Ne pas déranger!

Ne pas déranger!

Par Aline Pinxteren

Crédit photo: Laurence Labat; maquillage-coiffure: Sylvy Plourde.

A-t-on encore le droit d’avoir une sexualité passé un certain âge? Plutôt direct comme entrée en matière, j’en conviens. Mais poser cette question est nécessaire, y compris dans notre magazine, pour qu’elle ne soit plus «l’éléphant dans la pièce». On fait en effet difficilement plus tabou… En cherchant des informations à vous partager en santé pour ce numéro, une statistique m’a sauté aux yeux: 54 % des 65 à 80 ans déclarent mener une vie sexuelle active selon un sondage américain, et 74 % d’entre eux jugent d’ailleurs cet élément très important. Des chiffres similaires se retrouvent dans des études publiées chez nous, tranchant avec cette conviction si répandue dans la société d’un total désintérêt des aînés pour la chose. 

Dans l’imaginaire commun, la sexualité demeure presque exclusivement liée à la jeunesse, à la beauté des corps, à la folle passion. Hors de ce cadre inconscient? Le néant! Comme si l’intimité se résumait à une performance physique ou si, au bout de quelques dizaines d’années de vie commune, elle pouvait complètement se passer de gestes. Pas de «sexpiration», pourtant, pour la tendresse et la complicité… Quand les sentiments sont toujours présents, un couple devrait pouvoir les exprimer comme il l’entend dans toutes les facettes de sa relation partagée.

Sur notre page Facebook, nous avions relayé l’histoire de Paulette et Lionel, mariés depuis 66 ans, qui vivent séparés depuis 5 ans en raison du placement de Paulette en CHSLD. Leurs enfants et la direction du centre avaient fait en sorte qu’ils puissent passer une nuit ensemble avant les Fêtes, les deux amoureux rêvant de dormir collés comme avant. Un cadeau à la fois touchant et interpellant: comment se peut-il qu’en 2019, avec le vieillissement grandissant de la population, les infrastructures de santé n’offrent toujours aucune possibilité aux couples âgés de poursuivre leur vie commune sous le même toit? Lucien et Marcia, plus de 60 ans de mariage, avaient eux aussi fait les manchettes pour leur séparation forcée, toute une longue année, avant que le CHSLD accepte enfin de les réunir. Est-ce normal, quand on fait route ensemble pendant aussi longtemps, de se retrouver séparés pour le dernier bout du chemin?

Quel que soit notre âge, on n’en est pas moins un citoyen et un adulte à part entière, avec le droit à son intimité une fois la porte fermée. Les médecins s’entendent pour dire qu’une complicité épanouissante met de meilleure humeur, favorise le bien-être, renforce la profondeur des sentiments et éloigne la dépression. Une raison de plus pour laisser à chacun sa vie privée. Sans date de péremption!

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley, Rédactrice en chef

Le bel âge, c’est nous!

Vidéos