Rosacée: loin d’être rose

Rosacée: loin d’être rose

Par Linda Priestley

Crédit photo: iStock

On ne sait pas trop ce qu’est la rosacée? Il n’y a pas de quoi rougir! Faisons le tour de la question avec le DAri Demirjian, dermatologue et porte-parole de la Société canadienne de l’acné et de la rosacée.

De quoi s’agit-il au juste? D’une affection inflammatoire chronique de la peau qui occasionne des rougeurs incommodantes sur le visage de plus de 3 millions de Canadiens d’âge adulte. On est plus à risque si, entre autres facteurs, on a une peau sensible ou des antécédents familiaux. «Elle apparaît et évolue de manière différente d’une personne à l’autre», précise le Dr Demirjian. 

À quel âge se manifeste-t-elle? Même si la rosacée survient souvent vers la trentaine, elle peut se manifester ou encore se modifier plus tard. «Ce que je constate le plus souvent chez mes patients âgés de plus de 50 ans, dont certains peuvent avoir eu des rougeurs minimes tout au long de leur vie, mais sans plus, c’est l’apparition soudaine de boutons de type acné – ce qu’on appelle acné rosacée –, par exemple à la suite d’un stress important», ajoute le Dr Demirjian.

Comment savoir si on est atteint? Bien des gens ignorent qu’ils font de la rosacée. Si, par exemple, on tend à rougir après une exposition au froid, au chaud, ou après avoir mangé un repas épicé, on ne perd rien à consulter un dermatologue ou notre médecin de famille. Bien au contraire, car notre condition pourrait empirer ou encore être le signe d’un autre problème de santé. Dans ce cas, une détection précoce pourrait nous sauver la peau.

Est-ce que ça se soigne? La rosacée ne se guérit pas, mais elle est contrôlable grâce à divers traitements. Sous forme de crème (appliquée de façon quotidienne) ou d’antibiotiques, ils aident non seulement à dérougir, mais favorisent la disparition des boutons et empêchent de nouvelles poussées. À plus long terme, la photothérapie par laser s’avère efficace pour atténuer les varices, tandis que la lumière pulsée efface les rougeurs diffuses et permet de réduire certains symptômes, comme les sensations de brûlure occasionnées par un dérèglement de la circulation sanguine au niveau du visage, causée par une exposition au froid et au chaud en alternance.

Comment limiter les poussées? En évitant les plats épicés, l’alcool et les trop grands écarts de température. «Ces mesures ne changent rien quant à la progression de la maladie, mais elles empêchent d’exacerber le problème pendant une heure ou deux», souligne le DDemirjian  Les produits pour peaux sensibles qui ne contiennent aucun parfum ni ingrédient antiride (acides de fruits ou rétinol) et dont les écrans solaires sont de type minéral (à base d’oxyde de zinc ou de dioxyde de titane) sont nos alliés les plus sûrs.

Info: Société canadienne de l’acné et de la rosacée, rosaceahelp.ca/fr.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos