Entretenir son auto pour moins polluer

Entretenir son auto pour moins polluer

Par Guy Sabourin

Crédit photo: iStockphoto.com

La voiture pollue l’air avec ses gaz d’échappement et elle pollue également l’environnement puisqu’il faut éliminer des montagnes de pièces, de carcasses et de pneus usagés. Jean-François Veilleux, ancien coureur automobile en Formule Atlantique, impliqué dans la campagne annuelle Mon auto, j’en prends soin, suggère des trucs faciles pour économiser de l’essence et, du coup, moins polluer l’air et prolonger la vie de certaines pièces.

Pneus. Une fois par mois, vérifiez la pression des pneus, qui se dégonflent naturellement d’environ 1 lb (1 psi) par mois. «Des pneus pas assez gonflés peuvent faire augmenter la consommation d’essence de 15% et accélérer leur usure de 15% également», explique Jean-François Veilleux. Essayez de rouler à vélo avec des pneus mous: vous forcez beaucoup plus. Eh bien!, le moteur de la voiture aussi. Gonflez les pneus selon les indications du fabricant de la voiture, généralement inscrites à l’intérieur de la portière. Ne gonflez les pneus qu’à froid, c’est-à-dire n’ayant pas roulé plus de 3 km. L’alignement déficient des pneus crée une friction, force le moteur, use les pneus inégalement et en accélère la détérioration. Donc, à surveiller aussi.

Bougies. Entretenez les bougies, changez-les au besoin. Si elles sont encrassées, l’ordinateur de la voiture leur commande d’utiliser davantage d’essence pour faire l’explosion.

Huiles. Les huiles moteur et transmission agissent comme lubrifiant pour minimiser la friction entre les pièces du moteur. Plus il y a de friction, plus le moteur travaille fort, donc consomme de l’essence. L’huile usée ne fait plus aussi bien son travail, sans compter qu’elle risque d’endommager irrémédiablement le moteur. «Le mieux: changer l’huile en suivant à la lettre les recommandations du fabricant», recommande Jean-François Veilleux.

Filtres. Le filtre à air ramasse des poussières de toutes sortes. «Quand le moteur respire moins bien en raison d’un filtre encrassé, la consommation d’essence peut grimper de 10%, indique notre spécialiste. Seul un garagiste peut décider si le filtre doit être seulement nettoyé ou carrément remplacé.» À surveiller principalement au printemps ou quand on a beaucoup circulé sur des chemins de terre.

L'entretien, la conduite et le garagiste

Charges inutiles. Vous transportez une charge inutile? Chaque 110 lb (50 kg) additionnels dans l’auto fait augmenter la consommation d’essence de 2%. Sortez donc tout ce qui traîne inutilement dans le coffre et enlevez les supports qui ne servent pas.

Climatisation. Si vous climatisez l’habitacle, faites-le en fermant l’échangeur d’air avec l’extérieur, ce qui veut dire que vous conservez l’air déjà refroidi plutôt que de refroidir sans relâche l’air chaud qui entre de l’extérieur. Climatiser augmente la consommation d’essence, mais moins en recyclant l’air froid.

Propreté. On sait que la saleté sur un avion augmente considérablement sa consommation d’essence. Peut-on aller jusqu’à dire qu’une voiture sale consomme davantage? Disons que la tenir propre aide l’air à mieux glisser… Ce qui réduit éventuellement la consommation d’essence.

Type d’essence. Le type d’essence fait-il une différence? Pour sa part, Jean-François Veilleux estime qu’il fait davantage de kilomètres au litre avec du super. «Quoi qu’il en soit, précise-t-il, roulez sans faute avec l’indice d’octane que recommande le fabricant. Rouler avec du 87 quand le fabricant recommande du 91 peut endommager le moteur.»

Choix du véhicule. «Quant au choix du véhicule, les gens ont tendance à acheter plus qu’ils n’ont réellement besoin», estime Jean-François Veilleux. De nombreuses personnes, par exemple, utilisent tout l’espace de leur fourgonnette seulement 10 % du temps. Or, la facture d’essence et la pollution, elles, augmentent… pour rien! On choisit donc selon ses besoins.

La conduite. Au chapitre de la conduite, la règle est simple: plus on roule vite, plus la consommation de carburant augmente. Concrètement, ça veut dire accélérer lentement aux feux et aux arrêts, freiner doucement plutôt que brusquement et maintenir une vitesse constante modérée sur l’autoroute. Ce comportement prolonge également la vie des freins, réduisant ainsi les pièces à éliminer.

Adopter un garagiste! Le mécanicien s’occupera de vérifier l’état du système antipollution, du fréon dans le climatiseur, des différents liquides et filtres, des courroies, du système de refroidissement et d’échappement. Ne négligez pas vos inspections! «Et dans la mesure du possible, voyez toujours le même garagiste, recommande Jean-François Veilleux. Comme un médecin de famille! Votre garagiste pourra surveiller la voiture et suggérer au fur et à mesure les entretiens préventifs qui s’imposent.»

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos