Le Bel Âge ne supporte plus votre navigateur. En savoir plus

Le tricot: créatif et anti-stress

Le tricot: créatif et anti-stress

Par Marie-Josée Lacroix

Crédit photo: iStockphoto.com

L’éditrice Lise Bergevin partage son temps entre Montréal, la Beauce, Paris et Francfort. C’est dire qu’elle a des choses à faire et des gens à voir, comme le chantait Boris Vian. Le tricot devient alors bouée. «Quand j’arrive à la maison très fatiguée, après une grosse journée de travail, et que je ne parviens pas à oublier les soucis du bureau, je sors mon tricot, raconte-t-elle. Après une heure, je m’aperçois que j’ai tout oublié, je suis vraiment détendue. Je crois que le côté tactile et le rythme répétitif du tricot aident à éliminer le stress. En fait, je tricote comme d’autres font du yoga.» 

Elle pourrait ajouter «merci maman» en songeant à celle qui lui a d’abord appris à broder, alors qu’elle avait 6 ou 7 ans. «J’ai commencé par regarder ma mère, ma grand-mère et mes tantes broder, tricoter ou faire de la dentelle. Quand j’ai pu broder moi aussi, j’ai eu l’impression d’appartenir au groupe des femmes. C’était un peu initiatique, c’était rassurant d’être admise dans le cercle.» Le tricot a suivi, et elle a aimé tout autant.

Devenue mère, Lise Bergevin tricote pulls, foulards, mitaines, manteaux pour sa fille et son fils. «J’ai encore des robes que j’ai tricotées pour ma fille.» Sa fille à qui le tricot ne dit rien, contrairement à son petit-fils qui, il y a deux ans, lui a demandé comme cadeau de Noël de la laine et quelques heures de cours! «Me voir si souvent avec un tricot à la main l’a sûrement influencé. Cette année, sa copine m’a demandé la même chose!» 

Un loisir créatif

Parions qu’ils ont trouvé ça assez facile. Les mailles et les différents points se répétant simplement de diverses façons pour obtenir différents motifs et textures, ce n’est donc pas compliqué, explique Lise Bergevin. Selon elle, si l’on tricote régulièrement et qu’on se fait aider, on peut se débrouiller très bien après environ un an. 

«Ensuite, ce sera selon la patience de chacun et le plaisir qu’il y trouve. On peut rapidement arriver à modifier les patrons, comme je le fais souvent, à jouer avec les couleurs, etc. On peut mettre sa créativité à profit.» 

Ce que permet la très grande variété de brins, à tous les prix. «C’est infini: coton, lin, mohair, alpaga, fibres artisanales, fibres synthétiques. Ces dernières, vendues à bas prix dans les grandes surfaces, sont très chaudes et parfaites pour les bas et les mitaines.» 

De la patience avant tout

Résumons. Tricoter est créatif, relaxant, facile, mais demande de la patience. Or, Mme Bergevin aime que tout se fasse rapidement... et son contraire. Elle dit adorer les travaux longs et difficiles, en menuiserie (elle a suivi des cours) comme en tricot. «Un rang à l’endroit, un rang à l’envers, ça m’ennuie. J’aime quand c’est plus complexe, par exemple un pull à l’irlandaise. Je mets ma patience au défi», rigole-t-elle. 

Il faut dire qu’elle a toujours aimé les travaux manuels. «Je viens d’une famille de tradition paysanne, et mon père était menuisier ébéniste. Chez nous, on a toujours eu de la fierté à pouvoir fabriquer des objets. En tricotant, on réalise justement quelque chose, il y a un résultat. Je suis contente quand j’ai réussi une belle pièce qui fera plaisir à quelqu’un.» 

Selon elle, tout le monde devrait avoir des petits hobbys pour s’occuper, se valoriser et aussi valoriser son temps. «À certains moments, tricoter m’apporte autant que lire.» Foi d’éditrice...

On se lance? Où apprendre!

Plusieurs boutiques de laine offrent des cours de tricot.

À Montréal: 

Les Tricoteuses du quartier, 1583, rue Fleury Est, 514 796-6972, lestricoteuses.ca. Effiloché,

6260, rue Saint-Hubert, 514 276-2547, effiloche.com.

La Bobineuse, 2196, av. du Mont-Royal Est, 514 521-9000. labobineuse.com.

On peut aussi apprendre et partager dans différents cafés tricot. 

À Montréal: La Maison tricotée, 751, rue Gilford, 514 903-9665,

lamaisontricotee.com.

À Saint-Hyacinthe: Commun-Tricot, 450 250-5246, commun-tricot.com

À Sherbrooke: Trico-Thé Serré, 819 575-1410, tricottheserre.com.

À Québec: Atelier-boutique Softi, 581 741-1091, www.softitapis.com.

Matériel: où acheter 

  • Dans les boutiques spécialisées et les grandes surfaces.
  • Plusieurs sites en ligne, tel que tricotin.com, et de nombreux catalogues proposent des dizaines de modèles.
  • La boutique en ligne Bel Âge offre un ensemble de tricot qui comprend laine, accessoires et patron: www.lebelage.ca/tricot.

À lire 

Le tricot en 300 points, de Karen Hemingway.

Ce dictionnaire de points, avec photos et conseils techniques pour toutes les étapes d’une création, devient vite indispensable. Éd. Marabout.

Le tricot pour les nuls, de Pam Allen. Il enseigne

les techniques maille à maille. Éd. First. 

Vous aimerez aussi:


Vous avez envie de tricoter mais vous ne savez pas par où commencer? Consultez Internet pour dénicher plein d’idées.

Observer les oiseaux demande de la patience, du temps et, bien sûr, le sens de l’observation.

La cueillette des champignons sauvages est une activité à la portée de tous qui allie randonnée en forêt et plaisir gastronomique. Voici comment vous initier à la mycologie!
 Mettez-vous au tricot
Envie de tricoter? Notre boutique en ligne vous propose de nombreux modèles qui comprennent tout le matériel pour les réaliser. À découvrir!
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, rédactrice en chef

Lumières de courtoisie

Vidéos