OK boomer!

OK boomer!

Par Aline Pinxteren

Crédit photo: Laurence Labat; maquillage-coiffure: Sylvy Plourde.

Rarement une expression m’aura autant dressé le poil que celle-là! «OK boomer» est ce «Cause toujours» ou «Tasse-toi, mononcle» balancé depuis un an à toute personne qui exprime une opinion jugée réactionnaire ou passée date, tant sur les réseaux sociaux que dans la vraie vie. Visés à la base? Les baby-boomers. Comme si les gens de plus de 50 ans étaient faits d’un bloc, votant pareil, vivant pareil, consommant pareil. La condescendance, voire le mépris, dans ces deux petits mots, coupe souvent net la discussion.

Pourtant, experts, études et enquêtes s’accordent pour dire qu’aucune génération n’est monolithique. D’autres facteurs sont bien plus importants que l’âge pour façonner notre vision des choses: seul ou en couple, homme ou femme, aisé ou démuni, vivant en région ou en ville… Ranger tous les «vieux» dans le même tiroir rend la critique plus facile, mais on repassera pour le dialogue!

Non, les plus âgés ne coûtent pas si cher. Ils sont plus actifs que jamais sur le marché du travail et créent de l’emploi dans le secteur de la santé et des services. Ils redonnent aussi très largement à la communauté par leur rôle majeur dans le bénévolat et le soutien de leurs proches, en temps comme en argent.

Non, les retraités ne sont pas «gras dur». Il n’y a qu’à voir ceux du Groupe Capitales Médias (parmi tant d’autres), à qui on annonce un matin la perte de 30 % de leurs rentes. 

Non, bien sûr que non, les 50+ ne sont pas des retardés technologiques sans cellulaire, ordinateur, profil Facebook ou adresse courriel!

Et non, tous les aînés ne sont pas des climatosceptiques. Ni tous les jeunes, des militants écologiques au quotidien. D’ailleurs, brisons tout de suite quelques mythes supplémentaires: si les baby-boomers ont fortement réduit leur consommation de viande rouge ces cinq dernières années, il n’en va pas de même des milléniaux (les adultes dans la vingtaine en gros). Ces derniers consommeraient beaucoup plus de biens que la moyenne de la population, n’auraient en rien freiné leurs voyages en avion ni leur utilisation d’électricité, achèteraient moins de vêtements écoresponsables et seraient beaucoup plus séduits par les derniers gadgets technologiques.

Bref, rien n’est tout noir ni tout blanc. Aux manifestations pour le climat, les têtes grises ne sont pas les dernières à marcher. Le mouvement social international écologiste Extinction Rébellion s’est même créé une branche «aînés», compte tenu de la demande. Et l’iconique Jane Fonda, 82 ans, se fait arrêter par la police quasiment chaque semaine devant le Capitole, à Washington, pour dénoncer l’inaction politique face aux changements climatiques, aussi engagée que l’incontournable Greta Thunberg, 17 ans. 

Tant pour l’environnement que pour la société, les enjeux à venir s’annoncent majeurs. Il faudra y faire face ensemble, toutes générations confondues. Bâtir des ponts au lieu de creuser des fossés. C’est OK d’être boomer, on ne devrait jamais faire rire de soi pour ça.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Crier sur la plage

Vidéos