos de cette époque.

À la frontière du Mexique

À proximité de la frontière du Mexique se trouvent deux villages à l’atmosphère particulière: Bisbee, village minier, et Tombstone, village de cow-boys. Au début du XXe siècle, Bisbee, en montagne, était prospère; ses 20000 habitants gagnaient pour la plupart leur vie dans la Copper Queen Mine. Il était fort animé et réputé pour ses maisons closes et ses saloons mal famés… Lorsque la mine cessa ses opérations, en 1975, Bisbee se transforma en village fantôme. Il regroupe aujourd’hui une population de 6200 habitants, dont plusieurs sont des artistes et des retraités. Il est agréable de découvrir l’atmosphère particulière de ses rues et de ses hôtels...

Destination spas

On peut visiter le charmant musée de Bisbee, consacré à l’histoire du village, et descendre dans la mine, à 1500 pi (462 m) de profondeur, d’où ont été extraites plus de 4 millions de tonnes de cuivre et près de 3000 tonnes d’argent. Le Copper Queen Hotel, un gros hôtel victorien qui trône au cœur du village, rappelle ses heures de gloire. Construit en 1902, cet hôtel de 52 chambres a été fréquenté par le président Roosevelt, l’acteur John Wayne et bien d’autres personnalités. On dit que les lieux seraient hantés et dans un gros cahier laissé à l’entrée de l’hôtel, on peut lire les nombreux témoignages des visiteurs qui ont croisé les fantômes de l’établissement!

Le village voisin vous retrempe dans l’atmosphère d’un western. Tombstone, the town too tough to die, est une véritable ville carte postale. On dit que les réserves d’argent qui occupaient les collines avoisinantes y étaient inépuisables et plus abondantes que l’eau. Le village attira de nombreux prospecteurs et compta jusqu’à 7000 habitants. Il fut aussi l’un des plus meurtriers du sud des États-Unis.

Aujourd’hui, Tombstone est un village touristique; les bâtiments d’époque ont été reconstitués, ses habitants (la plupart retraités) circulent dans la ville en costumes d’époque. Son palais de justice, où ont été jugés plusieurs meurtriers, vaut le détour; on peut voir dans la cour la potence... Une exposition relate l’histoire de nombreux meurtres, dont celle de l’OK Corral, célèbre fusillade qui eut lieu le 26 octobre 1881 et ne dura que... 30 secondes.

Destination spas

Depuis quelques années, l’Arizona est devenue une destination spas reconnue. Les grands hôtels se dotent de spas plus avant-gardistes les uns que les autres. Les spas de jour se multiplient, plus particulièrement dans le grand Phoenix, la capitale, et à Tucson. Scottsdale, en banlieue de Phoenix, endroit fréquenté par les Québécois, compte 130 spas pour 232000 habitants! Certains d’entre eux figurent au palmarès des meilleurs aux États-Unis.

Dans ces établissements, les traitements se conjuguent à l’infini et trouvent leur inspiration du côté de l’Europe, de l’Asie, mais aussi sur cette terre de légendes qu’est l’Arizona. Les populations indigènes de l’Arizona ont découvert au cours des siècles les nombreuses vertus des plantes du désert: avec l’aloès vera, la lavande, le mesquite, la fleur de cactus, ils fabriquaient des élixirs calmants et des potions guérisseuses; avec les pierres de la rivière qu’ils faisaient chauffer, ils soignaient les muscles endoloris... Plusieurs de ces spas effectuent un retour aux sources. Profitez donc de votre passage en Arizona pour vous faire dorloter!

Pour la nature

Le Tohono Chul Park, à Tucson, jardin secret de 49 acres, veut protéger le désert devant l’avancée rapide du développement urbain. Les sentiers recèlent environ 100 espèces de plantes. On y observe aussi plusieurs espèces d’oiseaux. Sur place: restaurant et salon de thé, musée et galeries d’art.

Le Ramsey Canyon Preserve, dans le sud-est de l’Arizona, est un bel endroit pour la marche en montagne et pour l’observation des oiseaux. C’est aussi un sanctuaire pour les papillons et les oiseaux-mouches (15 espèces).

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley

Dites don!

Vidéos