Magasiner une résidence pour personnes retraitées

Magasiner une résidence pour personnes retraitées

Par Ronald McKenzie

Crédit photo: iStockphoto.com

Trois types de résidences

Les conciergeries. Il s’agit de complexes dans lesquels on offre des appartements (de 1 ½ à 5 ½ pièces) pour personnes entièrement autonomes. Certains promoteurs les qualifient de résidences pour «retraités dynamiques». Aucun soin spécialisé n’est prodigué. En revanche, le propriétaire assure un service de surveillance des lieux. Une salle à manger, un comptoir pharmaceutique, une salle communautaire, une institution financière, etc., sont habituellement intégrés dans l’édifice. Souvent, on y trouve un service d’infirmerie pour les petits bobos.

Les pensions familiales.
On parle ici d’établissements qui accueillent en chambre des personnes autonomes ou en légère perte d’autonomie. Selon la loi, une pension qui loge neuf personnes ou moins est de type résidentiel. Souvent, un couple fournit dans sa propre maison le gîte et le couvert en échange d’un loyer. Les pensions qui abritent 10 personnes et plus sont de type commercial. Par légère perte d’autonomie (ou semi-autonomie), on entend une personne qui peut encore s’occuper d’elle-même pour l’hygiène de base, mais qui souffre d’un déficit cognitif ou qui éprouve des difficultés à se déplacer à la suite d’un AVC, par exemple. Dans un appartement pour personne semi-autonome, cuisine et salle de bains sont spécialement aménagées afin d’assurer la sécurité.

Les CHSLD. Dès que l’état d’une personne exige des soins de santé réguliers, celle-ci doit être transférée dans un centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Nous reviendrons sur ce sujet dans un prochain article.

Définir ses besoins

Avant de commencer à magasiner une résidence, on doit d’abord définir ses besoins. «La mauvaise analyse de ceux-ci est la principale erreur que commettent les consommateurs à la recherche d’une résidence», soutient Mélanie Doré, présidente de l’Agence d’hébergement Doré. Selon l’experte, il est facile de trouver un appartement quand on est en forme et qu’on croit le demeurer pendant des années. Mais la situation peut changer rapidement. «Il est important de connaître son état de santé avant d’entreprendre le magasinage, car la résidence qui fait l’affaire aujourd’hui pourrait ne plus convenir dans un avenir plus ou moins rapproché», souligne Mélanie Doré. Une perte d’autonomie vous forcera peut-être à déménager de nouveau, mais dans des circonstances nettement plus difficiles.

Solange jouit d’une santé de fer, mais Rémi souffre d’arythmie cardiaque et son sang a tendance à coaguler. Il doit prendre plusieurs médicaments par jour. «La résidence que nous choisirons doit avoir une infirmière sur place. Idéalement, il y aura une aile pour personnes semi-autonomes, au cas où…», dit Rémi. Cela limitera forcément leurs choix, car beaucoup d’établissements ne fournissent pas cette mixité des services. Solange et Rémi devront faire l’inventaire de leurs autres besoins en répondant aux questions suivantes:

  • Désirent-ils encore demeurer près de leurs enfants ou se rapprocher du centre-ville?
  •  Veulent-ils être locataires ou propriétaires d’un condo pour personnes retraitées? En effet, certains grands promoteurs offrent désormais aux personnes retraitées d’acheter leur unité d’habitation.
  • Cherchent-ils une tour d’habitation ou une pension de type familial?
  • Désirent-ils un endroit animé ou tranquille?
  • Veulent-ils consacrer du temps à l’entretien ménager et à la préparation des repas?

Voilà autant d’interrogations auxquelles notre couple doit prendre le temps de répondre.

Le magasinage

Le magasinage

Solange et Rémi ont remarqué la présence de plusieurs complexes de résidences pour personnes retraitées dans leur région. Leur magasinage pourrait commencer par ces établissements, histoire de voir ce qui est offert. 

Avant de commencer les visites, Solange et Rémi auront intérêt à préparer une fiche de magasinage dans laquelle ils indiquent les points importants qu'ils désirent évaluer et  l’apporter avec eux (voir Fiche de magasinage, page 5). Idéalement, une troisième personne les accompagnera afin de leur livrer des commentaires objectifs.

À la première résidence visitée, il y avait un 4 ½ à louer au 3e étage d’un édifice qui en compte 6. La réceptionniste les a accueillis avec courtoisie, un bon point que notre couple a noté. Le responsable de l’établissement leur a d’abord fait visiter les locaux où sont offerts les services: salle à manger, cuisines, infirmerie, dépanneur, gymnase, piscine, chapelle, bibliothèque, comptoir bancaire, etc.

Ils sont ensuite allés voir l’appartement. Celui-ci avait une bonne superficie (1 100 pi2). Les planchers étaient en bois franc, sauf ceux de la cuisine et de la salle de bains (linoléum). La configuration des pièces semblait adéquate. La cuisine, moderne, disposait de beaucoup d’armoires, mais elle était petite, et donnait directement sur une autre pièce qui ferait office de salle à manger où huit personnes pourraient s’asseoir. Frigo et cuisinière, compris dans le loyer, étaient neufs.

Dans la salle de bains, la douche était incorporée à la baignoire et les entrées pour raccorder une laveuse et une sécheuse, faciles d’accès. La chambre des maîtres présentait une bonne grandeur. La chambre des invités était plutôt petite, mais bon, ce n’est pas dramatique. Attenant à la salle à manger se trouvait un balcon qui pouvait accueillir trois ou quatre personnes. L’appartement comptait trois grands placards et il y avait un espace de rangement dans le stationnement situé au sous-sol de l’édifice.

Solange et Rémi ont vérifié où étaient situés les boutons d’appel d’urgence. Ils ont constaté que les fenêtres pouvaient être ouvertes, ce qui est important pour eux. Le chauffage était assuré par des calorifères électriques. Surprise, ils ont appris que l’appartement n’était pas climatisé. Cela pose un problème pour Rémi, sensible aux canicules de l’été. Certes, le propriétaire peut faire installer un appareil, mais il y aura des frais.

L’édifice était conçu uniquement pour des personnes autonomes. Cependant, si l’état de santé de Rémi ou de Solange se détériorait au point de nécessiter une surveillance médicale, le propriétaire s’engageait à trouver un appartement spécialisé dans l’un de ses établissements qui offrent des soins pour personnes en perte d’autonomie.

Les prix

Les prix

Ce 4 ½ revient à 2 150$ par mois, incluant le chauffage, l’électricité, le stationnement, les activités et les loisirs, mais ne comprend pas le câble, ni les repas pris à la salle à manger, ni le ménage de l’appartement.

Il en va des loyers dans les résidences pour personnes retraitées comme de ceux de tous les autres logements: les prix varient en fonction de la superficie de l’unité, de son caractère neuf ou non, de sa situation géographique, etc. Le même 4 ½ qu’a visité notre couple coûterait 125$ de plus par mois s’il était situé au 6e étage de l’édifice, simplement «parce que la vue est plus belle», a souligné le responsable de la visite.

Cela dit, voici un relevé des prix approximatifs mensuels des résidences pour retraités autonomes dans la région de Montréal.

  • Studio (1 ½): à partir de 500$.
  • 2 ½: à partir de 650$.
  • 3 ½: à partir de 750$.
  • 4 ½: à partir de 900$.
  • 5 ½: à partir de 1 200$.

Dans les grands complexes, les loyers des résidences pour retraités semi-autonomes sont plus chers en raison des soins qui sont prodigués. Il n’y a pas de règle définissant le supplément à verser. Dans un cas qui nous a été soumis, le loyer passait de 800$ à… 2 000$ par mois. La différence est majeure. Outre les soins spécialisés (de 90 minutes à 2 heures par jour), 3 repas et 2 collations par jour, la surveillance de la prise des médicaments et l’entretien ménager étaient inclus dans le loyer.

HLM

Si vous êtes une personne retraitée à faible revenu, vous pouvez demander de demeurer dans une habitation à loyer modique (HLM). Cependant, vous devez être entièrement autonome et avoir résidé sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) pendant 12 mois consécutifs au cours des 24 mois qui ont précédé la date du dépôt de votre demande ou de son renouvellement et être actuellement résidant du Québec.

Notez que le critère de la résidence dans la CMM ne s’applique pas aux femmes victimes de violence conjugale référées par des intervenants sociaux. Il ne s’applique pas non plus aux personnes handicapées circulant en fauteuil roulant. Toutefois, dans les deux cas, vous devez résider au Québec.

Le coût du loyer en HLM correspond à 25 % des revenus de votre ménage. Par exemple, si ces revenus s’élèvent à 800$ par mois, vous devrez débourser 200 $ pour votre logement, plus les frais liés à l’électricité, au stationnement et au climatiseur, s’il y a lieu.

Pour être admissible à un HLM, vous devez avoir des revenus annuels bruts égaux ou inférieurs à 23 500$ si vous êtes une personne seule. En outre, la valeur de vos biens ne doit pas dépasser un certain montant. Pour plus d’information, téléphonez à l’Office municipal d’habitation de votre localité ou cliquez www.omhm.qc.ca

Pour vous aider

De l’aide pour magasiner

Comme vous pouvez le constater, choisir une résidence pour personne retraitée peut s’avérer une opération complexe. Heureusement, il existe des conseillers en hébergement dont le travail consiste à vous aider à arrêter votre choix. Leurs services sont gratuits, car ils sont financés par le réseau des résidences du Québec. «Les gens nous appellent, nous décrivent ce qu’ils veulent, l’endroit où ils désirent s’installer et le montant approximatif qu’ils sont prêts à payer», explique Monique Lefebvre, adjointe à l’administration au Centre Visavie, de Montréal.

L’organisme vous envoie alors la documentation pertinente, dont le guide Choisir la bonne résidence que nous avons mentionné précédemment. Ce guide répertorie 500 établissements répondant aux critères de sélection du Centre Visavie: encadrement, rapport qualité/prix, qualité des soins, sécurité, etc. «Avant de choisir ces 500 résidences, nous en avons visité 2 500», précise Monique Lefebvre.

Même avec ces informations en main, il est possible que vous soyez pris au dépourvu. Dans ce cas, vous pouvez demander d’être accompagné durant la visite. Pour contacter le Centre Visavie, composez le (514) 383-6826 ou 1-888-847-2843, ou tapez www.visavie.com

Pour vous aider à trouver

Plusieurs autres organismes similaires vous aideront à trouver la résidence qui vous convient. Notez que certains services connexes (comme les évaluations pour demande d’hébergement gouvernemental) peuvent être payants.

  • Agence d’hébergement Doré. Conseille les consommateurs de la grande région de Montréal et ses banlieues, et de la grande région de l’Estrie. Tél. : (514) 928-8881 (Montréal), (450) 770-0223 (Granby) et (819) 571-8289 (Sherbrooke). www.agencedore.com
  • Hébergement conseil. Dessert Laval, la Rive-Nord, la Rive-Sud et Montréal. Tél. : (450) 663-7111 et (514) 990-3493. 
  • Les conseillères Trudeau et Turmel. Les infirmières Jacqueline Trudeau et Claire Turmel offrent leurs conseils en matière d’évaluation des besoins et de recherche de résidences. Régions de Montréal, de la Rive-Sud et de Laval. Tél. : (514) 232-3372 et (450) 584-3646. http://pages.videotron.com/clairema
  • Orientation des personnes âgées hébergement Québec (OPAHQ). Dessert Montréal, Laval, la Rive-Nord, la Rive-Sud. Tél. : (514) 990-8841 et (450) 677-9484. www.opahq.com
  • Réseau Hébergement Québec. Panoplie de services gratuits dans les régions de Québec, de Montréal, de la Rive-Nord de Montréal, de la Montérégie, des Laurentides, de l’Outaouais et de l’Estrie. Tél. : 1-877-764-2994. www.reseauhebergementquebec.org

Fiche de magasinage



 

Résidence

1

 Résidence2

 Résidence3

Site

   
Proximité des services   
Proximité du transport   
Stationnement     
Accès fauteuil roulant   
Ascenseur   
Salle commune    
Dépanneur   
Salon de coiffure   
Accès aux balcons  

Appartement

   
Dimension des pièces   
Luminosité    
Contrôle du chauffage   
Air climatisé   
Balcon individuel   
Espace de rangement   

Sécurité

   
Système d'appel d'urgence   
Surveillance   
Barres d'appui   
Interrupteurs facile d'accès   

Qualité de vie

   
Propreté des lieux   
Décor   
Entretien des lieux   
Flexibilité des visites   
Activités offertes   
Association de locataires   
Animaux domestiques tolérés   

Repas

   
Salle à manger   
Service aux chambres   
Flexibilité de l'horaire   
Variété du menu   

Services 

   
Infirmière   
Aide aux soins d'hygiène   
Transport avec accompagnement    
Lieu de culte sur place   

Divers

   
Durée du bail   
Frais additionnels (cable,
tél., etc.)
   
Coût des repas   
Coût de la buandrie   

Autres (complétez selon vos besoins)

   
    
    
    

Source : Guide annuel Se loger 2006-2007

Mise à jour: juillet 2007

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos