L’assurance pour financer les études d’un enfant

L’assurance pour financer les études d’un enfant

Par Le Journal du bel âge

Crédit photo: iStockphoto.com

Voici une petite question pour les parents et grands-parents: combien vous en coûtera-t-il pour que vos enfants et vos petits-enfants obtiennent le diplôme d'études postsecondaires qui leur ouvrira les meilleures portes? La réponse est simple: beaucoup… et de plus en plus chaque année. En fait, selon l'information obtenue sur le site Ciblétudes du gouvernement canadien, les frais de scolarité associés à l'obtention d'un diplôme d'études de quatre ans pourraient à eux seuls atteindre 40 327$ d'ici 2020.

Ces chiffres sont troublants. Néanmoins, les études postsecondaires constituent l'un des meilleurs placements pour assurer l’avenir financier d’un jeune. Vous le savez, et c'est pourquoi vous avez commencé à investir dans des régimes enregistrés d'épargne-études. C'est une bonne stratégie, car les revenus s'y accumulent à l'abri de l'impôt, et la Subvention canadienne pour l'épargne-études peut bonifier le REEE «gratuitement».

Il existe aussi d'autres stratégies que vous pouvez utiliser afin que vos enfants ou vos petits-enfants obtiennent leur diplôme sans s'endetter ou en s'endettant le moins possible. Prenons l'assurance, par exemple. Si vous êtes comme la plupart des gens, vous considérez probablement l'assurance vie comme une protection financière de base pour vos proches. Mais l'assurance vie universelle peut aussi être une bonne source d'épargne-études complémentaire.

Financer avec l'assurance

L’assurance vie universelle combine une protection d'assurance vie et des placements. En qualité de titulaire de la police, vous choisissez une somme nominale d'assurance, le type de protection nécessaire ainsi que l'assuré, soit votre enfant ou votre petit-enfant dans ce cas. Vous payez les primes d'assurance, qui sont habituellement peu élevées pour un mineur, et vous pouvez faire des versements supplémentaires jusqu'à concurrence de certains plafonds. Ces sommes supplémentaires peuvent être investies dans un éventail de fonds de placement où elles fructifieront à l'abri de l'impôt pendant la durée de la police, un avantage non négligeable. Si le contrat inclut également une assurance vie suffisante et une exonération des primes en cas d'invalidité de son titulaire, vous êtes doublement protégé et la police se paiera d'elle-même.

Selon la valeur des fonds de la police, vous pouvez choisir de cesser de payer les primes et de transférer la propriété de la police à votre enfant ou à votre petit-enfant après son 18e anniversaire de naissance. Ce transfert se fait en franchise d'impôt, ce qui offre au jeune la possibilité de puiser à même la valeur de rachat de la police pour payer ses frais de scolarité. Et, habituellement, comme c’est lui qui détient la police, la portion imposable de tout retrait lui est imposée à un taux marginal d'imposition inférieur au vôtre.

Pour plus d'information sur l'utilisation de l'assurance vie et d'autres stratégies pour compléter votre placement REEE, parlez-en à votre planificateur financier.

Cette chronique contient des renseignements de nature générale seulement; son but n'est pas d'inciter le lecteur à acheter ou à vendre des produits de placement. Pour de plus amples renseignements sur ce sujet ou sur toute autre question financière ou de placement, veuillez communiquer avec votre planificateur financier.

Mise à jour: avril 2009 

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos