Antigua: 365 jours de plage!

Antigua: 365 jours de plage!

Par Nathalie De Grandmont

Crédit photo: Anders Wideskott via Unsplash

Si Barbuda, son île jumelle, a subi de plein fouet l’ouragan Irma, Antigua a été totalement épargnée. Hôtels et marinas très prisés, sites historiques et, surtout, plages de rêve: une pour chaque jour de l’année! 

Comme plusieurs îles voisines, Antigua a longtemps vécu sous le joug des Britanniques. Encore membre, d’ailleurs, du Commonwealth, elle a conservé l’anglais comme langue officielle… ainsi que la conduite à gauche! Aujourd’hui, cette île forme avec sa jumelle, Barbuda, un petit pays indépendant, qui mise beaucoup sur ses hôtels luxueux et ses plages de rêve, qui en font une des destinations les plus romantiques des Caraïbes. C’est toujours le cas pour Antigua. Barbuda, par contre, a vu ses infrastructures quasi entièrement détruites par le passage de l’ouragan Irma, en septembre dernier.

Sur les traces de l’amiral Nelson

L’île d’Antigua possède quelques sites historiques légués par les Anglais, dont English Harbour, devenu leur principal port commercial au sein des Antilles anglaises au XVIIIe siècle. Les Britanniques y avaient construit un important chantier naval – Nelson Dockyard –, nommé d’après le célèbre amiral Nelson, qui en a tenu les rênes pendant quelques années. L’endroit a été bien préservé, au point de mériter le statut de parc national (nationalparksantigua.com).

On y découvre bon nombre de bâtiments, dont les anciens entrepôts et hangars à bateaux, la maison de l’amiral (aménagée en musée), l’ancienne cuisine (maintenant une boulangerie artisanale), de même que les quais, où viennent accoster une foule de bateaux de plaisance. Plusieurs bâtisses abritent désormais des boutiques, alors que l’ancien hangar en bois et en cuivre est devenu un petit hôtel avec une charmante terrasse.

De là, on se rend sur le site de l’ancienne citadelle de Shirley Heights. Une fois sur place, on comprend vite pourquoi les Anglais y avaient installé un poste d’observation et de défense: comme il est agréable d’admirer ce panorama sur les deux côtés de l’île, avec English Harbour et Falmouth Harbour qui se déploient à nos pieds! Tous les dimanches en soirée, on y organise de grands barbecues très populaires, animés par des musiciens locaux.

Le lendemain, cap sur la capitale, Saint John’s. «Elle porte un nom présent dans la Bible, comme tous les autres villages d’Antigua», souligne le guide. À l’instar de plusieurs îles accueillant les navires de croisière, ses rues sont bordées de petits restaurants, de magasins de souvenirs et de boutiques de bijoux, de parfums et autres produits de luxe, vendus hors taxes. On peut donc y faire des emplettes ou du lèche-vitrine pendant au moins quelques heures, en se promenant dans les rues du centre ou dans la zone commerciale de Heritage Quay, juste à côté du port. 

Du diable... aux plages paradisiaques! 

Impossible de manquer la côte nord-est d’Antigua, bordée par l’océan Atlantique! Le vent y souffle constamment, si bien qu’avec le temps, les vagues et l’érosion y ont sculpté une arche de roche percée, le Devil’s Bridge. On se sent presque hypnotisé par le spectacle de ces puissantes vagues qui produisent des jets pouvant atteindre jusqu’à six pieds de hauteur. Inutile de dire qu’il faut être très prudent et se tenir loin du bord, pour éviter de tomber dans les griffes du diable...

Si on partait ensuite à la recherche de la plage idéale? Ça n’a rien d’un choix facile: on dit que l’île possède une plage pour chaque jour de l’année! Chose certaine, il y en a de tous les styles et suffisamment pour que chacun déniche son petit coin de paradis. Comme l’île affiche un relief assez découpé, nombre de ces plages se trouvent dans de petites baies, calmes et protégées. Plusieurs n’offrent que leur sable blanc et l’eau turquoise, mais d’autres sont bordées par quelques hôtels ou villas haut de gamme, des restaurants ou des aires de pique-nique (comme celle de Pigeon Point). Deux des plus populaires, Darkwood Beach et Turner’s Beach, se laissent admirer sur la côte sud-ouest.

En pratique

Y aller Air Canada et West Jet proposent des vols directs entre Toronto et Antigua presque toute l’année. De nombreux bateaux y font aussi escale. 

Circuler sur place Il est possible de louer des voitures et des motos, mais on y roule à gauche, comme en Angleterre, ce qui s’avère parfois risqué. Au port, plusieurs compagnies de taxi proposent des visites de l’île (à ce propos, les prix se négocient!).

Payer Le dollar des Caraïbes orientales (ou dollar est-caribéen) et le dollar américain sont acceptés partout dans l’île.

En savoir plus On s’informe sur le site visitantiguabarbuda.com ou avec le guide Explorez les Caraïbes, aux Éditions Ulysse (guidesulysse.com).

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos