Assurance auto en ligne, c’est facile!

Assurance auto en ligne, c’est facile!

Par Sophie Stival

Crédit photo: iStockphoto.com

La popularité d'Internet dans le secteur de l'assurance

Dans le secteur de l’assurance, on constate depuis quelques années une forte hausse des soumissions en ligne. Chez Belairdirect, plus de la moitié des demandeurs de polices d’assurance automobile amorcent leur démarche sur le Web. La flexibilité des systèmes ouverts à toute heure contribue à ce phénomène, croit Henry Blumenthal, vice-président pour la région du Québec. «Près de la moitié de ces soumissions sont faites par des personnes de 50 ans et plus, ajoute-t-il. Les applications mobiles sont également très populaires.» Si le magasinage commence en ligne, des agents certifiés de l’assurance dommages prennent le relais pour les étapes suivantes et la vente proprement dite du produit d’assurance. Ils répondent aux questions du client, analysent ses besoins avec lui et finalisent la transaction au téléphone.

Cette popularité de l’Internet transforme de plus en plus les pratiques commerciales dans le domaine de l’assurance. Au point où l’Autorité des marchés financiers (AMF) affirme qu’elle pourrait sous peu autoriser les consommateurs à acheter un produit d’assurance en ligne sans recourir aux conseils d’un représentant. Certaines conditions devraient cependant être respectées, comme l’accès à un représentant, si désiré. Des outils d’autoanalyse devraient aussi être fournis aux consommateurs.

Bien choisir sa protection automobile

Quand on souscrit une assurance automobile, il faut par la même occasion décider du montant de nos franchises et de la protection en responsabilité civile. La Loi de l’assurance automobile oblige tous les propriétaires de véhicules circulant au Québec à détenir un contrat d’assurance responsabilité civile d’au moins 50 000$; cela comprend tout dommage matériel et corporel causé à un tiers. En réalité, la somme est beaucoup plus élevée. «Pour les véhicules avec 10 ans d’usure ou moins, précise M. Blumenthal, les consommateurs choisissent généralement une couverture totale (ils s’assurent “des deux côtés”, comme on dit); cela signifie que les dommages qu’il subissent sont aussi couverts en cas d’accident. Ils optent également pour au moins un million de dollars en responsabilité civile. La franchise en cas de collision varie, quant à elle, de 250$ à 500$ et celle de risques multiples (vandalisme, vol, cailloux dans le pare-brise), de 50$ à 100$ ou 250$.» 

Lorsque le véhicule a plus de 10 ans, les gens tendent à s’assurer seulement pour les dommages causés à autrui, tout en conservant la protection d’un million de dollars en responsabilité civile. Les parents avec de jeunes adultes à la maison doivent aviser leur assureur si ces derniers conduisent leur voiture. «On ajoute tout simplement ces conducteurs occasionnels à notre police afin qu’ils soient également protégés», explique M. Blumenthal. Selon l’âge des conducteurs, leur expérience et l’utilisation du véhicule, cela pourrait ou non affecter le tarif. «Il n’y a pas de limite d’âge. L’enfant peut parfaitement être dans la trentaine.» Plusieurs assureurs offrent des rabais additionnels aux clients qui combinent deux types d’assurances (auto et habitation) ou qui font assurer plus d’un véhicule à la même adresse.

Assurances de remplacement: la prudence s’impose

Si on achète un véhicule neuf, il y a de fortes chances que le concessionnaire nous propose une assurance de remplacement en cas de vol ou de perte totale. Cette protection permet, dans ces deux cas, d’obtenir un véhicule neuf possédant les mêmes caractéristiques que le nôtre; en cas de perte partielle, on remplace les pièces qui ne peuvent être réparées par des pièces neuves. Notre assureur automobile peut lui aussi nous offrir une telle assurance ou nous recommander un avenant «valeur à neuf». L’AMF a émis une mise en garde en ce qui concerne ces assurances de remplacement: selon l’organisme, certains vendeurs de véhicules et concessionnaires ne laissent pas le client opter, en cas d’indemnisation, pour le remplacement de son véhicule auprès d’un marchand désigné ou, encore, d’un marchand de son choix. L’AMF rappelle aussi sur son site qu’on ne peut pas nous obliger à acheter une telle assurance. 

Bref, si on le souhaite, et selon notre budget et nos besoins, on peut: 

  • Opter pour une assurance de remplacement chez un agent ou un courtier. Selon certaines données de l’AMF, cette assurance pourrait être moins chère que celle offerte par le concessionnaire. Il faut donc magasiner. 
  • Accepter l’offre du concessionnaire. Ce dernier peut nous vendre une assurance de remplacement sans détenir de permis, mais il doit respecter certaines obligations, notamment nous remettre un document intitulé Guide de distribution, et nous expliquer le fonctionnement de cette assurance en nous précisant les exclusions. Il doit de plus nous indiquer la commission qu’il recevra si celle-ci dépasse 30% du montant de la prime d’assurance. On peut annuler ce contrat sans frais dans les 10 jours. 
  • Acheter un avenant valeur à neuf auprès de notre agent ou courtier. Cet avenant prévoit le remplacement du véhicule, en cas de perte totale, par un véhicule neuf ayant les mêmes caractéristiques, équipements et accessoires. On peut également opter pour une indemnité en argent si on décide de ne pas remplacer notre véhicule. En cas de perte partielle, l’avenant prévoit le remplacement des pièces endommagées par des pièces neuves.

L'assurance-automobile si on a plus de 50 ans

Sans surprise, les conducteurs de 50 ans et plus paient généralement moins cher que les autres. «Ce groupe a plus d’expérience de conduite et il est habituellement plus prudent», note M. Blumenthal. Les statistiques montrent également que les femmes de plus de 50 ans ont moins d’accidents que les hommes; elles versent par conséquent des primes inférieures aux leurs. 

Les primes diffèrent aussi entre les femmes elles-mêmes. «Une dame de 53 ans habitant la banlieue, qui utilise son véhicule pour aller à son travail loin du centre-ville de Montréal, paie beaucoup moins cher qu’une conductrice de 25 ans qui vit et travaille au centre-ville.» La fréquence plus ou moins élevée des accidents explique la différence de tarif.

La télématique: un nouveau mode de tarification

Un nouveau mode de tarification gagne en popularité: la télématique. Celle-ci combine télécommunications et informatique afin de permettre aux conducteurs prudents de bénéficier de rabais additionnels. Au moyen d’un lecteur installé dans le véhicule, on mesure le nombre d’accélérations ou de freinages brusques; certains assureurs évaluent également les excès de vitesse. Des programmes d’assurances comme Mobiliz (Industrielle Alliance), Ajusto (Desjardins Assurance), Ma conduite (Intact) et Automérite (Belairdirect) évaluent notre conduite automobile de cette façon. On tente ainsi de favoriser les bons comportements au volant.

Cible prioritaire: les conducteurs à risque, comme les jeunes hommes de 16 à 24 ans. «Mais les bons conducteurs dans la cinquantaine et la soixantaine utilisent également ce programme afin de profiter de rabais additionnels», nuance Henry Blumenthal. Ces réductions peuvent en effet aller de 5% à, parfois, 25%! Cela dit, l’AMF a rappelé aux assureurs leur responsabilité quant au traitement et à l’utilisation des données de l’assuré; celles-ci doivent être considérées comme des renseignements personnels. Aux consommateurs, elle conseille, avant d’adhérer à un tel programme, de poser des questions à leur assureur quant aux baisses, mais aussi aux hausses possibles de prime auxquelles ils s’exposent.

Merci à M. Henry Blumenthal, vice-président pour la région du Québec chez Belairdirect.


Vous aimerez aussi:

 Assurance auto et habitation: magasiner, c'est payant!
Le temps est venu de renouveler votre contrat d’assurance auto et habitation? Sachez que vous pourriez économiser gros en magasinant. Suivez nos conseils!

Regroupés en sept grandes catégories, voici les papiers que vous devez conserver, et pendant combien de temps. Les autres, libre à vous de les passer à la déchiqueteuse.

Les couvertures des assurances habitation tous risques ne sont plus toujours aussi complètes qu’avant. Mieux vaut donc se doter de protections optionnelles... Mais comment choisir les bonnes options?
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos