Préarrangements funéraires: oui ou non?

Préarrangements funéraires: oui ou non?

Par Le Journal du bel âge

Crédit photo: iStockphoto.com

Planifier ses funérailles en toute sécurité

Quelle que soit la formule retenue lors de la planification de ses funérailles, il faut procéder comme pour toute autre transaction.

  • Établissez ce que vous souhaitez. Pour ce faire, renseignez-vous sur les biens et les services offerts (exposition ou non dans un salon funéraire, crémation ou inhumation, etc.), sur les entreprises qui peuvent vous rendre ces services (entreprise funéraire privée, coopérative funéraire, etc.) et sur les différentes formules d’arrangements funéraires (contrat avec une entreprise, «dépôt de volonté», etc.).
  • Parlez avec vos proches des démarches que vous voulez entreprendre: cela peut vous aider à aborder la question avec plus de sérénité.
  • Prenez des renseignements auprès de plusieurs entreprises pour comparer leurs prix et la qualité de leurs services. Lorsque vous aurez déterminé laquelle vous semble la plus intéressante, rendez-vous sur place pour vérifier par vous-même si l’entreprise vous semble en mesure de vous rendre les services que vous souhaitez.
  • Ne signez rien hâtivement. Demandez plutôt qu’on vous remette une copie du contrat pour l’étudier à tête reposée et vous assurer que tout y est.
  • Et rappelez-vous que si vous avez été sollicité à domicile, vous avez 30 jours pour annuler votre contrat, sans aucune pénalité.

Pour en connaître davantage sur le sujet, n’hésitez pas à communiquer avec l’Office de la protection du consommateur, en composant le 1 888 OPC-ALLO ou en consultant leur site internet.

La planification et ses désavantages

De plus en plus de personnes planifient et paient à l’avance leurs funérailles et leur sépulture. Elles souhaitent ainsi éviter à leurs survivants des choix difficiles dans des circonstances éprouvantes. Ou encore, ayant peu ou pas de survivants, elles veulent s’assurer du respect de leurs dernières volontés. Et c’est sans compter tous ceux qui, détestant entendre parler du sujet, s’empressent de tout régler pour en finir au plus vite avec ces dernières dispositions.

La sagesse de planifier

Pour les raisons invoquées plus haut, on peut admettre qu’il est avisé de planifier ses funérailles. En effet, on est alors à même de garder la tête froide pour prendre ses décisions et l’on peut ainsi éviter à ses proches de se laisser aller, sous le coup de l’émotion et de la douleur, à des dépenses inconsidérées.

De plus, ces arrangements sont soumis à une loi administrée par l’Office de la protection du consommateur. Les consommateurs sont ainsi assurés de la gestion rigoureuse des fonds qu’ils confient à une entreprise funéraire et de la possibilité d’annuler leur contrat pour récupérer, en tout ou en partie, les sommes versées.

Désavantages du paiement à l’avance

S’il est sage de planifier ses arrangements funéraires, on ne peut ignorer les inconvénients de payer à l’avance.

Ainsi, comme il s’agit d’un achat de services et non d’un placement, les intérêts produits par les sommes que vous versez à l’entreprise funéraire, qui excèdent l’augmentation du coût de la vie, peuvent être encaissés par cette entreprise. Et comme la durée moyenne qui s’écoule entre la signature et l’exécution d’un contrat d’arrangements funéraires est de 10 à 15 ans, vous renoncez au rendement de votre capital pour une longue durée.

En outre, si vous changez d’idée au sujet de vos dernières dispositions ou si vous déménagez hors du territoire desservi par l’entreprise funéraire avec laquelle vous avez fait affaire, vous pourriez être obligé d’annuler votre contrat. Une telle démarche impliquerait probablement des frais, puisque la loi autorise les entreprises funéraires à réclamer une pénalité maximale de 10% pour la résiliation d’un contrat.

C’est pourquoi il est important de savoir que les coopératives funéraires et certaines entreprises privées offrent la possibilité de prévoir ses dernières dispositions sans les payer à l’avance. Ce type de contrat, qui présente une grande souplesse et n’engage que des frais d’ouverture de dossier, est appelé «dépôt de volonté» ou «à ma postérité».

Mise à jour: octobre 2008

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos