Destination Charlevoix

Destination Charlevoix

Par Lucette Bernier

Crédit photo: iStockphoto.com

L’engouement pour Charlevoix remonte au XIXe siècle, mais sa vocation touristique ne s’est concrétisée qu’une centaine d’années plus tard, alors que les grands bateaux blancs déversaient leur flot d’estivants et de vacanciers sur ses rives. C’était la «belle époque de Charlevoix»… Puis, ce fut au tour des artistes de tomber en amour avec les ciels charlevoisiens et les beaux paysages du coin.

Muse généreuse, Charlevoix inspire à présent les artisans producteurs et les chefs cuisiniers qui mettent leur créativité au service des arts de la table. Pour voir Charlevoix autrement, composez-vous un voyage sur mesure en choisissant parmi les points d’intérêt que propose le concept des sept circuits de Charlevoix: Route des saveurs, circuit des peintres, patrimoine culturel, patrimoine religieux, patrimoine maritime, artisans, beaux paysages et panoramas.

Le bonheur est sur la route

En plein coeur du village de Saint-Urbain, là où l’on s’y attend le moins, caquettent les canards de la Ferme basque de Charlevoix, l’une des haltes de la Route de saveurs. Selon l’heure et la saison, vous pourrez assister au gavage des canards mulards, une opération faite en douceur et dans le respect des animaux; puis, entre la visite de la ferme et la dégustation du pâté de canard au foie gras, des rillettes de canard, des exquis confits, il y a le pré où pique-niquer béatement…

Sous sa croûte lavée, le Migneron se fait moelleux, avec des saveurs de beurre et de noisette, et le Ciel de Charlevoix, un bleu persillé et fin, lui tient bien compagnie. Ces fromages sont affinés à la Maison d'affinage Maurice Dufour qui fait, elle aussi, partie du circuit de la Route des saveurs. Un arrêt pour visiter la fromagerie et casser la croûte? Vous êtes les bienvenus! Vous trouverez sur place des fromages à emporter et un bistro où l’on sert un repas léger ou une assiette de dégustation. Pour le repas du soir, le restaurant offre un menu plus élaboré. En accord avec la philosophie culinaire du slow food, on y élabore des plats à partir des produits de la région, des fines herbes du potager et des champignons qui poussent en abondance dans la montagne derrière la fromagerie.

La culture dans tous ses états

Mettre la main à la terre

Dans le circuit des plus beaux paysages et panoramas, une quinzaine d’étapes sont répertoriées; elles vous transporteront du sommet d’une montagne à l’un des points de vue époustouflants qui bordent la route du fleuve. Coup de coeur de ce circuit: Port-au-Persil, un adorable hameau comme il ne s’en fait plus. Et dans ce tranquille coin de terre, ça tourne en grand à la Poterie de Port-au-Persil! Logée dans une ancienne grange peinte en jaune vif, on y propose les œuvres des 50 meilleurs céramistes du Québec, des cours de poterie allant de une heure à une semaine et, au café-terrasse, la vue sur le fleuve, c’est grand à faire tressaillir l’âme…

La culture dans tous ses états

Les galeries d’art et les ateliers d’artisans foisonnent dans Charlevoix. Véritables coffres aux trésors, ils présentent les œuvres des artistes de la région regroupés dans les circuits des peintres et des artisans, et leur porte est grande ouverte au public.

Si le temps se gâte, profitez-en pour visiter les musées et les économusées. Parmi les doyens, l’économusée la Papeterie Saint-Gilles, à Saint-Joseph-de-la-Rive, fondé en 1965 par Mgr Félix-Antoine Savard. La papeterie produit des papiers fins de coton et des papiers chinés, incrustés de fleurs cueillies par les enfants. Suivez la fabrication du papier, de la fibre de coton jusqu’à l’imprimerie. À la boutique, on vend du papier à lettres ou à dessin et de superbes objets en papier qui font de très jolis cadeaux.

Patrimoines en tête

De Petite-Rivière-Saint-François jusqu’à Baie-Sainte-Catherine en bordure de la rivière Saguenay, Charlevoix longe le fleuve sur une centaine de kilomètres. Il est normal qu’une histoire d’amour soit née entre ce grand chemin d’eau et les Charlevoisiens, une histoire que le circuit du patrimoine maritime raconte, au gré de 17 escales couronnées par les croisières d’observation des baleines. À bord d’une goélette-musée, du traversier en route pour l’île aux Coudres ou dans l’ancien chantier de construction de goélettes devenu le Musée maritime de Charlevoix, jetez l’ancre…

Le circuit du patrimoine religieux recense pour sa part 24 églises, chapelles et sites religieux. Il vous fera voyager à travers toute la région, le long du fleuve, dans l’arrière-pays de même qu’à l’île aux Coudres qui récolte six coups de cœur pour sa minuscule chapelle, son cimetière des Français, ses statues, la Croix du Cap…

Tous aux parcs!

Tous aux parcs!

Deux magnifiques parcs pour jouer, grimper, observer bêtes et plantes, camper, canoter, pédaler… et être heureux en nature. Le parc des Grands-Jardins est paré d’une végétation unique, composée en partie de lichens, de mousses de sphaigne et d’épinettes noires.

Les zones où pousse cette végétation nordique sont protégées, mais, accompagné d’un guide, vous pourrez circuler dans les sentiers bordés de ces tapis de mousses aux couleurs tendres. À l’intérieur de cet immense territoire (310 km2), il n’y a pas que des zones préservées. C’est un parc pour s’amuser, faire des randonnées pédestres et du vélo dans les circuits balisés, de l’escalade, du canot, du kayak et cueillir de petits fruits dans les zones dites d’ambiance. Le parc offre également une qualité de pêche remarquable dans l’un des 61 lacs sur les 130 qui se trouvent sur son territoire. En hiver, des sentiers sont ouverts pour le ski de fond et la raquette.

Le parc des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, pays de Menaud maître-draveur, est traversé du nord au sud par la rivière Malbaie dans laquelle les montagnes plongent en impératrices pour former de hautes gorges. Maintenant que la drave ne se pratique plus, la rivière coule librement; pour la découvrir, montez à bord du bateau-mouche Menaud pour une croisière d’environ 30 minutes qui part du quai près du barrage des Érables. Au temps où la Malbaie était une voie de transport des billots, ce barrage jouait un rôle primordial en contrôlant le débit d’eau et le passage des billes de bois. Aujourd’hui, il relie les deux rives et raconte, au moyen d’une exposition installée dans les guérites à chaque extrémité, l’histoire de la drave et la vie des hommes courageux qui ont inspiré l’auteur de Menaud, maître-draveur, Mgr Félix-Antoine Savard.

L’un des sommets qui surplombent la rivière se nomme l’Acropole, comme la citadelle de l’ancienne Athènes ! On accède au sommet par le sentier de l’Acropole-des-Draveurs qui était auparavant un défi relevé par les plus braves sportifs aux mollets d’acier; il est désormais accessible à tous (catégorie très en forme, tout de même) puisque, à l’été 2003, on en a adouci la montée en redessinant le sentier qui grimpe maintenant en zigzaguant. Deux à trois heures plus tard, après une pause au belvédère au premier quart de la montée, et moyennant un bon rythme cardiaque, vous arriverez au sommet où le vue est «acropolesque» ! Si les hauteurs ne vous conviennent pas, il y a de nombreux autres sentiers dont l’indice de difficulté varie de moyen à facile et qui conduisent vers des paysages tout aussi fascinants.

Dans ce grand parc, on peut camper (sous la tente, en roulotte ou en véhicule motorisé), manger santé au centre de services Le Draveur, se balader à vélo, faire du kayak et du canot, et, en tout temps, on se déplace d’un site à l’autre en empruntant une navette. Le calme et un esprit bon enfant règnent dans ce parc où la circulation automobile est absente.

Ressources

  • Pour obtenir les dépliants des circuits thématiques ou le Guide touristique de Charlevoix: (418) 665-4454 ou 1-800-667-2276. www.tourisme-charlevoix.com

Mise à jour: mai 2008

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos