Vacances en VR, que faire avant de partir?

Vacances en VR, que faire avant de partir?

Par Ronald McKenzie

Il tombait 15 centimètres de neige drue lorsque nous avons parlé à Paul Laquerre. Lui rigolait bien, sous le chaud soleil de la Floride dans son véhicule récréatif (VR) Mercedes Sprinter. «Dès que la saison froide approche, nous partons vers le Sud des États-Unis», explique ce retraité-voyageur de 65 ans. Puis, quand le printemps revient dans nos contrées, Paul Laquerre et sa femme mettent le cap sur le Québec dans leur camionnette tout confort. Cela fait 14 ans qu’ils effectuent cette boucle migratoire pour leur plus grand bonheur. «Nous sommes toujours prêts à prendre la route», dit-il.


Des VRistes comme Paul Laquerre, il y en a des milliers chez nous. La Fédération québécoise de camping et de caravaning (FQCC), par exemple, compte près de 45000 membres. Qu’est-ce qui fait courir ces anges du bitume? «Le sentiment de rouler en liberté et la possibilité d’être au coeur des plus beaux endroits sans être obligé de toujours faire ses valises, puisqu’on a notre maison avec nous !», lance Louise Gagnon, directrice des communications à la FQCC.


Un minimum de préparation

Partir à l’aventure en VR peut être une entreprise exaltante, à condition d’être bien préparé. Cela demande du travail, mais moins qu’on ne pourrait le croire, si l’on se fie aux commentaires des experts que nous avons consultés. Voici ce qu’il faut savoir avant de prendre le volant.

VR: permis de conduire, vérification mécanique et examen des appareils internes

 

Le permis de conduire

Un permis standard de classe 5, prescrit pour les véhicules de promenade, est suffisant. Et ce, même si vous manoeuvrez l’un de ces motorisés géants de catégorie A, gros comme des autocars de 40 pi (voir l’encadré «Quelle catégorie de VR vous faut-il?»).

Attention ! Si votre permis de classe 5 a été délivré il y a plusieurs années, vous seriez avisé de le faire remplacer par un nouveau. Pourquoi ? Parce que ces vieux permis affichent la condition «H», qui contraint à conduire des petits véhicules dont la masse nette est de moins de 2500 kg. Or, depuis le 1er janvier dernier, cette restriction a été assouplie. Maintenant, les titulaires d’un permis de classe 5 peuvent piloter des engins beaucoup plus gros, soit jusqu’à 4500 kg. Les policiers du Québec connaissent cette nouvelle disposition. Au moment d’un contrôle routier, vous ne devriez donc pas avoir de problème avec votre vieux permis. Par contre, les agents canadiens et américains, eux, ignorent fort probablement ce changement. Si vous leur remettez un permis qui porte la condition «H», vous perdrez un temps précieux à démontrer que vous conduisez un VR en toute légalité. Avec un nouveau document, vous éviterez ce désagrément.

La vérification mécanique

La plupart des VR ont une mécanique identique à celle d’une automobile ordinaire. Le même conseil d’usage s’applique donc en prévision d’une expédition de plusieurs jours : avant de partir, une mise au point complète s’impose. Votre garagiste devra prêter une attention particulière à la batterie, à l’alternateur, au démarreur, au filtre à essence et à la pompe à eau. Même si elle semble en bon état, faites remplacer la courroie d’entraînement de l’alternateur. Vérifiez le climatiseur et la pression des pneus sans oublier la roue de secours. «La vérification mécanique est très importante. Si vous tombez en panne hors du Québec, vous aurez peut-être de la difficulté à comprendre un garagiste qui parle anglais, et à vous exprimer dans cette langue, surtout sous l’effet du stress», indique Paul Laquerre. Avec un VR en parfait ordre de marche au départ, vous mettez les chances de votre côté.

L’examen des appareils internes

Avant de partir, vérifiez que le réfrigérateur, le micro-ondes, le four, les brûleurs et le chauffe-eau fonctionnent correctement. Testez les détecteurs de gaz propane, de fumée et de monoxyde de carbone, de même que les thermostats. N’oubliez pas de rincer la tuyauterie et le réservoir d’eau fraîche. Inspectez les trappes de vidange des toilettes.

VR: à la frontière, aux États-Unis et dans les tunnels routiers

 

À la frontière

N’oubliez pas votre passeport, désormais obligatoire pour entrer aux États-Unis en automobile… et en VR. Si vos petits-enfants mineurs vous accompagnent, assurez-vous d’avoir une lettre de consentement parental, signée par les deux parents, vous autorisant à voyager avec leurs enfants. Il est même recommandé de faire certifier cette lettre ou d’y faire apposer un tampon ou un sceau par un représentant officiel autorisé, comme un notaire, un avocat ou un greffier municipal (prévoyez des frais). Vous avez loué votre VR? «Ayez en main le contrat de location», recommande Louise Gagnon.

Par ailleurs, apportez un minimum de nourriture dans le frigo du VR. En effet, les États-Unis sont chatouilleux en ce qui concerne l’entrée d’aliments «étrangers» sur leur territoire. Une fois passé la douane, faites votre marché dans une épicerie américaine.

Rouler aux États-Unis

Les péages routiers sont courants aux États-Unis. Louise Gagnon explique que les VR sont tarifés comme les véhicules de promenade. Les frais varient selon les États et les distances parcourues.

Tunnels routiers: des restrictions

Au Canada et aux États-Unis, il est interdit d’emprunter un tunnel routier avec des matières dangereuses à bord d’un véhicule. Cependant, les autorités permettent certaines exceptions. Au Québec, par exemple, elles tolèrent la présence de deux bonbonnes d’une capacité totale de 46 L pour les produits sous pression (propane, butane). On trouve trois tunnels routiers dans la région de Montréal : le pont-tunnel Louis-Hippolyte-LaFontaine, le tunnel de l’autoroute Ville-Marie et le tunnel de Melocheville, qui passe sous le canal de Beauharnois. Aux États-Unis, la réglementation change d’un État à l’autre. Le plus simple consiste à éviter les tunnels routiers dans la mesure du possible. Les bons atlas routiers indiquent où ils se situent.

VR: stationnement de dépannage et location - Dangereux mexique

 

Le stationnement de dépannage

Vous êtes fatigué au point de ne pas pouvoir vous rendre immédiatement à votre destination? Vous pouvez trouver des stationnements de dépannage le long des grands axes routiers. Si vous avez besoin de faire une sieste seulement, vous pouvez vous arrêter dans une halte routière. Mais si vous comptez y passer la nuit, sachez que c’est interdit partout en Amérique du Nord.

Au Canada comme aux États-Unis, de nombreux magasins Walmart permettent aux voyageurs en VR de passer la nuit dans leur stationnement. Les établissements qui s’y opposent affichent des enseignes visibles à cet effet. L’interdiction de séjour la nuit dépend souvent d’une réglementation locale, mais parfois elle vient d’une décision du gérant du magasin lui-même. Pour savoir quels magasins américains Walmart interdisent le stationnement, consultez le site Freecampgrounds à l’adresse www.freecamp grounds.com Pour dénicher du stationnement de dépannage au Canada, tapez www.Overnight RVParking.com Paul Laquerre ajoute que «les relais routiers pour camionneurs permettent habituellement aux voyageurs de s’installer gratuitement pour une nuit. Il suffit de demander».

Location d' un VR

Ce sera votre première expérience en VR ? Il est recommandé d’en louer un pour commencer. En effet, ce type d’activité ne sied pas à tout le monde. «À l’évidence, il faut aimer la conduite automobile. Puis songez aussi que vous serez nuit et jour dans un petit environnement avec votre conjoint», signale Louise Gagnon. La location d’un VR est onéreuse. Les prix pour des véhicules de catégorie C, les plus populaires, peuvent varier entre 1200$ et 1750$ par semaine en haute saison, ou 1000$ en basse saison. Pour plusieurs entreprises de location, la haute saison s’échelonne de la fin de mai au début de septembre, alors que la basse saison va du début de septembre à la fin de mai. Dans tous les cas, il est nécessaire de réserver tôt, car même en basse saison la demande pour les VR demeure forte.

Dangereux Mexique

En raison de la beauté de ses paysages, de sa culture millénaire et de la douceur de son climat, le Mexique est une destination que de nombreux VRistes chérissent. Malheureusement, il est conseillé de ne pas y entrer par voie terrestre. En effet, des gangs criminels s’installent près de la frontière avec les États-Unis et attendent les VRistes afin de les détrousser. «Des fusillades, des attaques et des barrages routiers illégaux peuvent se produire à tout moment», dit le ministère canadien des Affaires étrangères et du Commerce international. Il précise : «Les voleurs et les pirates de la route s’en prennent tout particulièrement aux véhicules utilitaires sportifs et aux camionnettes sur les routes des États de Nuevo León, Tamaulipas, Baja California, Chihuahua, Coahuila, Durango, Sonora et Sinaloa.» Des organismes comme la FQCC et CAA-Québec informent leurs membres de cette situation et les incitent à respecter le mot d’ordre du gouvernement. Voilà, le message est clair.  

Et l’argent?

Paul Laquerre ne garde sur lui que peu d’espèces sonnantes (environ 200$). Il règle la majorité de ses achats à l’aide de cartes de crédit. «Je profite ainsi des meilleurs taux de change.» Il paie sa carte tous les mois par virements bancaires faits sur Internet. Lorsqu’il a besoin de liquide, il se rend dans les guichets automatiques «qui sont fonctionnels partout», dit-il.

Les types de véhicules récréatifs et les assurances

 

Les types de véhicules récréatifs

Il existe trois grands types de véhicules récréatifs. Notez que les prix sont strictement indicatifs.

• Catégorie A. Avec leur longueur qui varie de 21 à 45 pi, ils ressemblent à des autocars de longue distance. Ils peuvent loger jusqu’à 10 personnes. Selon la taille et l’équipement, ils coûtent entre 150000$ et 500000$, même davantage.

• Catégorie B. C’est l’équivalent d’une fourgonnette aménagée, avec toit surélevé. Le VR de Paul Laquerre (Mercedes Sprinter) fait partie de cette catégorie. Ces véhicules de 16 à 21 pi de longueur peuvent accueillir jusqu’à 4 personnes. Ils coûtent entre 45000$ et 100000$.

• Catégorie C. Il s’agit des modèles le plus populaires. Ces VR sont des camionnettes (pick-up) sur lesquelles on installe une caravane, reconnaissable avec son «lit capucine» au-dessus de l’habitacle du conducteur. Les VR de catégorie C peuvent loger de 4 à 6 personnes. Leur prix varie de 55000$ à plus de 150000$.

Assurances pour un VR

On n’assure pas un VR comme un véhicule de promenade ordinaire. En effet, des risques spécifiques y sont rattachés. «Vous avez des effets personnels qui demeurent en permanence dans le VR», dit Richard Leclerc, président de Leclerc Assurances. Le contrat d’assurance doit donc en tenir compte. De plus, il est conseillé de faire affaire avec un assureur qui est vraiment spécialisé en protection de VR. C’est que les voyageurs qui font une demande d’indemnisation se trouvent habituellement loin de leur domicile. Leur assureur doit donc offrir un service et une expertise efficaces à distance. Comment faire pour dénicher la perle rare ? Le plus simple consiste à faire partie d’une association de VRistes (comme la FQCC) et de demander des références.

Si vous voyagez aux États-Unis, il est fortement recommandé de prendre une couverture de 2 millions de dollars en responsabilité civile, en raison de la propension des Américains à régler leurs problèmes devant les tribunaux.

Richard Leclerc attire notre attention sur le Mexique. Il explique que les contrats d’assurance VR souscrits au Québec incluent les déplacements aux États-Unis, mais pas au pays des Mayas. «Si vous prévoyez aller au Mexique en VR, vous devrez obligatoirement prendre une assurance émise par une compagnie mexicaine », explique-t-il. Or, ce n’est pas évident. Si vous achetez une police sur place, vous serez pris avec des documents rédigés en anglais, au mieux, sinon en espagnol. De plus, comme la législation mexicaine diffère sensiblement de la nôtre en matière de protection automobile, vous risquez de conclure un contrat qui vous protège mal. Ici aussi, il est conseillé de vous adresser à un courtier québécois spécialisé en VR et qui a des liens d’affaires avec des assureurs mexicains dignes de confiance. Mais, de façon générale, il n’est pas recommandé de se rendre au Mexique en VR.

Au fait, combien peut coûter une assurance VR? Bien qu’il soit difficile de chiffrer des primes dans l’absolu, Richard Leclerc estime qu’un ratio de 100$ pour 1000$ de valeur du VR donne un bon aperçu de la prime annuelle. Ainsi, un VR de 80000$ pourrait coûter de 700$ à 800$ par année à assurer.

Mise à jour: mai 2011

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos