Rente viagère: pour un revenu à vie

Rente viagère: pour un revenu à vie

Par Sylvie Dugas

Crédit photo: iStockphoto.com

Âgée de 65 ans, Francine est retraitée depuis 6 mois. Elle a travaillé toute sa vie comme adjointe administrative pour diverses entreprises. Elle croyait, à la retraite, pouvoir couler des jours heureux avec son mari. Mais, la vie étant ce qu’elle est, Francine a dû se résoudre au divorce il y a près d’une quinzaine d’années. Elle vit actuellement seule et doit gérer elle-même ses finances pour s’assurer une vie décente à la retraite. Or, elle se demande si elle pourra y parvenir.

Afin d’y voir clair, Francine a fait appel à Céline Demers, planificatrice financière et représentante en épargne collective à la caisse Desjardins Pierre-Boucher, à Longueuil. Après avoir analysé le budget de Francine, celle-ci constate que sa cliente a besoin de 28 144$ par année pour couvrir ses dépenses totales. La spécialiste divise cette somme en deux parties: 19 774$ pour les besoins de base (logement, nourriture, transport, vêtements) et 8 370$ pour les loisirs (restaurants, voyages, cadeaux, etc.).

Un danger insidieux

Du point de vue budgétaire, Francine dispose des revenus nécessaires pour combler ces besoins. En effet, elle touche en tout 29 027$ par année provenant d’un régime complémentaire de retraite, du Régime de rentes du Québec, de la pension de la Sécurité de la vieillesse et des versements d’un fonds enregistré de revenus de retraite (FERR) d’une valeur de 129 000$ (voir tableau Revenus annuels de Francine, ci-dessous). Il lui reste près de 900$ par année, qu’elle peut réinvestir ou utiliser pour des projets spéciaux.

Revenus annuels de Francine

Régime complémentaire de retraite4 600 $
RRQ7 200 $
PSV6 027 $
FERR11 200 $
Total29 027 $

Combiner un FERR et une rente viagère

On pourrait s’étonner que Francine ait transformé son REER en FERR dès qu’elle a pris sa retraite. Pourquoi si tôt? L’âge limite pour transformer un REER en FERR – le seul outil qui permette d’avoir des revenus réguliers de son REER à la retraite tout en faisant fructifier ses fonds à l’abri de l’impôt – est pourtant de 71 ans. Mais, comme la plupart des gens, ses besoins en liquidités sont plus élevés que les 4 600$ qu’elle reçoit de son régime complémentaire de retraite.

Malgré une situation budgétaire saine, Francine fait toutefois face à un danger insidieux: l’épuisement de son FERR. En effet, les retraits annuels de 11 200$ grugent son capital qui vaut actuellement 129 000$. Le rendement de ses placements ne parvient pas à compenser les sorties d’argent. La planificatrice calcule que, à ce rythme, le FERR de Francine sera vide lorsqu’elle aura 82 ans, alors que son espérance de vie se situe à 87 ans. À partir de cet âge, les revenus de retraite de Francine ne lui procureront que 17 827$ par année: le manque à gagner sera important. Rappelons que ses besoins de base sont estimés à 19 774$. «Francine pourrait donc vivre pendant plusieurs années au-dessous du seuil de revenu minimal», explique Céline Demers. Que faire?

Combiner un FERR et une rente viagère

La spécialiste suggère à Francine d’acheter une rente viagère, qui lui garantira un revenu stable jusqu’à la fin de ses jours. Reprenons les calculs. Les besoins de base de Francine sont de 19 774$. Son régime complémentaire de retraite, sa rente du RRQ et sa PSV génèrent 17 827$. Il y a donc une différence de 1 947$ à combler. D’où viendra ce montant? De la rente viagère. Combien d’argent devra-t-elle transférer de son FERR à sa rente? Réponse: 27 226,81$. Francine puisera donc cette somme de son FERR pour se procurer sa rente et réglera ainsi ses besoins de base jusqu’à son décès.

En achetant sa rente, Francine n’a pas vidé son FERR. Il reste un solde qui lui permet de maintenir son niveau de vie. Pour y parvenir, elle doit retirer 9 252$ chaque année de son FERR. Certes, elle finira par épuiser son FERR. Selon la planificatrice, cela se produira quand elle aura 80 ans. Mais ses besoins de base seront financièrement couverts durant ses vieux jours grâce à la rente viagère.

Une solution gagnante

La spécialiste explique à sa cliente qu’il est possible d’indexer la rente viagère afin de contrer les effets de l'inflation. Francine peut également assortir sa rente d'une période de garantie, permettant ainsi le transfert d’un certain nombre de versements à ses héritiers. Mais elle devra transférer davantage de fonds vers sa rente. Par exemple, si Francine indexe sa rente de 2% et y ajoute une période de garantie de 10 ans, c’est 33 838$ qu’elle devra payer.

Une solution gagnante

La rente viagère permet donc à Francine de planifier ses revenus en fonction d’une longue retraite. Elle lui fournit un revenu périodique stable, à l’abri des fluctuations du marché, un élément crucial dans un monde où l’on vit de plus en plus longtemps. Par ailleurs, son FERR lui permet de disposer de souplesse et de liquidités pour réaliser des projets ou puiser de l’argent en cas d’imprévu.

Combinés, ces deux types de placement lui assurent à la fois une sécurité à long terme et une marge de manœuvre financière. Dans le cas de Francine, un FERR couplé à une rente viagère s’avère un choix avantageux. «Cette combinaison peut donc s’appliquer à toutes les personnes qui disposent de revenus provenant d’un FERR et de régimes de retraite d’employeur», indique Céline Demers. Elle convient aussi aux personnes qui veulent s’assurer de couvrir leurs besoins de base jusqu’à la fin de leurs jours.

Mise à jour: septembre 2008

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos