Acheter usagé: une bonne idée?

Acheter usagé: une bonne idée?

Par Simon Diotte

Crédit photo: iStock

En raison de la pénurie de modèles neufs, les voitures usagées ont plus que jamais la cote, faisant exploser les prix. Fini, le temps des aubaines! 

Au printemps dernier, Hugo-Sébastien Aubert a perdu confiance en son véhicule utilitaire sport, qu’il utilise tous les jours pour son travail: «J’ai appris que mon modèle souffrait d’un problème électrique récurrent pouvant provoquer une panne à tout moment. Comme je ne voulais pas être pris au dépourvu, j’ai décidé de le remplacer.» Il débarque alors dans un marché en pleine ébullition, où la demande pour les véhicules d’occasion atteint des records et où les prix défient toute logique.

Après deux jours de recherches intensives, M. Aubert a mis la main sur un véhicule utilitaire sport de 2021, avec 35 000 km au compteur, qu’il a payé à peine quelques centaines de dollars de moins que son équivalent neuf! «Si j’avais jeté mon dévolu sur un modèle neuf, j’aurais dû attendre de 9 à 12 mois pour la livraison. C’est un luxe que je ne pouvais pas me permettre. En plus, rien ne me garantissait que le prix n’augmenterait pas entretemps.»

Du seconde main au prix du neuf

Comme Hugo-Sébastien Aubert, de nombreux consommateurs ont été frappés récemment par la montée des prix dans le marché de l’usagé. L’époque des aubaines est bel et bien dernière nous. Pour certains modèles usagés récents, les prix de vente atteignent même la parité avec les neufs. Le ciel nous serait-il tombé sur la tête?

Cette poussée inflationniste s’explique par des problèmes dans la chaîne d’approvisionnement des manufacturiers automobiles. «La pénurie de semi-conducteurs, nécessaires à la fabrication des composantes électriques des véhicules, est souvent pointée du doigt, mais les manufacturiers éprouvent des problèmes d’approvisionnement sur toute la ligne», explique Jesse Caron, expert automobile à CAA-Québec. La COVID-19 a forcé la fermeture d’usines pendant des jours, voire des semaines, aux quatre coins du globe, provoquant des retards de production.

Conséquence: les manufacturiers ne peuvent plus répondre à la demande planétaire, créant ainsi une pénurie de véhicules neufs. Pris au dépourvu, les consommateurs se tournent vers l’usagé, faisant grimper les prix selon le principe de l’offre et de la demande. «C’est maintenant au marché de l’usagé que revient la mission de combler la pénurie de véhicules sur la planète», explique Benoît Béland, directeur principal du marketing de marque d’AutoHebdo, un site de petites annonces de voitures en ligne.

Signe de cette tendance, de juillet 2021 à juillet 2022, les prix de vente dans l’usagé ont augmenté de 52 %, indique le Canadian Black Book, une référence en la matière. Le prix moyen des véhicules d’occasion au Canada, toutes catégories confondues, a atteint un sommet à 36 184 $ en juillet dernier. Toutefois, depuis ce temps, les prix se stabilisent. Les causes évoquées par le Canadian Black Book sont la montée du prix de l’essence et celle des taux d’intérêt.

«Ce sont les prix des camionnettes de type F-150 et des gros VUS qui en subissent les conséquences», indique Daniel Ross, analyste au Canadian Black Book. Au contraire, les petites voitures ont le vent dans les voiles, avec une augmentation des prix de vente à travers le pays de 21 % de janvier à juillet 2022, contre une hausse de 7 % pour les camionnettes et de 13 % pour les VUS.

Tout récemment, l’inventaire des concessionnaires a commencé à augmenter, enlevant de la pression sur les véhicules d’occasion, mais il reste faible ou carrément déficient dans certaines catégories de véhicules, dont les voitures électriques. Dans l’usagé, l’inventaire augmente également, affirme Benoît Béland d’AutoHebdo, mais il demeure peu élevé. Sur AutoHebdo, le nombre de VUS à vendre a augmenté de 3,6 % en juillet 2022 par rapport à juillet 2021, celui des camionnettes, de 124 %, et celui des minifourgonnettes, de 0,7 %. Cependant, les voitures de type berline et compact ont chuté de 22 %.

La course aux aubaines

Devrait-on acheter ou non? «Si on n’a pas besoin d’un nouveau véhicule immédiatement, mieux vaut reporter cet achat. La tension se réduira dans les mois à venir», conseille Jesse Caron. Si on possède un véhicule en bon état et bien entretenu, on le garde. C’est aussi le moment idéal pour acheter notre auto à la fin de son bail locatif (voir l’encadré).

Cela dit, on n’a pas toujours le luxe d’attendre. On a parfois besoin d’un véhicule immédiatement, par exemple à la suite d’un vol ou d’une perte totale lors d’un accident. Que faire dans ce cas? On entreprend les recherches en ayant des attentes réalistes. «Si le prix de vente est trop beau pour être vrai, c’est qu’il y a anguille sous roche. Dans le marché actuel, les aubaines n’existent plus», avertit Jesse Caron.

Pour sa part, Benoît Béland recommande de garder l’esprit ouvert: «Vu la faible disponibilité des véhicules, on doit accepter les compromis. Il se peut que notre modèle rêvé, avec toutes les caractéristiques désirées ne soit pas disponible, mais qu’un modèle similaire d’une autre marque réponde à vos besoins.» Ce message vise particulièrement les Québécois, très fidèles à leur marque de voiture comparativement à l’ensemble des Canadiens. C’est le moment de sauter la clôture, comme en passant d’une Japonaise à une Européenne.

La bonne nouvelle dans le marché actuel, c’est que notre véhicule possède une forte valeur d’échange, car même les vieilles réguines trouvent leur public. Par exemple, Pierre-André Cloutier a vendu sa minifourgonnette Grand Caravan 2012 plus de 5500 $ au début de 2022, malgré son haut kilométrage (200 000 km) et ses traces de rouille. «J’avais entrepris des démarches pour la vendre au début de 2020, et le meilleur prix que j’avais obtenu était 2200 $. Presque deux ans plus tard, j’en ai obtenu le double», se réjouit-il.

Dans le passé, l’adage disait que dès qu’un véhicule neuf sortait de chez le concessionnaire, il perdait automatiquement 30 % de sa valeur. «Ce n’est plus vrai, sauf pour les véhicules de luxe», assure Jesse Caron. Les prix se maintiennent pour les véhicules légèrement usagés. Résultat: si on ne fait pas attention, on peut débourser plus cher en mensualités pour un véhicule usagé que pour un neuf en raison des taux d’intérêt plus avantageux qu’offrent les concessionnaires sur les modèles qui sortent des usines.

Dans ce marché fou, mieux vaut toujours faire preuve de prudence. Si l’achat d’un véhicule neuf se fait très bien en ligne, il en va autrement pour un modèle usagé. «Le consommateur doit essayer la voiture, idéalement avec une personne qui s’y connaît en mécanique. Cet essai ne se limite pas à une courte balade aux alentours, dit Jesse Caron. On roule aussi sur l’autoroute, afin de détecter les anomalies, s’il y en a.»

Si le véhicule convient, on fait tout de même des recherches pour éviter un mauvais achat. Comment? En adressant une demande de dossier auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ). On commande aussi un rapport historique – à peu de frais – à Carfax, qui indique notamment les réclamations d’assurance associées au véhicule. Et on n’oublie pas de demander les factures d’entretien si on achète directement d’un particulier. Surtout, on ne se prive pas d’une inspection par un mécanicien indépendant. On peut obtenir les coordonnées de garagistes qui font ce travail sur le site de CAA-Québec ou de l’Association pour la protection des automobilistes (APA). «Si le concessionnaire ou le particulier n’accepte pas qu’on fasse une inspection, mieux vaut aller voir ailleurs», recommande Jesse Caron.

Et les voitures électriques usagées?

La montée en flèche des prix de l’essence et l’urgence climatique propulsent la demande pour les voitures électrifiées. Dans l’usagé, l’offre est toutefois mince et les prix sont assez corsés. «Avec les subventions gouvernementales à l’achat, c’est plus profitable d’acheter une voiture électrique neuve qu’usagée», soutient Daniel Breton, expert des véhicules électriques et ex-ministre québécois de l’Environnement. Par contre, les délais de livraison des modèles électriques peuvent s’étirer sur une année complète. Si on ne peut attendre aussi longtemps, la Chevrolet Bolt représente une bonne affaire, car toutes les Bolt roulent avec des batteries neuves qui ont été remplacées par GM à la suite d’un rappel. Un facteur à considérer.

Bien que le marché soit frénétique, il y a toujours place à la négociation. Sur le prix, mais pas seulement. Par exemple, Hugo-Sébastien Aubert a obtenu sans frais une garantie prolongée sur son nouveau véhicule usagé, une protection d’une valeur de plus de 2000 $. Il a aussi obtenu 2000 $ supplémentaires en échange de son véhicule, dont il voulait se départir, en faisant monter les enchères entre deux concessionnaires. À nous, maintenant, de dénicher la perle rare.

Pour plus d’info: CAA Québec, caaquebec.com, 1 877 626-0310. Association pour la protection des automobilistes, apa.ca, 514 272-5555.

Acheter sa propre voiture

Le bail de location de notre voiture arrive à échéance. Vaut-il mieux remettre les clefs au concessionnaire ou racheter le véhicule? Dans le contexte de pénurie de véhicules, plus souvent qu’autrement, la réponse est claire et nette: c’est le moment de l’acheter! «En général, la valeur de rachat dans le contrat de location – qui a été fixée avant la pandémie – est nettement inférieure au prix actuel du marché. Il n’a donc jamais été aussi profitable d’acheter sa propre voiture», dit Jesse Caron, expert automobile à CAA-Québec. On peut aussi acheter son véhicule pour le revendre à profit, mais attention: on devra ensuite en trouver un nou

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley

Coucou!

Vidéos