On fait un pied de nez aux bobos!

On fait un pied de nez aux bobos!

Par Jacqueline Simoneau

Crédit photo: iStock

Nos petons en ont parfois assez d’être négligés. Vivement des solutions ciblées pour traiter les maux courants qui les affligent.

 

Chaussures à talons hauts et à bouts pointus, mauvaises postures, station debout à longueur de journée... Décidément, nos pieds ont la vie dure! On aurait pourtant intérêt à leur manifester plus d’égards. Les petits bobos qu’on a souvent tendance à négliger – cor, oignon, ongle incarné, etc. – peuvent, en s’aggravant, affecter la marche et l’équilibre, voire nous empêcher de mener une vie active. Voici comment prendre nos pieds en main et enfiler des sandales sans complexes.

Cors et callosités

Les cors sont des épaississements localisés de l’épiderme, avec un noyau de forme conique souvent profond et douloureux, qui apparaissent ordinaire- ment sur un orteil, sous le pied ou entre les orteils (œil-de-perdrix). Les callosités sont plus étendues, superficielles et souvent asymptomatiques. Elles siègent généralement sous l’avant-pied ou le talon. La cause? Une pression ou une friction répétée, engendrée notamment par des chaussures mal ajustées ou une malformation du pied.

Les solutions:

  • Poser des coussinets non médicamenteux pour les cors ou des séparateurs d’orteils pour diminuer la friction et soulager la douleur.
  • Appliquer quotidiennement une crème à base d’urée (20 % et plus) pour éliminer les cellules mortes et assouplir l’épiderme. Une ou deux fois par semaine, à la sortie de la douche ou du bain, poncer les zones rugueuses pour amincir la corne. À faire en douceur, toujours dans le même sens. Selon Isabel Vigneault, infirmière en soins podologiques, si on retire trop de callosités à la fois, la peau se défendra en en produisant davantage!
  • Au besoin, utiliser des produits médicamenteux prescrits par un médecin ou un podiatre. Selon la Dre Andréanne Beaudoin, podiatre et coordonnatrice à l’amélioration de l’exercice à l’Ordre des podiatres du Québec, les préparations en vente libre contenant de l’acide salicylique, qui dissout la corne, sont habituellement déconseillées, notamment pour les personnes diabétiques ou ayant des problèmes circulatoires.
  • Porter une orthèse plantaire sur mesure si les cors ou les callosités résultent d’une déformation du pied.
  • Traiter par une intervention. Si la lésion est très douloureuse ou handicapante, le podiatre ou l’infirmière spécialisée en soins podologiques peut procéder au débridement de la callosité ou au retrait du cor à l’aide d’un scalpel ou d’une fraiseuse (appareil de pédicure)

Hallux valgus (oignon)

Celui-ci se caractérise par la déviation du gros orteil vers l’intérieur, formant ainsi une bosse, souvent douloureuse, sur le côté du pied. Selon Isabel Vigneault, ce problème touche majoritairement les femmes de 40 ans et plus. Parmi les causes: les souliers serrés ou à talons hauts, les traumatismes aux pieds et l’hérédité.

Les solutions:

  • Réduire la douleur en portant un coussinet pour oignon ou un bandage thérapeutique (taping). Autre option: un séparateur d’orteils pour empêcher le chevauchement. «Des massages et des exercices d’assouplissement recommandés par un professionnel peuvent également soulager temporairement, souligne Andréanne Beaudoin. Parfois, le médecin ou le podiatre prescrira des infiltrations de cortisone.»
  • Sur recommandation médicale, porter une semelle orthopédique ou une orthèse sur mesure afin de soutenir le pied et de soulager la douleur.
  • Consulter. «Si les méthodes non chirurgicales s’avèrent inefficaces, le médecin ou le podiatre peut envisager une intervention chirurgicale, appelée ostéotomie, qui consiste à couper l’os, à le redresser et à le fixer à l’aide d’une tige ou d’une vis», explique Mme Beaudoin.

Ongle incarné

Ce problème survient lorsque le coin de l’ongle s’en- fonce dans la chair de l’orteil (généralement le gros orteil), causant douleur, inflammation et parfois infection s’il n’est pas traité rapidement. Il est souvent causé par un ongle mal taillé ou des chaussures trop étroites.

Les solutions:

  • Tremper les pieds dans une eau saline (2 c. à soupe de sel par litre d’eau) de 10 à 15 minutes, une ou deux fois par jour. On termine en massant délicatement les bords de l’ongle pour soulager la peau en périphérie. «Le trempage ramollit l’épiderme, ce qui diminue légèrement la pression de l’ongle sur la peau», précise Andréanne Beaudoin.
  • Voir un professionnel des ongles. «Pris au début, l’ongle incarné peut être rectifié à l’aide d’un système de correction (Onyfix, Onyclip) qui redresse la courbure de l’ongle sans douleur», souligne Isabel Vigneault.
  • Consulter un podiatre ou un médecin, qui pourra retirer une portion de l’ongle pour soulager temporairement la douleur. Toutefois, si le risque d’infection ou de chronicité est élevé, il procédera à une intervention sous anesthésie locale qui consiste à couper une mince lanière d’ongle et à brûler chimiquement la racine pour que cette partie ne repousse plus.

Mycoses

L’onychomycose (ou mycose des ongles) et le pied d’athlète sont causés par un champignon microscopique qui se développe en présence d’humidité, de chaleur et de noirceur (par exemple, des souliers fermés). Les mycoses sont contagieuses et peuvent facilement se transmettre d’une personne à une autre, et même d’une région du corps à une autre. Cela dit, comme ces in- fections peuvent ressembler à d’autres pathologies, mieux vaut valider le diagnostic auprès d’un professionnel de la santé.

Les solutions:

  • Traiter à l’aide d’un antifongique en vente libre ou sur ordonnance. «La mycose des ongles est toutefois difficile à soigner parce que les produits pénètrent difficilement l’épaisseur de l’ongle, avoue Andréanne Beaudoin. Certains médicaments ne font que l’amincir. Et le traitement est long: parfois plus d’une année. La prise d’un antifongique oral est souvent conseillée.»
  • Faire entretenir régulièrement ses ongles par une infirmière spécialisée ou un podiatre pour optimiser l’efficacité du traitement et améliorer leur apparence.
  • Garder les pieds au sec en changeant de chaussettes au besoin, bien assécher les pieds mouillés, porter des souliers adéquats et éviter de marcher pieds nus dans les endroits publics.
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet de Linda Priestley, Rédactrice en chef

Le bel âge, c’est nous!

Vidéos