Raser ses cheveux pour la cause

Raser ses cheveux pour la cause

Par Jessica Dostie

Crédit photo: Monic Richard

Brigitte Jalbert se souviendra longtemps de son année 2021. En plus de célébrer ses 10 ans à la tête de l’entreprise fondée par son père il y a 50 ans, la quinquagénaire est devenue grand-mère pour la première fois et a fait raser ses longs cheveux pour soutenir Leucan dans le cadre du 20e anniversaire du Défi têtes rasées. 

Brigitte Jalbert, 58 ans, n’a pas dit oui tout de suite quand la directrice générale de Leucan, cet organisme venant en aide aux enfants atteints de cancer de même qu’à leur famille, lui a proposé de se raser la tête en compagnie de neuf autres femmes engagées pour la cause. «J’y ai pensé pendant deux semaines avant de lui donner ma réponse, raconte la présidente-directrice générale des Emballages Carrousel. J’ai tergiversé pendant des jours avant de finir par me dire qu’à titre de dirigeante, je devais donner l’exemple.»

La cause – celle des enfants malades – la touche aussi particulièrement, avoue-t-elle: «Ça me bouleverse. Je me trouve vraiment privilégiée d’avoir eu deux filles (et maintenant une petite-fille) en santé. Moi, j’avais le choix de raser mes cheveux ou pas, mais les personnes atteintes de cancer perdent leurs cheveux tout en se battant pour leur vie.» C’est entre autres à ces personnes qu’elle a pensé alors que ses longues mèches tombaient au sol le 28 mars dernier. Pour l’occasion, elle était entourée de ses proches et de deux collègues d’Emballages Carrousel, qui se sont jointes à elle dans l’aventure.

 

Aucun regret

Si elle admet avoir évité les miroirs pendant au moins un mois après l’événement («je ne me reconnaissais pas»), Brigitte ne regrette pas du tout d’avoir répondu à l’invitation de Leucan. «Quand j’ai pris ma décision, je savais pertinemment que je n’allais pas aimer mon reflet, mais je l’ai fait pour la cause, pour aider à amasser des fonds. Des cheveux, ça repousse et c’est tellement rien comparé à la vie d’un enfant!»

En même temps, c’est un beau pied de nez aux diktats de la beauté auxquels nous sommes habitués, estime-t-elle. «Plus ça va, plus j’aime ça court, révèle celle qui arbore désormais une coupe pixie. On dirait que cette expérience m’a appris à lâcher prise avec mes cheveux. Et après tout, si on sourit et qu’on est sympathique, quelle importance ont nos cheveux?»

 

Brigitte en bref

· Elle a joint l’entreprise familiale il y a 35 ans après des études en arts. «Je ne me destinais pas du tout au monde des affaires, mais j’ai eu envie de préserver ce que mon père avait bâti.»

· Elle vient de mettre le point final à un livre racontant son parcours atypique qui devrait être publié le printemps prochain.

· Elle a fait partie de la première cohorte des Audacieuses, un groupe formé à l’occasion du 20e anniversaire du Défi têtes rasées de Leucan qui a récolté près de 400 000 $ en dons. Info: audacieuses.tetesrasees.com

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos