Déménager chez l’autre

Déménager chez l’autre

Par Michèle Dubreuil

Crédit photo: iStockphoto.com

Tous les designers me l’ont dit: chaque couple qui décide de cohabiter constitue un cas particulier, et le succès de l’aventure dépend avant tout des individus concernés. Puis ils ont tous ajouté que l’exercice est un véritable casse-tête. Combiner, à la satisfaction de chacun, le contenu de deux maisons n’est pas une chose facile en soi. Celui chez qui l’autre vient habiter peut facilement se sentir envahi. De son côté, celui qui emménage chez l’autre peut éprouver de la difficulté à se sentir chez lui. La solution ne serait-elle pas que chacun quitte sa maison et que le couple s’installe dans un nouveau lieu? Peut-être. Réalisable? Pas toujours. Alors, le casse-tête, car c’en est un, on le résout comment? 

On discute 

À ne jamais perdre de vue: c’est une «autre» maison que vous allez créer ensemble. Un nouvel espace que tous deux devrez apprécier. Dès le départ, chacun doit se dire que la nouvelle demeure ne sera pas une réplique de l’ancienne. Attendez-vous donc à devoir faire des compromis. Pour mener à bien le projet, une bonne communication est essentielle. N’hésitez pas à parler franchement de vos attentes réciproques. Évitez les non-dits. 

Par exemple, est-ce que dans toutes les pièces il y aura un mélange de choses appartenant à chacun? Ou préférez-vous vous départager les pièces? Est-il possible que, dans la nouvelle installation, chacun ait un espace à lui, un bureau par exemple? Commencez la discussion en parlant des biens qui vous tiennent à coeur et dont vous ne voulez pas vous séparer. Ces meubles et objets à «valeur sentimentale ajoutée» sont souvent des souvenirs de famille. Les émotions entrent alors en jeu. Aussi, gardez-vous de critiquer les «souvenirs» de votre partenaire. Et faites preuve de souplesse. Il tient à garder une commode ayant appartenu à son grand-père mais qui à vos yeux est tout simplement horrible? Ayez l’esprit ouvert. Cherchez plutôt une solution pour l’intégrer au nouveau décor. Revampée, avec un peu de peinture et de nouvelles poignées, qui sait, elle pourrait peut-être prendre le chemin de la chambre d’amis? Respectez les préférences de l’autre, et soyez prêt à faire… quelques sacrifices. Car il y en aura. Ne considérez pas votre partenaire comme un antagoniste. Ensemble vous êtes à construire un nid où tous deux vous devrez vous sentir bien. 

On élague

À avoir toujours en tête: il est impossible que le contenu de deux maisons puisse entrer dans une seule. Donc, dans un premier temps on dresse l’inventaire de ce qu’on n’a pas l’intention de garder, et on donne à ses proches, à une oeuvre de charité, ou encore on organise une vente-débarras. Un exercice nécessaire puisqu’un des deux doit libérer de la place pour l’autre et que celui qui déménage ne doit pas avoir l’air d’un «envahisseur» en s’amenant avec la totalité de ses possessions. 

Passez en revue les placards. Vous devrez sans doute vous départir de plusieurs vêtements. Déjà que vous manquiez de place quand vous viviez en solo, pensez que bientôt vous serez deux! Discutez de l’espace dont chacun a besoin pour ses vêtements. Si le placard de la chambre ne suffit pas, recherchez une solution. Peut-être devrez-vous ranger les vêtements hors saison dans des paniers sous le lit, ou encore dans ces housses de plastique dont on retire l’air à l’aide d’un aspirateur et qui sont super compactes. 

N’oubliez pas de faire l’inventaire du cagibi si vous en avez un. Deux ensembles de décorations de Noël, est-ce bien nécessaire? 

On n’a pas besoin de deux sécheuses Chacun de vous a une maison bien équipée. Faute de place, vous devrez sans doute vous départir de gros morceaux: bureaux, lits, tables, chaises. Même chose pour les électroménagers. Qui a besoin de deux laveuses, de deux sécheuses, de deux cuisinières? Sur quelle base faire la sélection? Rien de plus simple: peu importe à qui ils appartiennent, on garde les appareils les plus neufs, les plus beaux, les plus pratiques. La machine à expresso italienne plutôt que la cafetière à 25$, la cuisinière avec four autonettoyant plutôt que celle qui n’en a pas, etc. Idem pour les petits appareils électriques, les accessoires de cuisine et même le mobilier d’extérieur. Pour ce qui est de la literie, vous préférerez sans doute profiter du moment pour la renouveler. 

On planifie

Sur le site www.houzz.com, qui est en quelque sorte l’encyclopédie de la décoration, on y va de quelques conseils pour les couples dans votre situation. Par exemple, prendre des photos ainsi que les mesures des pièces et des meubles qui se trouvent déjà dans la demeure où l’on s’installera à deux, puis faire de même à propos des meubles de l’autre qui devraient s’ajouter. Ensuite, à l’aide de ces données, discuter comment se fera l’intégration du mobilier du nouvel arrivant (cela vous évitera quelques désagréments le jour du déménagement). S’il y a désaccord, on suggère de garder l’esprit ouvert et de se dire: «Pourquoi ne pas essayer?» Vous n’avez rien à perdre. 

Houzz propose également d’acheter ensemble quelques meubles ainsi que quelques articles de façon à souligner la «nouvelle réalité». Quant aux objets auxquels chacun est attaché, il est certain qu’ils ne pourront pas tous être exposés en même temps, sinon votre «nouveau» salon prendra des airs de magasin. Le site offre une solution originale: faire tous les deux ou trois mois une rotation (une partie des objets rangée, une partie exposée). On peut mêler les collections de chacun ou encore les présenter en alternance. 

Et comment faire l’accrochage des tableaux? Chacun a les siens. Celui qui s’installe chez l’autre ne doit pas simplement chercher des espaces libres sur les murs et suspendre ses toiles de façon aléatoire. Il est conseillé de décrocher tout ce qui est déjà au mur, d’examiner les tableaux de l’un et de l’autre, de voir ce qui irait ensemble et de réaliser un tout nouvel accrochage. Un dernier conseil 

Mettre aux oubliettes des traces d’un grand pan de sa vie n’est pas facile pour la majorité des gens. La charge émotive est grande. On tergiverse. On n’arrive pas à se défaire de certaines choses. Parfois même on peut finir par se demander si cohabiter est, après tout, une si bonne idée... «C’est dans ce cas qu’un professionnel peut être appelé à la rescousse, dit la designer Michèle Bélair-Pagnetti. En toute objectivité, il visitera le lieu où s’installe le couple, évaluera le contenu de chacune des maisons, fera des recommandations sur les pièces de mobilier qui peuvent s’intégrer harmonieusement dans le tout nouveau décor, verra à trier les objets, à suggérer quelques achats qui feraient toute la différence.» Une démarche qui peut enlever pas mal de stress et éliminer bien des tensions inutiles. 

Vous aimerez aussi:


Quand on planifie un budget déco, devrait-on prévoir cher ou pas cher? Nous avons demandé à 6 designers où on peut réaliser des économies sans rien sacrifier au look, et où on ne devrait pas hésiter à investir!

Quelles sont les erreurs les plus fréquentes en décoration? Nous avons interrogé cinq designers, voici leurs réponses. Elles pourraient bien vous éviter quelques faux pas.

Quel éclairage choisir? Quel éclairage choisir?
On sait qu’un bon éclairage peut mettre en valeur la décoration d’une pièce et contribuer à son ambiance. Mais justement, quel éclairage choisir? Tout sur la question!
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos