Découvrez l’Argentine

Découvrez l’Argentine

Par Louise Gaboury

Crédit photo: istockphoto.com

Devenue très abordable depuis la crise économique de 2001-2002, l’Argentine, quoique lointaine, attire de plus en plus de Québécois. Comme Paris, Rome ou Londres, la capitale Buenos Aires déploie suffisamment de charme et d’attraits divers pour justifier un séjour d’une semaine. Par ailleurs il faut prévoir beaucoup de temps pour se déplacer dans ce pays où la distance a de l’importance…

Buenos Aires : mosaïque de quartiers

L’ambiance et l’allure de Buenos Aires sont extrêmement agréables. On aime arpenter l’avenida 9 de Julio, que l’on dit la plus large du monde, et se balader dans ses nombreux espaces verts, surpris par la dextérité des promeneurs de chiens qui tiennent chacun une dizaine de cabots en laisse. C’est la larme à l’œil que l’on assistera à la manifestation hebdomadaire des mères qui marchent en silence sur la Plaza de Mayo, en face de la Casa Rosada, résidence du chef d’État argentin, pour dénoncer la disparition de leur fils sous la dictature.

Et quoi encore? Faire du lèche-vitrines sur la calle Florida ou aux superbes Galerias Pacifico. Flâner dans le quartier récemment revitalisé de Puerto Madero. S’imprégner de la couleur de La Boca, quartier d’abord peuplé au milieu du XIXe siècle par les immigrants du Pays Basque français et les Italiens de Gênes. Manger ou prendre un verre dans Palermo, le Plateau Mont-Royal de Buenos Aires où bars et restaurants branchés abondent!

Le dimanche, il faut s’attarder au marché aux puces très couru de la Plaza Dorrego, dans San Telmo, un quartier déserté par l’élite à la fin du XIXe siècle, mais récemment remis à la mode par de jeunes professionnels urbains. On explorera aussi les nombreux musées, dont celui consacré à Eva Peron, et les galeries d’art ouvertes tard le soir le dernier vendredi du mois.

Incontournable: un spectacle de tango, bien sûr! Mais, contrairement à ce que l’on peut penser, un vrai bon club de tango est aussi rare à trouver à Buenos Aires qu’une authentique cabane à sucre au Québec! Les autocars de touristes débarquent au El Viejo Almacen; on y sert un tango qui tient à la fois de la gymnastique et du french cancan… On peut aussi voir des représentations de rue dans les quartiers fréquentés par les touristes, comme celui de La Boca.

Le grand air de Bariloche

Le grand air de Bariloche

Située au cœur de la région des lacs du nord dans un paysage de montagnes, de forêts et de lacs qu’elle partage avec le Chili tout proche, San Carlos de Bariloche s’est développée autour des activités de plein air. La vue la plus époustouflante sur la région s’aperçoit du Cerro Campanario, où mène un remonte-pente. Le site panoramique est pourvu d’un restaurant.

Avec ses rues bordées de boutiques de vêtements et d’accessoires de plein air, ses bars et ses cafés Internet, Bariloche rappelle un peu Banff ou Queenstown, en Nouvelle-Zélande. Elle doit par contre ses airs de petite ville alpine à ses fondateurs venus de Suisse, d’Allemagne et du nord de l’Italie. Ces influences sont notamment visibles dans le bâtiment de pierre et de bois construit dans les années 1930 qui abrite le centre administratif de la ville et le musée de la Patagonie. Un impressionnant éventail d’excursions part de Bariloche; l’une des plus populaires mène les touristes de lac en lac à travers le parc national Nahuel Huapi, créé en 1934. Une plus longue expédition permet de gagner le Chili.

Les vins de Mendoza

Les vins de Mendoza

Située également près de la frontière chilienne, mais plus au nord, Mendoza s’impose comme la capitale du vignoble argentin. Détruite par un important tremblement de terre en 1861 et sérieusement secouée par un autre séisme en 1985, la ville a été restaurée autour de grands espaces verts qui offriront éventuellement un refuge aux habitants si la terre tremble de nouveau. Cette charmante petite ville provinciale affiche une nonchalance toute méditerranéenne, principalement autour de la Plaza de la Independencia.

La route des vins mène à quelques belles propriétés où l’on peut goûter d’excellents vins argentins. Certains vignobles, comme celui de la famille Zuccardi, disposent même d’un excellent restaurant sur place.

De Mendoza, on peut rejoindre Santiago, la capitale chilienne, en une dizaine d’heures de route au milieu de paysages magnifiques : une belle excursion qui n’est troublée que par les tracasseries administratives et la longue attente à la frontière… Là commencera la découverte du Chili, mais ça, c’est une autre histoire…

Conseils en vrac

  • Pour une visite guidée gratuite (on ne défraie que les coûts de transport et l’on paie éventuellement un café au guide) en français d’un ou de plusieurs quartiers de Buenos Aires par un Porteno : www.cicerones.org.ar
  • À Buenos Aires, les courses en taxi ne coûtent pas cher, mais il faut impérativement se munir de petites coupures sur soi pour payer les chauffeurs qui semblent toujours à court de monnaie…
  • L’Argentine est le huitième plus grand pays du monde et les distances constituent une contrainte importante. Un couple de jeunes retraités de Magog, rencontré à Bariloche, m’a toutefois vanté le confort des autocars de grand luxe, même sur les parcours d’une trentaine d’heures…
  • Pour se rincer l’œil avant le départ, un très beau livre, Argentine. De la Patagonie aux chutes d’Iguaçu, par Annie et Jean Pichon, Éditions Anako, coll. pages du monde.

Où loger et où manger

Où loger

À Buenos Aires, ceux qui ont beaucoup de sous peuvent loger au légendaire Alvear Palace, ou au très beau Sofitel, aménagé dans un édifice historique fraîchement rénové. Autrement, le Hilton de Puerto Madero, quoique spectaculaire, pratique des prix plus abordables pour le commun des mortels. À Bariloche, les plus fortunés choisiront le Llao Llao, situé au bord du lac et les autres, l’hôtel Edelweiss, en plein centre de la ville. À Mendoza, le Park Hyatt, idéalement situé, est un pur bonheur. Un peu cher, mais très agréable.

Où manger

À Buenos Aires
Café Tortoni, avenue de Mayo 829.
Miranda, angle Costa Rica et Fitz Roy, dans le pittoresque quartier Palermo Hollywood.
Primafila, avenue Pueyrredon 2501.
Resto dans le bâtiment de la Société centrale des architectes, avenue Montevideo 938.

À Bariloche
La Parilla de Julian et La Trattoria della famiglia Bianchi, tous deux sur l’avenue San Martin.

À Mendoza
Facundo, avenue Sarmiento 641.

Ce reportage a été réalisé à la suite d’une invitation du transporteur aérien LAN.

mise à jour le 2007-06-28

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos