Impôts: COVID-19, votre aide-mémoire

Impôts: COVID-19, votre aide-mémoire

Par Sophie Stival et Josée Jeffrey

Crédit photo: Kelly Sikkema via Unsplash

En réponse à la pandémie, le gouvernement fédéral a annoncé plusieurs mesures afin de soutenir financièrement la population. Quelle aide nous concerne… et quels seront les impôts à payer? 

La Prestation canadienne d’urgence (PCU) a été la première mesure annoncée par le fédéral afin de donner un répit aux travailleurs dont les revenus se sont effondrés pendant la pandémie. Cette aide financière équivalente à 500 $ par semaine et 2 000 $ par période de quatre semaines a été versée du 15 mars au 26 septembre 2020. Ces prestations sont imposables. «Un travailleur dont le revenu d’emploi était de 40 000 $ en 2020 et qui a profité d’une PCU totalisant 8 000 $ peut s’attendre à payer un impôt de 2 310 $ sur ce montant de PCU», souligne notre collaboratrice Josée Jeffrey, fiscaliste et planificatrice financière

 

 

Aide supplémentaire

À la fin août, le gouvernement Trudeau proposait trois autres versements d’aide (voir tableau 3 prestations de soutien) afin de soutenir les particuliers n’ayant pas droit à l’assurance-emploi ou ne pouvant retourner au travail à temps plein en raison de la COVID-19. Voyons ce qu’il en est des différentes prestations et des critères d’admissibilité.

 

• Prestation canadienne de la relance économique (PCRE)

La PCRE est octroyée du 27 septembre 2020 au 25 septembre 2021. Cette aide de 500 $ par semaine est offerte par tranche de deux semaines pendant un maximum de 26 semaines. Notons que, cette fois-ci, il y a une retenue d’impôt de 10 %. Le montant versé est donc de 900 $ par période de deux semaines. «La PCRE s’adresse à ceux qui ont cessé de travailler et qui n’ont pas droit à l’assurance-emploi ou dont le revenu d’emploi ou de travail indépendant a diminué d’au moins 50 % en raison de la COVID-19.»

Pour être admissible, on doit être à la recherche d’un emploi et l’accepter lorsqu’il est raisonnable de le faire. On doit également avoir gagné des revenus d’emploi (ou revenus nets d’un travail indépendant) d’au moins 5 000 $ en 2019, en 2020 ou au cours des 12 derniers mois précédant notre demande. Le travailleur peut gagner un revenu d’emploi ou d’un travail indépendant pendant qu’il reçoit les prestations. Il devra toutefois rembourser la prestation en partie ou en totalité au moment de produire sa déclaration de revenus si son revenu net annuel (excluant la PCRE) est supérieur à 38 000 $ en 2020 ou en 2021.

 

• Prestation canadienne de la relance économique pour les proches aidants (PCREPA)

La PCREPA vise à aider les salariés ou travailleurs indépendants incapables de travailler au moins 50 % de leur semaine de travail, car ils doivent s’occuper de leur enfant de moins de 12 ans ou d’un membre de leur famille qui requiert des soins supervisés.

Également offerte pour la période du 27 septembre 2020 au 25 septembre 2021, elle permet de recevoir 500 $ (450 $ après la retenue d’impôt) pour chaque période d’une semaine, et ce, pendant un maximum de 26 semaines. «La prestation peut être partagée entre les travailleurs admissibles d’un même ménage», rappelle Josée Jeffrey. On ne peut toutefois demander pour la même période la PCRE, la PCMRE ou des prestations d’assurance-emploi ou d’invalidité de courte durée. Comme pour la PCRE, on doit avoir gagné des revenus d’emploi (ou revenus nets d’un travail indépendant) d’au moins 5 000 $ en 2019, en 2020 ou au cours des 12 derniers mois précédant notre demande.

Cette personne peut être à la maison pour l’une des raisons suivantes:

- Son école, sa garderie, son programme de jour ou son établissement de soins est fermé ou inaccessible en raison de la COVID-19.

- Ses services de soins réguliers ne sont pas disponibles en raison de la COVID-19.

- Elle est atteinte de la COVID-19 ou en a les symptômes, est susceptible de graves complications de santé si elle contracte la COVID-19, selon les recommandations d'un professionnel de la santé, ou est en isolement à cause de la COVID-19 sur avis d'un professionnel de la santé ou d'une autorité de santé publique.


• Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE)

Comme son nom l’indique, la PCMRE fournit une aide financière aux travailleurs incapables de travailler parce qu’ils sont malades et doivent s’isoler en raison de la COVID-19 ou qui ont un problème de santé les mettant plus à risque de contracter ce virus. Il s’agit d’un montant de 450 $ après retenue d’impôt par période d’une semaine. Au-delà d’une semaine, on doit faire une autre demande et on pourra réclamer la PCMRE pour un maximum de deux semaines. 

La période visée est également du 27 septembre 2020 au 25 septembre 2021. Notons qu’il faut être dans l’incapacité de travailler pendant au moins 50 % de notre semaine de travail prévue pour faire une réclamation. Ceux à qui la santé publique ou un employeur ont recommandé de se mettre en isolement à cause de la COVID-19 peuvent aussi y avoir droit. «Les travailleurs n’ont pas à fournir de certificat médical pour recevoir cette prestation.»

Encore une fois, il faut avoir gagné des revenus d’emploi (ou revenus nets d’un travail indépendant) d’au moins 5 000 $ en 2019, en 2020 ou au cours des 12 derniers mois précédant notre demande. On ne peut toutefois demander pour la même période la PCRE ou PCREPA ou des prestations d’assurance emploi ou d’invalidité de courte durée.

L’Agence du revenu du Canada doit fournir aux bénéficiaires de ces prestations des relevés T4A pour les montants reliés à la COVID-19. Dans le cas des trois prestations de soutien pour remplacer la PCU, il faudra les déclarer dans notre déclaration de revenus; il se peut que la retenue à la source de 10% ne suffise pas et qu’on doive payer plus d’impôt.

 

3 prestations de soutien pour remplacer la PCU (imposables)
NomPériodeNombre de semaines maximalMontant après retenue d’impôt à la source de 10 %
PCRE27 sept. 2020 au 25 sept. 202126900 $ par 2 semaines
PCREPA27 sept. 2020 au 25 sept. 202126450 $ par semaine
PCMRE27 sept. 2020 au 25 sept. 20212450 $ par semaine

 

 

Énoncé économique 2020

Quelques nouveautés

Malgré un déficit annoncé de plus de 380 milliards de dollars en 2020, le fédéral offre de nouvelles mesures de soutien aux familles, mais pas grand-chose pour les aînés. Lors de son énoncé économique du 30 novembre dernier, le gouvernement Trudeau a annoncé que les télétravailleurs pourront déduire jusqu’à 400 $ de frais déboursés pour travailler à domicile. Et on n’aura pas à fournir un formulaire signé de notre employeur pour y avoir droit. Autre mesure incitative: une subvention pouvant atteindre 5 000 $ est maintenant offerte aux Canadiens qui veulent rendre leur demeure plus écoénergétique. Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a déploré l’absence d’aide visant les aînés. Ce dernier demandait depuis le printemps dernier qu’on augmente de 110 $ par mois la pension de la Sécurité de la vieillesse. 

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos