Comment choisir le bon canapé

Comment choisir le bon canapé

Par Michèle Dubreuil

Crédit photo: iStockphoto.com

Acheter un canapé comporte certains risques. On voit l’extérieur, tissu et forme, sans trop savoir ce qu’il y a à l’intérieur. Quand on achète un meuble bon marché, on se doute que ce ne sera pas un bien qu’on léguera à la postérité. Mais quand on y met le prix, peut-on être sûr d’acheter de la qualité?

Mini test de qualité  

  • S’asseoir sur le bras peut donner une idée de la solidité de la structure. Si vous avez l’impression que ça bouge, regardez ailleurs. 
  • Vérifiez le rembourrage des bras. Examinez également le dos du canapé et l’extérieur des bras; souvent un tissu a simplement été tendu, et il arrive qu’au toucher on sente du carton en dessous. De quoi réfléchir quand on croit acheter de la qualité. 
  • En magasin, informez-vous du nom du fabricant et rendez-vous sur le site de l’entreprise pour en apprendre un peu plus. 

Les coussins  

  • Tant pour le dos que pour l’assise, mieux vaut choisir des coussins qui ne sont pas fixes et dont les deux côtés sont recouverts de tissu (ce qui n’est pas toujours le cas). Ainsi vous pourrez faire une rotation, ce qui s’avère pratique si on s’assoit toujours au même endroit. Sans compter que, en cas d’accident, vous pourrez exposer l’autre face. En un mot, évitez les coussins attachés qui ne sont pas réversibles. 
  • Duvet, plume ou matière synthétique? C’est une question de goût. Aucun doute, rien n’égale le duvet pour donner aux coussins un aspect gonflé et moelleux et créer l’impression d’être enveloppé quand on est assis. Toutefois, quand on quitte sa place, il faut obligatoirement les «tapoter» pour leur redonner leur forme. La plume, moins souple, n’offre pas le même gonflant ni le même moelleux, mais a un peu plus de tenue. Selon Élyse Perron, de chez Renaissance ESP, fabricant de meubles sur mesure de Laval, une combinaison 50-50 duvet et plume est idéale. «Ça demeure souple, on a quand même la sensation d’être enveloppé. Puis le coussin se tient mieux et ne se déforme pas ou à peine.» Si vous tenez à ce que les coussins de votre canapé aient un aspect impeccable en tout temps, sans que vous n’ayez rien à replacer, optez pour le Dacron enveloppé d’une épaisseur de duvet (2 pouces). Confortables, un peu moins enveloppants cependant qu’avec la combinaison duvet-plume, ils garderont leur forme et vous n’aurez pas à vous en préoccuper. 
  • Le 100% duvet, on le réserve aux coussins décoratifs. C’est ce que font la majorité des décorateurs. Et, question de look, on ne les prend pas trop petits – ils doivent avoir au minimum 20 pouces de côté.

Structure, ressorts, gabarit et pieds

La structure  

  • Une structure de qualité est bonne à vie. Pour ne pas gauchir, elle doit être en bois massif bien sec tels l’érable, la plaine (érable rouge), le merisier. Les bois mous sont à éviter car ils gauchissent. Les pièces doivent être collées, goujonnées, vissées. 
  • Pour vérifier la solidité de la structure, voici un petit test : soulevez à 6 pouces du sol un des pieds avant du canapé. L’autre pied avant doit se soulever également; si la structure est faible, il restera au sol. 

Les ressorts   

  • Deux types de ressorts sont utilisés pour les canapés. Les ressorts hélicoïdaux ou à boudin (coil spring) sont ceux qui assurent le meilleur confort et la meilleure durabilité. Les ressorts en S (No Sag Spring) sont légèrement moins confortables. Les fabricants utilisent aussi parfois des sangles de caoutchouc tressées. Ces dernières peuvent s’assécher avec le temps, affectant du même coup la durabilité et le confort du canapé. 

Le gabarit 

  • La majorité des magasins comme des fabricants de meubles sur mesure ont leurs histoires d’horreur à propos de canapés qu’il a été impossible d’entrer dans la maison à cause de leur gabarit. Lorsque vous achèterez le vôtre, assurez-vous que la largeur des portes permet sa livraison. Si vous vivez en appartement, il faut aussi vérifier que la hauteur sous plafond de l’ascenseur est supérieure à la longueur du canapé. Et mesurez deux fois plutôt qu’une. 

Les pieds  

• Attention aux pieds, surtout s’ils sont petits. Dans un tel cas, l’idéal est qu’ils ne soient pas vissés, mais fassent partie de la structure. 

Dimensions, combinaison canapé fauteuils, canapé-lit et sur-mesure

Hauteur et profondeur standard 

  • Certains canapés sont très bas (assise à 16 pouces du sol, coussin compris) et profonds. Parfaits pour s’y lover, il est toutefois difficile de s’y asseoir de façon élégante ou encore de s’en extraire. Une hauteur de 18 pouces avec une profondeur 22 à 23 pouces, c’est le meilleur choix. On mesure la profondeur de l’assise à partir de l’avant des coussins de dos. Il faut tenir compte du tassement qui se produit lorsque l’on s’assoit si les coussins contiennent du duvet. 

Trois places, causeuse, fauteuils? 

  • Vous vous demandez quelle combinaison choisir? «Ce qui donne le plus de latitude, ce sont deux meubles identiques, explique la designer Maryse Duval. Soit deux causeuses ou deux canapés trois places, si l’espace le permet. Ainsi, vous avez le choix de les placer l’un en face de l’autre, ou encore à angle avec une table dans le coin.» Dans le cas où l’on s’en tient à un seul canapé trois places (bien pratique pour la sieste), la designer suggère de compléter l’aménagement avec des fauteuils. 

Le canapé-lit 

  • À quand remonte votre dernière nuit passée dans un canapé-lit? Sans doute à une époque où le canapé et le lit étaient tous deux fort inconfortables. Puis il y avait le fait qu’à chaque manoeuvre on risquait de se donner un tour de rein. Aujourd’hui, certains modèles sur mesure sont si réussis qu’il est impossible de deviner que l’on est assis sur un canapé-lit. Les matelas, faits d’une combinaison de mousse et de ressorts, affichent également un confort surprenant. Et ce qui n’est pas rien, les nouveaux canapés-lits s’ouvrent et se ferment désormais d’une seule main. Oui! Oui! J’ai fait le test. 

Le sur-mesure 

  • Que diriez-vous d’un canapé fait expressément pour vous? Un canapé correspondant exactement à vos besoins : format, hauteur et profondeur de l’assise, hauteur du dossier, type de fermeté. Un meuble dont vous auriez choisi le style et le tissu... Cela relève du possible. Cependant, comme vous vous en doutez, le sur-mesure est plus cher. Mais, souvent, pas plus qu’un mauvais choix. Quelques prix: à partir de 3 500$ pour un canapé trois places, de 3 100$ pour une causeuse, de 2 000$ pour un fauteuil – tout cela réalisé dans un tissu d’entrée de gamme (environ 40$ la verge). Le choix du tissu fera évidemment varier le coût. 

Tendances

  • La tendance actuelle est d’avoir deux coussins pour l’assise ainsi que pour le dos. «Beaucoup de designers préfèrent un seul coussin pour l’assise, indique Élyse Perron. L’allure est belle, mais il y a un inconvénient. Comme les gens ont tendance à s’asseoir au centre, on finit par avoir une espèce de siège banane.» Si vous tenez absolument à avoir trois coussins, rappelez-vous que ces derniers doivent être d’au moins 24 pouces de large pour ne pas sembler étriqués. Si votre canapé n’est pas assez long pour permettre trois coussins de cette dimension, il est préférable de vous en tenir à deux. 
  • Côté tissu, la microfibre est en perte de vitesse malgré son côté pratique, alors que le velours effectue un retour. Le lin est aussi très tendance. Il en existe des synthétiques qui ressemblent à s’y méprendre au lin naturel, en plus de ne pas se froisser. Le look, sans les inconvénients. 
  • Avec la vogue des lofts, les canapés modulaires sont très populaires. Assez massifs, ils laissent peu de latitude quant à l’agencement. À moins d’avoir un très grand espace, il vaut mieux envisager un autre choix. 
  • Très actuel: le canapé avec chaise longue intégrée. Pour plus de flexibilité, au lieu d’une véritable chaise longue, optez pour un repose-pied distinct que vous pourrez placer indifféremment à droite ou à gauche. Une installation qui sera tout aussi confortable et qui se révélera plus pratique. Et si jamais vous déménagiez, le meuble sera plus facile à intégrer à votre nouveau lieu. 

Recouvrir son vieux canapé, oui ou non? 

  • Plutôt que d’acheter, vous songez à faire recouvrir votre canapé? L’exercice en vaut la peine si le meuble est d’excellente qualité. La quantité de tissu requise étant plus grande qu’on le croit généralement, le coût l’est également. Voici un aperçu de la quantité nécessaire: un canapé de 84 pouces exige 16 verges de tissu, un de 78 pouces, 14 verges. Pour une causeuse de 64 pouces, il faut 14 verges de tissu. À cela s’ajoute le coût de la main-d’oeuvre. 

Merci à Élyse Perron de chez Renaissance ESP, à Laval, pour sa précieuse collaboration.


Vous aimerez aussi:


Quand on planifie un budget déco, devrait-on prévoir cher ou pas cher? Nous avons demandé à 6 designers où on peut réaliser des économies sans rien sacrifier au look, et où on ne devrait pas hésiter à investir!

Quelles sont les erreurs les plus fréquentes en décoration? Nous avons interrogé cinq designers, voici leurs réponses. Elles pourraient bien vous éviter quelques faux pas.

Quel éclairage choisir? Quel éclairage choisir?
On sait qu’un bon éclairage peut mettre en valeur la décoration d’une pièce et contribuer à son ambiance. Mais justement, quel éclairage choisir? Tout sur la question!
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos